M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les évêques américains approuvent un projet de document sur les dispositions relatives à la réception de la sainte communion

Par Emily Mangiaracina — Traduit par Campagne Québec-Vie

18 juin 2021 (LifeSiteNews) — La conférence des évêques américains a voté par 168 voix contre 55 en faveur de la rédaction d’une déclaration officielle sur l’Eucharistie. Le document traitera de l’enseignement de l’Église sur la capacité à recevoir la Sainte Communion, et concernera donc directement la question de la réception de l’Eucharistie par les politiciens catholiques pro-avortement.

La proposition du document intitulé On the meaning of the Eucharist in the life of the Church (Sur la signification de l’Eucharistie dans la vie de l’Église) a été faite à la demande de l’archevêque José Gómez de Los Angeles, en partie en réponse à ce que l’évêque Liam Cary appelle une « situation sans précédent dans le pays », à savoir le fait d’un président s’autoproclamant catholique « qui est opposé à l’enseignement de l’Église », en particulier sur le grave mal intrinsèque de l’avortement.

L’évêque Kevin C. Rhoades, président du comité de doctrine de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), a expliqué dans une allocution préenregistrée à ses collègues évêques que le document « aborde les vérités fondamentales auxquelles nous croyons » au sujet de l’Eucharistie, y compris « la présence réelle » et son caractère sacrificiel. Il se concentre également « sur la nécessité de célébrer le sacrement avec révérence et beauté », et une troisième section exprime « comment la participation à l’Eucharistie nous oblige à la conversion ».

Un sous-ensemble de cette troisième partie du document traite de la « cohérence eucharistique », déclarait Mgr Rhoades, faisant référence à la nécessité que les catholiques ne reçoivent Notre Seigneur dans la Sainte Communion qu’en état de grâce.

Les grandes lignes du document ont suscité la controverse parmi certains membres du clergé et du laïcat catholiques qui craignent que, selon les mots du cardinal Cupich, « on s’attende » « à ce que nous refusions la communion au président, au président de la Chambre des représentants Pelosi et à d’autres personnes nommées ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Malgré une vive opposition à la rédaction du document, et en particulier à la référence qu’il est prévu de faire à l’enseignement de l’Église sur la disposition relative à la réception de la sainte communion, le débat des évêques sur la question a révélé que la proposition bénéficiait d’un fort soutien.

« Un consensus s’est dégagé parmi les membres du comité sur la doctrine selon lequel on ne peut pas discuter de la centralité de l’Eucharistie comme source et sommet de la vie chrétienne sans aborder la question des actes portant atteinte à l’honneur dû au sacrement, ou qui sont cause de scandale pour les fidèles », a déclaré Mgr Rhoades dans son discours préenregistré, diffusé hier lors de l’Assemblée générale du printemps de l’USCCB.

Mgr Rhoades a également expliqué, en prévision des objections à la proposition, qu’« Il n’a jamais été dans notre intention de proposer des normes nationales destinées à refuser la Sainte Communion aux catholiques, mais de fournir une compréhension claire de la raison pour laquelle notre Église possède ces lois, en soulignant la riche tradition et l’enseignement profond sur lesquels reposent ces canons ».

« En outre, la déclaration n’a jamais été considérée par le comité sur la doctrine comme une déclaration concernant un individu en particulier, ou une catégorie de comportement peccamineux. Elle vise plutôt à sensibiliser davantage les fidèles à la nécessité de se conformer à l’Eucharistie, et de porter un témoignage public de la foi par un appel à la conversion et à l’abandon de comportement peccamineux », poursuivit Mgr Rhoades.

Au cours de la discussion des évêques, l’archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco a lancé un vibrant appel à soutenir la proposition : « Les yeux de tout le pays sont sur nous maintenant. Si nous échouons maintenant et n’agissons pas courageusement en présentant l’enseignement de l’Église — encore une fois, il s’agit d’un document d’enseignement, exhaustif — en présentant cet enseignement de manière claire et convaincante, sur cette valeur catholique fondamentale, comment pouvons-nous espérer être pris au sérieux lorsque nous parlons de tout autre sujet ? »

« Je voudrais rappeler à tous l’injonction biblique que saint Jean-Paul II a répétée tout au long de son pontificat... “N’ayez pas peur” », conclut Mgr Cordileone.

L’archevêque Joseph Naumann, président du comité pro-vie de l’USCCB, a défendu sans ambages le besoin urgent de la nécessité de ce document, proposé face à un président pro-avortement qui s’identifie comme catholique.

« Ceux qui défendent l’avortement ne parlent plus dans le langage du choix. Ils en parlent comme d’un droit*... notre président en parle comme d’un droit », a déclaré Mgr Naumann. « C’est un président catholique qui fait cela, la chose la plus agressive que nous ayons jamais vue en termes d’attaque contre la vie quand elle est la plus innocente. »

Mgr Strickland, qui a exhorté ses confrères évêques à « souligner le lien clair entre la repentance, la confession des péchés, la ferme intention de s’amender et le fait de recevoir dignement notre Seigneur », a également insisté sur le fait que « les personnes de notoriété ne peuvent pas relever d’une norme différente ».

Mgr James D. Conley de Lincoln, Nebraska, a ajouté : « Je me suis converti lorsque j’étais à l’université et c’est vraiment l’enseignement catholique sur la Sainte Eucharistie, la Présence réelle, qui m’a attiré dans l’Église catholique. Je pense que nous avons une merveilleuse opportunité, une tribune, une scène nationale, une scène internationale pour faire quelque chose de vraiment beau et puissant. »

Mgr Cordileone a commenté en réponse au vote pour la progression du document : « En ce moment historique dans l’Église, je nous exhorte tous à nous souvenir des martyrs eucharistiques qui sont morts pour protéger le Très Saint Sacrement de la profanation, et à prendre courage. »

« Je me réjouis de poursuivre un dialogue fructueux avec tous mes frères dans l’épiscopat, et je place ma confiance dans l’Esprit Saint pour qu’Il nous guide vers une unité réelle et non feinte dans le Christ. Je demande à tous les catholiques de prier pour leur propre évêque, et pour nous tous, évêques, alors que nous discernions la meilleure façon de dire ces profondes vérités sur la Sainte Eucharistie. »

Le projet de document sera discuté par les évêques en novembre lorsqu’ils se réuniront à nouveau pour leur Assemblée générale d’automne.


*Que les pro-avortement parlent de l’avortement comme d’un « choix » ou comme d’un « droit » ne change rien à son immoralité. J’imagine que Mgr Joseph Naumann signifie par-là que les pro-avortement sont rendu plus loin dans leur programme. — A. H.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire