M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Les médecins ont dit à une mère d’avorter deux de ses triplés — elle a refusé


Katie Johnson et ses triplés Oliver, Aurelia et Oscar.

Par Miciah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Quelle nouvelle dévastatrice pour Katie Johnson, une mère britannique ! La vie de ses triplés à naître était en danger, et les médecins lui suggéraient d’en avorter un ou deux pour la survie des deux autres ou du troisième.

Mais Katie Johnson et son mari, Patrick, ont choisi la vie pour les trois, rapporte The Daily Mail.

Heureusement, les bébés Oliver, Aurelia et Oscar ont tous survécu. Et les triplés londoniens sont sortis de l’hôpital à temps pour fêter Noël à la maison avec leurs parents, indique l’article.

Mme Johnson a déclaré qu’elle avait appris la menace qui pesait sur la vie de ses triplés lors de son échographie de 12 semaines. Ce jour-là, les médecins lui ont dit que les triplés ne partageaient pas le placenta de manière égale et que l’un des bébés était moins alimenté que les autres, selon l’article.

« Il y avait un risque pour eux tous », dit-elle. « Oliver était 25 % plus petit que son frère et le flux sanguin ne lui parvenait pas correctement. Si Oliver était mort, Oscar aurait pu mourir aussi. »

Comme cela arrive souvent dans de telles situations, les médecins lui ont suggéré d’avorter un ou deux des bébés à naître.

Aujourd’hui, de nombreux médecins encouragent ou parfois même poussent les futures mères à avorter leurs bébés à naître lorsqu’il y a un problème médical. Parfois, c’est parce que la mère a un cancer. D’autres fois, c’est parce que le bébé à naître a été diagnostiqué comme atteint de trisomie 21 ou de spina bifida ─ ou même d’une fente labiale. Les parents d’enfants handicapés disent souvent se sentir poussés à avorter.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les triplés Oliver, Aurelia et Oscar Johnson.

C’est une situation éprouvante pour les futures mères et elles ne devraient pas avoir à y faire face. Les médecins sont censés être des experts médicaux de confiance, des professionnels sur lesquels les gens comptent pour guérir et sauver des vies. Et les mères, déjà troublées par le problème de santé lui-même, ont le fardeau supplémentaire de décider si elles doivent faire confiance à l’avis d’un professionnel de la santé ou donner à leur bébé à naître une chance de vivre.

Malgré le risque, les Johnson ont refusé d’envisager d’avorter l’un de leurs bébés à naître.

« ... il n’était pas question d’avorter un ou deux bébés. Nous devions leur donner à tous une chance de survie », a déclaré leur mère.

Les médecins ont surveillé Johnson et ses bébés à naître de près pendant les mois qui ont suivi.

« C’était éprouvant pour les nerfs d’être scannés chaque semaine, et cela ne s’améliorait pas avec Oliver », se souvient-elle. « À 28 semaines, on nous a dit qu’il avait complètement arrêté de grandir. Mais les médecins ont dit que tant que le flux sanguin continuait à lui parvenir, ils le laisseraient dans l’utérus ».

Les triplés ont été mis au monde par césarienne d’urgence trois semaines plus tard, selon l’article. Oliver était le plus petit, pesant 2 livres 15 onces, tandis qu’Oscar pesait 4 livres et Aurélia 3 livres 15 onces.

« Ce fut un soulagement lorsqu’ils sont tous nés en toute sécurité. Oliver était incroyablement petit », a déclaré leur mère.

Les triplés ont passé quatre semaines à l’hôpital avant que les médecins ne les jugent suffisamment en forme pour rentrer chez eux. Les Johnson ont déclaré qu’ils étaient reconnaissants d’avoir leurs bébés à la maison à temps pour Noël. Leur mère les considère comme un « incroyable cadeau ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire