M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les tentatives du gouvernement canadien pour étendre l’euthanasie aux malades mentaux se heurtent à divers obstacles


Justin Trudeau.

Par l’équipe de LifeSiteNews — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Lovers Lounge/Flickr

14 juin 2023 — Dans l’épisode de cette semaine du Van Maren Show, Jonathon est à nouveau rejoint par Alex Schadenberg de la Coalition pour la prévention de l’euthanasie (EPC), qui discute des mises à jour concernant le programme canadien d’aide médicale à mourir (AMM) et d’un projet de loi conservateur au sujet de son application aux malades mentaux.

Le projet de loi C-314, qui a été débattu pour la première fois le mois dernier au Parlement canadien, a été présenté par l’honorable Ed Fast, un ancien ministre conservateur. Il vise à empêcher l’extension de l’AMM aux malades mentaux. Réagissant à la possibilité d’appliquer l’AMM aux malades mentaux et potentiellement aux « mineurs matures », M. Fast a déclaré que cela montrait que le Canada était sur une « pente glissante ». EPC a lancé une pétition en faveur du projet de loi de M. Fast, qui a recueilli plus de 4 500 signatures.

M. Schadenberg a déclaré que « c’est un très bon projet de loi parce qu’il va droit au but ».

« Il ne traite que de cette question et il est très clairement formulé... ce n’est pas ce que l’on appelle un très long projet de loi », a-t-il poursuivi. « Il ne traite que de la question de l’euthanasie en cas de maladie mentale ».

M. Schadenberg a également noté que l’élargissement de l’AMM aux malades mentaux pose plusieurs « problèmes », notamment le fait que les malades mentaux ne pourraient pas avoir « le même niveau de capacité à prendre des décisions pour eux-mêmes ou concernant la maladie mentale », et que la question de la maladie irrémédiable n’est pas définie, demandant « comment pourrait-on dire qu’une personne atteinte d’une maladie mentale est dans un état mental irrémédiable... ? » Schadenberg a également noté que la question de la maladie mentale est elle-même une « question variable » et que le traitement de la maladie mentale est subjectivement basé sur les besoins individuels du patient.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En ce qui concerne l’AMM, M. Schadenberg a commenté le retard d’un an pris par le gouvernement canadien dans la mise en œuvre du programme d’AMM pour les malades mentaux, qui a été repoussée à mars 2024. Selon M. Schadenberg, ce retard est dû à deux facteurs.

« D’une part, le nombre impressionnant d’histoires émanant de la communauté des personnes handicapées concernant des personnes pauvres, des personnes sans domicile fixe, des personnes incapables d’obtenir un traitement médical, qui ont toutes demandé l’euthanasie, non pas parce qu’elles voulaient mourir, mais parce qu’elles estimaient que leur situation était sans espoir », a déclaré M. Schadenberg. « Et bien sûr, si vous ajoutez la maladie mentale à la question, vous obtenez une bombe explosive. »

« Si le gouvernement pensait que c’était une mauvaise chose de recevoir toutes ces histoires de personnes handicapées disant : “Nous vivons dans la pauvreté, nous sommes sans abri, nous ne pouvons pas obtenir de traitement médical, et c’est pourquoi nous cherchons à mourir, à cause du manque de soutien et de soins dans un système médical défaillant, dans un système de services sociaux défaillant au Canada”, alors il pourrait avoir pensé... [que ce n’est pas le moment] de légaliser l’euthanasie pour les maladies mentales », a-t-il ajouté.

Plus tard dans l’épisode, M. Schadenberg a évoqué les modifications potentielles d’une loi modèle américaine adoptée par la plupart des États, appelée « Uniform Determination of Death Act » (loi sur la détermination uniforme de la mort), qui régit le don d’organes. Selon cette loi, une personne ne doit plus avoir de battements cardiaques ni de fonction cérébrale pour être considérée comme étant en état de mort cérébrale, et c’est à ce moment-là que le don d’organes peut avoir lieu.

Selon M. Schadenberg, la modification de la loi type à l’étude par la Commission du droit uniforme, l’organisation responsable de la loi type, impliquerait un changement de la définition de la mort cérébrale pour inclure un « état irréversible », comme dans le cas d’un motocycliste dont l’activité cérébrale est limitée à la suite d’un accident. Une autre modification potentielle de la loi consisterait à ce que le médecin de chevet détermine si une personne est en état de mort cérébrale — plutôt qu’un comité qui prendrait sa décision sur la base d’une série de tests — sans que la famille du défunt puisse contester la décision.

M. Schadenberg a également décrit la pratique du don d’organes dans plusieurs hôpitaux américains en vertu de la législation actuelle comme une « expérience », dans laquelle les médecins interrompent la circulation sanguine vers le cerveau dès que le cœur d’une personne cesse de battre. Une fois la circulation sanguine vers le cerveau interrompue, le cœur est remis en marche afin de préserver les organes en vue du don.

« Si vous considérez cela, c’est un problème sérieux parce que ce que vous faites en réalité, c’est que vous prenez quelqu’un qui aurait pu être maintenu en vie... mais au lieu de cela, vous le déclarez en état de mort cérébrale », a déclaré M. Schadenberg. « On le tue intentionnellement. Et comme il n’y a plus de circulation sanguine dans le cerveau, on dit : “Eh bien, il est mort”. Et on prélève ses organes ».



Laissez un commentaire