M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les politiciens canadiens commencent à prendre position en faveur des droits parentaux en matière d’éducation

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :gpointstudio/Adobe Stock

13 novembre 2023 (LifeSiteNews) — L’un des aspects les plus encourageants de la conversation publique sur les droits parentaux au Canada est le fait que les politiciens, qui sont principalement libertaires dans leurs perspectives — tels que le chef conservateur fédéral Pierre Poilievre et le premier ministre de l’Alberta Danielle Smith — expriment également leur soutien aux droits parentaux dans l’éducation. Lors du récent congrès du Parti conservateur uni à Calgary, par exemple, Mme Smith a rendu ce soutien explicite, ce qui lui a valu des applaudissements nourris de la part des députés.

« Je veux que tous les parents qui m’écoutent aujourd’hui m’entendent haut et fort : les parents sont les premiers responsables et éducateurs de leurs enfants », a déclaré Mme Smith. « Nous ne pouvons pas avoir une province ou une société prospère sans des familles fortes et épanouies. Et même si l’extrême gauche sape souvent le rôle des parents, je veux que vous sachiez que les droits parentaux et le choix de l’éducation de votre enfant sont et resteront un principe fondamental de notre parti et de notre gouvernement, et nous ne nous excuserons jamais pour cela. »

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La raison pour laquelle cela est particulièrement encourageant est que Smith et Poilievre étaient très réticents à prendre publiquement position sur la question, même si les premiers ministres du Nouveau-Brunswick et de la Saskatchewan ont joué leur carrière politique sur la législation relative aux droits parentaux, Scott Moe de la Saskatchewan ayant invoqué la « clause dérogatoire » pour annuler la tentative d’un juge de bloquer la loi (ce n’est que la deuxième fois que cette clause est utilisée en dehors du Québec). Leur soutien indique qu’ils sont désormais certains que la question est politiquement gagnante et qu’une super-majorité de Canadiens est d’accord. Le pragmatisme apporte un soutien là où les principes ne le font pas toujours.

Les militants LGBT en sont également conscients et envisagent désormais de nouvelles tactiques. Comme je l’ai indiqué en détail dans cet espace, ils ont jusqu’à présent utilisé la presse avec un grand effet, accusant leurs opposants (et les parents canadiens !) de représenter une menace active pour les « enfants LGBT » ; ils se sont appuyés sur les tribunaux pour mettre un terme à la législation en invoquant les droits de l’homme. En Saskatchewan, où cette tentative a échoué lorsque le premier ministre Scott Moe les a mis au pied du mur, ils passent à une autre stratégie : la désobéissance civile. D’après CBC (Radio-Canada en langue anglaise) :

Alex Schmidt dit qu’elle sait qu’elle pourrait subir des conséquences si elle ne respecte pas la loi provinciale sur les pronoms, mais c’est un risque qu’elle est prête à prendre. L’enseignante de l’école publique de Regina dit qu’elle préfère s’assurer que les enfants de genre différent qui pourraient être mis en danger par la loi sont en sécurité.

« Une partie du processus a toujours été : “Premièrement, merci de partager cela avec moi, et deuxièmement, comment puis-je vous soutenir ? ” a déclaré M. Schmidt. “Je pense que cela respecte les droits des parents. Et si les enfants disent : ‘J’ai besoin que vous me souteniez et que vous ne partagiez pas ces informations tant que je n’ai pas compris comment faire’, alors c’est de cette manière que je soutiendrai les élèves”. »

Mme Schmidt et des dizaines d’autres enseignants ont signé une pétition en ligne appelant les divisions scolaires à ne pas suivre la loi. Selon cette pétition, la législation nuit aux élèves de genre différent, car elle pourrait les obliger à faire leur coming out ou demander aux enseignants de se tromper de genre. « Nous continuerons à laisser aux élèves l’autonomie de leur identité et à leur permettre de déterminer qui est ou n’est pas au courant de leur révélation de genre », peut-on lire dans la pétition. La loi, adoptée en octobre, empêche les enfants de moins de 16 ans de changer de nom ou de pronom à l’école sans le consentement de leurs parents.

Cette règle faisait partie d’une politique provinciale annoncée en août. En septembre, un juge a accordé une injonction jusqu’à ce qu’une contestation judiciaire puisse être entendue, déclarant que la protection des jeunes de genre différent dépassait l’intérêt du gouvernement. Le gouvernement du Parti de la Saskatchewan a ensuite inscrit la politique dans la législation et a utilisé la clause dérogatoire pour annuler des sections de la Charte des droits et libertés et du Code des droits humains de la Saskatchewan.

Si l’on met de côté pour un moment la caractérisation bizarre de la clause dérogatoire, qui donne délibérément (et faussement) l’impression que les lois sur les droits parentaux violent les droits de l’homme, cette nouvelle tactique est intéressante pour plusieurs raisons. Au moment de la publication, CBC a confirmé que 98 personnes avaient signé la pétition et que 70 d’entre elles étaient des enseignants, la plupart travaillant à Regina ou à Saskatoon. Le reportage de CBC ne manquera pas de souligner une fois de plus que les étudiants sont « en danger » et que ces actions sont entreprises pour défendre ces étudiants, contre une politique gouvernementale dangereuse.

Les raisons de cette stratégie sont claires. N’ayant pas réussi à stopper la loi, les enseignants militants ont besoin de nouveaux outils dans leur boîte à outils, et la désobéissance civile est un outil puissant — tant qu’elle obtient une couverture médiatique qui les présente comme des héros, plutôt que comme des activistes cherchant à cacher aux parents des informations extrêmement importantes sur la santé de leurs enfants. Lorsqu’ils ont annoncé cette stratégie, ils savaient qu’ils pouvaient compter sur une couverture sympathique de la part de la presse canadienne (en particulier du radiodiffuseur public). Ce type de couverture ne présente ceux qui pratiquent la désobéissance civile que comme « progressistes », que sous un jour positif — ceux qui cherchent à aider les femmes devant les cliniques d’avortement, par exemple, ou ceux qui protestent contre l’obligation de vaccins à Ottawa avec le Convoi de la liberté pouvaient compter sur une couverture médiatique ouvertement hostile, les présentant comme de dangereux méchants. La presse soutient fermement la loi et l’ordre seulement lorsqu’elle approuve la loi et l’ordre.

Le syndicat des enseignants n’a pas encore réagi à ce nouveau développement. Il est clair que les enseignants qui violent la loi et cachent aux parents des informations sur leurs enfants doivent être licenciés. Nous verrons si le gouvernement aura le courage d’appliquer la loi.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.