M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2019

Mère et fils

5278 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jour -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce début d'été, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Mère post-abortive : Les regrets après l’avortement «alourdissent chaque fibre de votre être»

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Max Pixel

On dit souvent aux femmes que l’avortement est la voie vers la liberté et la garantie d’un avenir meilleur, mais beaucoup de mères après un avortement se sont exprimées sur les effets néfastes de leurs avortements sur leur vie. Une femme nommée Marina a raconté son histoire sur Facebook, racontant ses souffrances après un avortement. Ses mots ont été traduits et publiés sur Aleteia :

… Si vous jetiez votre enfant du balcon, vous en subiriez les conséquences légalement, mais surtout humainement. La douleur vous hanterait tous les jours de votre vie. Vous auriez à apprendre à vivre avec, et si vous n’appreniez pas à vous pardonner (un long, pénible et difficile voyage), ça vous épuiserait jusqu’à l’os. Si vous faites l’équivalent quand l’enfant est dans votre ventre, vous pouvez éviter les conséquences légales (la prison), mais humainement, la douleur alourdit chaque fibre de votre être… Le fait que ce soit légal ressemble à un anesthésique : vous avez la douleur dans votre âme, vous l’anesthésiez socialement, alors vous êtes mieux. Mais elle est seulement endormie : la douleur est là et reste temporairement anesthésiée en vous, mais votre conscience l’éveille de temps en temps, et c’est atroce, frustrant et dans certains cas dévastateur.

Marina poursuivit en avertissant les femmes que la vérité n’était pas dite lorsque l’avortement a été présenté comme la clé de la liberté.

… La légalisation de l’avortement ? C’est une énorme déception. Notre liberté sacrée, qui a des conséquences vitales et mortelles, est trompée : « Fais ce que tu veux, ta vie est à toi seule. » [C’est] un énorme mensonge dans ce cas, car il y a en fait deux vies impliquées (trois, vraiment, car il y a un père) et l’une des trois est totalement innocent ; et prétendument, « la vie » est à vous… « La mort » est à vous, je devrais dire… c’est une tromperie déguisée en progrès, en fausse liberté.

Elle a raconté comment elle se sentait mourir tous les jours et a souhaité pouvoir avertir les femmes à propos de l’avortement :

×

Campagne de financement printemps 2019

5278 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jour -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Des millions de femmes anesthésiées errent dans le monde alors qu’elles auraient pu se réjouir d’un seul baiser avec leur doux bébé : peut-être serait-il malade ou handicapé, peut-être en bonne santé… mais chaque bébé est l’expression d’une vérité que personne ne peut mal comprendre… la vie est toujours la vie… Je suis très reconnaissante au pape qui a dit en parlant de l’avortement : « Est-il juste de louer un tueur à gages pour tuer quelqu’un ? Est-ce juste ? » Cette question devrait être criée et je veux aussi crier : « Femmes, ne mettez pas vos enfants entre les mains d’un tueur à gages ! Ils mourront et vous mourrez avec eux, jour après jour… Je l’ai fait et je meurs encore. Ne le faites pas ! »

Marina finit en implorant les femmes de choisir la vie, les encourageant à explorer toutes les options. « Il existe des centres d’aide pro-vie dans chaque ville [du moins aux États-Unis] : c’est là que vous devez aller », écrit-elle.

Qu’en est-il des enfants qui pourraient souffrir ? Dans ces cas, elle dit : « … si votre bébé est malade, cherchez la première mère que vous connaissez qui a un enfant handicapé et demandez-lui de vous dire du fond du cœur ce que la vie lui a révélé. Ne vous laissez pas berner par ceux qui disent que ce n’est que de la souffrance… Ce n’est pas le cas ; chaque histoire est toujours et avant tout une histoire d’amour. »

Une récente étude publiée dans le Journal of American Physicians and Surgeons a révélé que la majorité des femmes interrogées ont déclaré que leurs avortements n’avaient aucun effet positif sur leur vie. 60 % ont déclaré avoir subi un avortement pour rendre d’autres personnes heureuses et 75 % ont déclaré avoir subi de la pression. Beaucoup de femmes ont également déclaré avoir eu besoin de thérapie par la suite.

Les femmes après un avortement ont besoin de compassion et des soins des pro-vie ; beaucoup d’entre elles regrettent leur avortement et, heureusement, il existe des organisations qui peuvent aider, comme la Vigne de Rachel. L’avortement n’est pas la clé de la liberté que ses défenseurs prétendent être. Il ne fait pas que prendre la vie d’un bébé à naître ; il peut aussi nuire à la mère.

Campagne de financement été 2019. Merci de nous aider avec un don sacrificiel. L'objectif est de 7500$.

Mère et bébé

Merci de nous aider à annoncer la seule solution aux multiples dérives de notre époque : une reconnaissance de l'autorité de Jésus Christ dans tous les aspects de la vie, y compris en société.

5278 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste seulement 1 jour -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire