M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Leslyn Lewis qualifie Trudeau de « grand champion » du Great Reset dans un entretien avec Jordan Peterson


Le Dr Jordan B. Peterson (à gauche) et le député conservateur Leslyn Lewis (à droite).

Par Kennedy Hall — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : YouTube

30 août 2022 (LifeSiteNews) — La candidate dans la course à chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC) [maintenant terminée], Leslyn Lewis, a déclaré à Jordan Peterson que Justin Trudeau est « l’un des grands champions » de la théorie de la grande réinitialisation dans une entrevue où tous deux ont abordé un large éventail de sujets qui affectent la politique canadienne et internationale.

Les valeurs chrétiennes de Mme Lewis, sa formation unique en études environnementales, son point de vue sur les confinements et son engagement envers les principes conservateurs ont tous été abordés au cours de l’entrevue qui a duré près de deux heures et qui a été remplie de rhétorique passionnée de la part des deux participants.

Une éducation chrétienne traditionnelle

D’emblée, M. Peterson a interrogé Mme Lewis sur son éducation et sur la façon dont elle est devenue une chrétienne et une conservatrice au franc-parler exceptionnel en politique canadienne.

Mme Lewis a déclaré avoir « grandi dans une famille ultra, ultra conservatrice, sur le plan religieux, économique et fiscal… une famille d’immigrants traditionnelle ».

Paradoxalement, elle a dit que son éducation était conservatrice dans ses valeurs et pourtant « politiquement libérale ».

« Je ne pensais pas du tout à la politique », dit-elle. Et lorsqu’il a été temps de passer à l’enseignement supérieur, elle a déclaré qu’elle « voulait simplement faire des études ».

Son activité au sein de sa communauté chrétienne l’a amenée à se pencher sur les « dilemmes sociaux » dont elle a été témoin en faisant du « ministère dans les prisons » et en « travaillant avec des jeunes à risque ».

Elle a commencé à s’intéresser de plus près à la politique et a adhéré au Reform Party, qui était à l’époque le parti conservateur dominant au Canada. Par la suite, le parti a fusionné avec le Parti progressiste-conservateur et a été dirigé par l’ancien membre du Reform Party, plus tard premier ministre, Stephen Harper.

Elle a déclaré que les valeurs canadiennes traditionnelles du Reform party correspondaient à sa pensée.

Elle ne correspond pas au stéréotype

Mme Lewis a déclaré à M. Peterson qu’elle ne correspond pas au stéréotype de la politicienne conservatrice typique aux yeux des médias grand public. Mme Lewis est d’origine jamaïcaine et elle a déclaré que dans le climat politique actuel, il est courant de faire de « votre identité votre statut principal ». Elle a ajouté que même si elle a remporté le vote populaire lors de la course à la direction du PCC en 2020, prouvant ainsi sa popularité auprès des électeurs, elle « ne bénéficie pas de la couverture et de l’attention des médias parce qu’[elle ne] correspond pas à leur récit ».

« Leur récit est que le parti conservateur est un parti raciste blanc », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté qu’en 2020, Kamala Harris, une non-Canadienne, « a été présentée plus de 8 800 fois » que Lewis dans les nouvelles canadiennes, « même si elle ne se présentait pas dans notre pays ».

Peterson a qualifié de « pervers » le silence radio des médias traditionnels canadiens sur Lewis.

« Vous vous opposez, pour des raisons philosophiques, à ce que vous soyez catégorisée par votre race et votre sexe, alors que la gauche insiste sur le fait que c’est la distinction cardinale entre les gens, et insiste ensuite pour que les gens comme vous soient mis de l’avant », a déclaré Peterson.

Il a ensuite ajouté qu’il pensait qu’il était déloyal que Mme Lewis ait les « caractéristiques évidentes que la gauche claironne », mais qu’elle soit « persona non grata » en raison de ses opinions pro-chrétiennes et conservatrices.

Pas une écologiste typique

Lewis et Peterson ont longuement parlé de la conservation et de l’environnement. Lewis a fait une maîtrise en études environnementales et a dit à Peterson que lorsqu’elle étudiait dans les années 1990, le changement climatique était « politisé ».

Lewis avait des mots durs pour le mouvement écologiste contemporain. « Nous avons pris le changement climatique », a-t-elle dit, « nous l’avons politisé, nous l’avons rendu non scientifique et nous l’avons utilisé comme un outil générateur de revenus pour susciter la peur, et ce n’est pas ce que j’ai trouvé dans mes études. »

Elle a déclaré que ses études sur l’environnement étaient davantage axées sur la durabilité et les approches de la conservation et de l’amélioration de la qualité de vie axées sur les solutions.

Mme Lewis a également déclaré que, dans ses études, « Big Pharma » était considéré comme une entité dont il faut se méfier.

« Nous avons également appris le rôle des grandes entreprises pharmaceutiques et le fait qu’elles pouvaient être dévorantes », a-t-elle déclaré.

Elle a critiqué l’idée que les véhicules électriques étaient une solution environnementale. Exprimant sa conviction qu’il est hypocrite que les gouvernements se concentrent uniquement sur les machines et les infrastructures à combustible fossile, elle a déclaré : « Mais prenons une voiture électrique. Ils ne vont pas commencer [à vous parler] d’une mine de cobalt en Afrique ou même pour un ordinateur d’une mine de lithium en Afrique avec un enfant pauvre de cinq ans. Si vous regardiez les abus que cet enfant a dû endurer, votre cœur fondrait. Et pourtant, ce sont ces enfants qui extraient les composants dont nous avons besoin pour notre voiture électrique... Puis vous regardez la batterie... De quoi est-elle chargée ? Elle est chargée avec du carbone ! »

Les voitures électriques ne sont « pas aussi vertes qu’on nous le dit », a-t-elle ajouté. « Beaucoup de produits verts ne sont pas très verts ».

Contre la grande réinitialisation

La politicienne conservatrice a clairement indiqué qu’elle était farouchement opposée à la théorie du Great Reset mise de l’avant par Klaus Schwab.

« La Grande Réinitialisation, qui n’est pas une conspiration, a-t-elle dit, est une grande théorie de l’endroit où ils voient notre société entière aller. »

« Ils nous ont programmés pour que nous voulions manger des insectes », a-t-elle ajouté.

Affirmant que Justin Trudeau est un grand partisan du programme Great Reset, elle a déclaré : « Il veut transformer notre société en une image post-nationaliste de ce qu’il considère être une société égalitaire et plate. »

Lewis a fustigé l’hypocrisie de la conférence de Davos qui s’est tenue plus tôt cet été. « Si vous regardez la récente conférence qu’ils ont tenue à Davos, ils ont essentiellement mis des limousines sur des jets afin de les amener là-bas pour qu’ils puissent être conduits dans le luxe, mais ils veulent limiter les déplacements des Canadiens moyens. »

Selon elle, « une société à deux vitesses est en train de se créer ».

M. Peterson a convenu que M. Trudeau est « la tête d’affiche pour les gens comme Klaus Schwab et le WEF (Forum économique mondial) ».

Il a comparé Trudeau aux « faiseurs de clichés simples d’esprit comme Klaus Schwab ».

Souveraineté nationale et médicale

Pour conclure l’entretien, Mme Lewis a souligné que la souveraineté de l’individu et celle du Canada en tant que nation sont primordiales.

Elle a expliqué que son objectif en tant que politicienne est de lutter contre le programme de la Grande Réinitialisation et de s’assurer que le Canada ne s’engage pas dans la voie d’un mondialisme sans limites.

Mme Lewis a expliqué que son engagement envers la souveraineté du citoyen est la raison pour laquelle elle a refusé de divulguer son statut vaccinal.

« J’ai pris la décision difficile de ne pas divulguer mon statut vaccinal, même si je savais que je n’obtiendrais pas de poste dans le cabinet fantôme », a-t-elle déclaré.

« Pourquoi avions-nous toutes ces règles alors que nous savions en vérité qu’il s’agissait simplement de responsabilité personnelle et de consentement éclairé si vous vouliez vous faire vacciner ? »



Laissez un commentaire