M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les démocrates échouent à faire adopter au Sénat un projet de loi imposant l’avortement illimité dans tout le pays

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Chr. Offenberg/Adobe Stock

11 mai 2022, Washington D.C. (LifeSiteNews) — Ce 11 mai 2022, le Sénat américain a voté, avec 49 voix pour et 51 voix contre, sur un projet de loi démocrate visant à inscrire l’avortement à la demande dans la loi fédérale ; ce projet de loi cherchait à forcer les États à laisser la pratique de l’avortement se poursuivre pratiquement sans réglementation, en réponse à la fuite d’un projet d’avis indiquant que la Cour suprême pourrait finalement être prête à renverser Roe v. Wade.

La semaine dernière, Politico a publié une ébauche de l’opinion majoritaire du juge conservateur Samuel Alito dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, qui concerne l’interdiction de l’avortement à 15 semaines dans le Mississippi. Le projet déclare que « Roe était une erreur flagrante dès le départ » et qu’il est donc « temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l’avortement aux représentants élus du peuple ». En réponse, la Cour a annoncé que le projet était authentique mais « ne représente pas une décision définitive de la Cour ou la position finale d’un membre sur les questions de l’affaire ».

On ne sait toujours pas si le projet d’Alito représente une décision finale d’annuler Roe, s’il s’agit d’une décision provisoire susceptible d’être modifiée, s’il a été préparé en prévision d’une majorité portée à l’annulation ou s’il a été rédigé dans l’espoir de persuader les collègues d’Alito de signer. Quoi qu’il en soit, la fuite a provoqué une onde de choc à travers le spectre politique, les partisans de la vie se réjouissant provisoirement, les politiciens et les militants pro-avortement manifestant leur colère, et beaucoup spéculant que la fuite pourrait avoir été destinée à faire pression sur les juges pour qu’ils changent leur vote, ou à inciter à la haine et aux menaces contre eux.

En réponse, les dirigeants démocrates du Sénat ont prévu un autre vote sur le projet de loi dit de protection de la santé des femmes (WHPA), qui a été introduit à plusieurs reprises au fil des ans, sans succès, mais que le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a présenté comme une occasion de mettre les positions des républicains sur le tapis.

Le projet de loi, qui a été adopté par la Chambre des représentants en septembre et qui a le soutien du président Joe Biden, établit un droit statutaire fédéral de pratiquer et d’obtenir des avortements, y compris après l’âge de viabilité du fœtus (sous la large couverture de la « santé »), et interdit spécifiquement aux États de soumettre l’avortement à des exigences d’échographie (même si celles-ci sont standard pour discerner l’âge du fœtus), à des périodes d’attente obligatoires, à des exigences de consentement éclairé et à d’autres règlements de santé et de sécurité, tel que le privilège d’admission.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La loi protège également les avortements dits « par webcam » (c’est-à-dire la distribution de pilules abortives sans visite médicale en personne), interdit d’empêcher les avortements fondés sur la race, le sexe ou le handicap du bébé, et interdit de prohiber des techniques particulières telles que les procédures de dilatation et d’évacuation (D&E), mieux connues sous le nom d’avortements par « démembrement » parce qu’elles consistent à déchirer littéralement les bébés à naître dans l’utérus, puis à les retirer de l’utérus membre par membre.

Comme prévu, le projet de loi n’a pas obtenu les 60 voix nécessaires pour invoquer la clause de blocage, ni la majorité simple qui aurait été nécessaire pour adopter le projet de loi et l’envoyer sur le bureau de Biden.

Alors que le vote était destiné à apaiser les groupes de pression de l’avortement, la dernière version du projet de loi a provoqué la consternation des groupes d’avortement, a rapporté HuffPost car, bien que son contenu soit exactement le même, il omet un préambule de conclusions législatives qui « décrivait en détail l’histoire des restrictions à l’avortement, les façons dont elles se sont croisées avec le racisme, l’élitisme et la misogynie, et comment des interdictions comme celles qui se jouent actuellement au niveau de l’État affectent de façon disproportionnée les plus vulnérables ».

Schumer et d’autres démocrates de premier plan auraient rencontré les dirigeants des groupes mécontents et leur auraient expliqué que le langage relatif aux récits de « justice sociale » sans rapport avec le sujet pourrait coûter les votes d’une dizaine de démocrates. Le principal parrain de l’AMPS, le sénateur démocrate Richard Blumenthal du Connecticut, a déclaré au HuffPost qu’ils voulaient « attirer le soutien le plus large possible et éviter toute question qui divise inutilement ».

Si l’avis d’Alito s’avère être la décision finale de la Cour suprême, ses ramifications seront drastiques. Plus de 20 États ont actuellement des lois qui interdiraient effectivement l’avortement sur leur territoire après la chute de Roe, qu’il s’agisse d’interdictions d’avortement antérieures à Roe qui n’ont pas été appliquées ou de « lois de déclenchement » conçues pour ne pas entrer en vigueur avant une décision comme celle d’aujourd’hui. Dans ces États, l’avortement deviendrait illégal dès que le jugement serait rendu.

Plus d’une douzaine d’autres États, ainsi que le District de Columbia, disposent de lois protégeant légalement l’avortement, dont trois au moins codifient explicitement cette pratique comme un « droit ». L’avortement resterait légal dans ces juridictions, ainsi que dans les autres États qui n’ont pas précisé le statut de l’avortement d’une manière ou d’une autre, mais sans l’arrêt Roe, les résidents des États auraient le pouvoir de voter sur la question pour eux-mêmes, ou de faire pression sur leurs représentants élus pour changer la loi dans un sens ou dans l’autre. Les pro-vie au Congrès pourraient également chercher à obtenir une interdiction de l’avortement à l’échelle nationale.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire