M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les médecins ont dit que son bébé naîtrait en « état de mort cérébrale », mais maintenant il fait ses premiers pas


Isaiah Martin.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

En Australie, un garçon d’un an a étonné les médecins dès sa naissance prématurée à 23 semaines. Alors qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il survive, Isaiah fait maintenant ses premiers pas et donne de l’espoir à d’autres familles.

La mère d’Isaiah, Jillian Martin, a perdu les eaux alors qu’elle n’était enceinte que de 20 semaines. Les médecins l’ont emmenée dans le service des mort-nés, rapporte ABC, car ils ne s’attendaient pas à ce que son bébé survive. « Ils ont dit que mon fils allait être mort-né, parce que vous avez environ 98 % de chances d’entrer en travail après avoir perdu les eaux », a-t-elle déclaré.

Elle et son partenaire Dan Rhodes ont été « dévastés » par cette nouvelle, mais Mme Martin n’a pas commencé le travail comme les médecins l’avaient prévu. Elle a pu porter Isaiah trois semaines de plus, ce qui a donné à celui-ci le temps nécessaire pour se renforcer. « Il me restait encore un peu de liquide [amniotique], mais dans la limite inférieure de la normale », explique-t-elle. « Alors qu’ils procédaient à d’autres contrôles, les battements de cœur du bébé étaient bons ».

Mme Martin a été transportée par avion à l’hôpital universitaire de Townsville pour accoucher, mais une fois sur place, les médecins lui ont dit qu’ils pensaient que son petit garçon naîtrait en état de mort cérébrale. « C’était dur », dit-elle. « Vous avez eu tout cet espoir et vous êtes restés si positifs tout ce temps et puis en un instant, tout cela est mis par terre. »

Mais lorsqu’Isaiah est né à un peu plus de 23 semaines, il était bien vivant. Il ne pesait que 700 grammes et a été transporté à l’unité de soins intensifs néonatals, où il est resté pendant quatre mois. « Après la naissance, j’étais debout dans l’unité de soins intensifs néonatals et je n’en revenais pas qu’il soit si petit », a déclaré Jillian Martin. Il y a tellement de doutes qui vous traversent l’esprit : « Comment quelque chose d’aussi petit va-t-il pouvoir survivre ? »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Au cours des quatre mois suivants, Isaiah a dû subir des transfusions sanguines et prendre des stéroïdes. Il souffre d’une maladie pulmonaire chronique, d’une rétinopathie du prématuré (maladie des yeux) et d’une infirmité motrice cérébrale de haut niveau. Quand le moment est enfin venu de rentrer chez lui où l’attendait son frère, ses parents étaient anxieux de ne plus avoir les soins 24 heures sur 24 et les moniteurs qui avaient été une constante dans leur vie depuis la naissance d’Isaiah, les rassurant constamment sur sa bonne santé et signalant tout problème.

« Ces bips me manquaient », dit-elle. « Lors de notre première nuit à la maison, je suis presque sûre que je pouvais entendre les fourmis se promener le long des lattes du plancher ».

À la maison, une nuit, les poumons d’Isaiah se sont partiellement effondrés et on lui a diagnostiqué un VRS (virus respiratoire syncytial) et un HMPV (métapneumovirus humain). Les médecins ont dit aux parents qu’avoir ces deux virus en même temps aurait dû tuer Isaiah, mais il s’est battu avec acharnement. Après trois semaines aux soins intensifs, il était « de retour à la normale ».

« Les médecins étaient tout simplement stupéfaits », a déclaré Martin. « Ils ont dit qu’il avait défié toutes les probabilités, et au fur et à mesure qu’il a grandi, il a continué à nous surprendre ».

Aujourd’hui, le couple célèbre les premiers pas d’Isaiah et s’efforce de sensibiliser à la prématurité pour donner de l’espoir aux autres parents.

« Oui, des choses se produisent pendant la grossesse et ce n’est pas toujours simple », a déclaré Martin. « Mais parfois, ce n’est pas une condamnation à mort et des miracles peuvent se produire ».

Ce mois-ci, Curtis Zy-Keith Means est entré dans l’histoire en devenant le plus jeune bébé prématuré survivant. Né en juillet 2020 à seulement 21 semaines et un jour, Curtis est désormais le détenteur du record mondial du Livre Guinness, battant le précédent détenteur du record, Richard Hutchinson, né à 21 semaines et deux jours. Ces bébés prouvent que l’idée de « viabilité » est une fausse notion. Tout être humain vivant ─ y compris ceux qui se trouvent dans l’utérus ─ est viable parce qu’il est vivant. L’environnement naturel d’un être humain pendant les 40 premières semaines de sa vie est l’utérus de sa mère. Aucun être humain ne pourrait survivre en dehors de son environnement naturel, mais cela ne le rend pas moins humain ni moins viable.

Chaque enfant à naître et chaque bébé prématuré doit bénéficier de la meilleure chance de vie que les médecins sont en mesure de lui offrir.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire