M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Les libéraux de Trudeau présentent un projet de loi pro-LGBT radical interdisant toute forme de « thérapie de conversion »

Par Jack Bingham — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : triocean/Adobe Stock

30 novembre 2021, Ottawa, Ontario (LifeSiteNews) — Les libéraux du premier ministre canadien Justin Trudeau ont présenté un autre projet de loi pro-LGBT radicalement à gauche qui vise à criminaliser toute forme de dites « thérapie de conversion ». Les contrevenants risqueraient plusieurs années de prison.

Lundi, le Parti libéral fédéral de Trudeau a présenté le projet de loi C-4, après que leur premier projet de loi, C-6, eût été abandonné plus tôt cette année lorsque Trudeau a déclenché des élections. Bien que similaire, le nouveau projet de loi est plus strict que le premier et est présenté comme « l’un des plus complets au monde », les contrevenants à cette politique de grande envergure étant passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans.

Le projet de loi vise non seulement à criminaliser le fait de procurer une dite thérapie de conversion à des personnes, y compris à des adultes qui la recherchent activement, mais aussi à rendre illégal le fait de « sciemment », faire « suivre une thérapie de conversion à une personne », de faire de la publicité ou de promouvoir une thérapie de conversion, de retirer un enfant du Canada dans le but de le soumettre à une thérapie de conversion, ou de recevoir un « avantage matériel, notamment pécuniaire », du fait qu’une personne subit une thérapie de conversion.

En outre, le projet de loi applique une définition large au terme « thérapie de conversion ». Ce terme inclut « une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise, selon le cas : à modifier l’orientation sexuelle d’une personne pour la rendre hétérosexuelle ; à modifier l’identité de genre d’une personne pour la rendre cisgenre ; à modifier l’expression de genre d’une personne pour la rendre conforme au sexe qui a été assigné à la personne à sa naissance ; à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels ; à réprimer toute identité de genre non cisgenre ; à réprimer ou à réduire toute expression de genre qui ne se conforme pas au sexe qui a été assigné à une personne à sa naissance ».

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En effet, non seulement la tentative d’inverser l’orientation d’une personne d’homosexuelle à hétérosexuelle est illégale, mais toute tentative visant « à réprimer ou à réduire » un comportement homosexuel ou transgenre l’est également, même si un adulte demande de l’aide pour le faire.

Selon le ministre de la Justice David Lametti, « quel que soit votre âge, la torture est une chose à laquelle vous ne pouvez pas consentir ».

Lorsqu’un projet de loi similaire a été présenté au début de l’année, Marty Moore, avocat du Justice Centre for Constitutional Freedoms [Centre de justice pour les libertés constitutionnelles] (JCCF), a déclaré à LifeSiteNews qu’il s’agissait d’un « projet de loi profondément défectueux ».

« Bien qu’il prétende criminaliser la “thérapie de conversion”, il ne cible pas les pratiques coercitives et abusives. Au contraire, le projet de loi C-6 (maintenant révisé et intitulé projet de loi C-4) empêcherait les Canadiens, en particulier les Canadiens LGBTQ, d’avoir accès aux conseils et au soutien qu’ils choisissent volontairement en ce qui concerne leur genre et leur sexualité », a déclaré M. Moore. « Au lieu de cela, le projet de loi C-6 impose, sous peine de condamnation pénale et d’emprisonnement, une unique approche pour la dysphorie de genre : la transition médicalisée. Il empêche en outre les Canadiens LGBTQ d’avoir accès à des conseils pour réduire les comportements sexuels non désirés, tout en permettant aux Canadiens hétérosexuels de le faire. »

Jack Fonseca, Directeur des opérations politiques de Campaign Life Coalition (CLC), a déclaré à LifeSiteNews qu’« il n’existe aucune protection, quelle qu’elle soit, dans le projet de loi C-6, pour les parents ou les pasteurs qui, par exemple, découragent un enfant souffrant de dysphorie de genre de s’identifier comme transgenre et tentent de l’aider à être en paix avec le corps dans lequel il est né. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire