M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les « changements » de sexe sur les certificats de naissance destinés à refléter l’« identité de genre » sont interdits au Montana

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Gajus/Adobe Stock

15 septembre 2022, Helena, Montana (LifeSiteNews) — Le Département de la santé publique et des services sociaux du Montana (MPHHS) a officiellement adopté un règlement visant à garantir que seul le sexe biologique*, et non « l’identité de genre », sera enregistré sur les actes de naissance officiels et il ne pourra être modifié.

Fox News rapporte que la règle, adoptée le 9 septembre, supprime la catégorie « genre » des certificats de naissance et la remplace par « sexe », avec « homme » et « femme » comme seules options, qui ne peuvent être modifiées après coup que si une erreur a été commise lors de l’identification ou de l’enregistrement initial.

La règle découle d’une ordonnance d’urgence émise par le MPHHS en mai affirmant que le sexe « est différent du genre et constitue un fait génétique immuable, qui ne peut être modifié, même par une intervention chirurgicale », et que par conséquent « la modification du sexe identifié ou cité sur un certificat de naissance basée sur la transition de genre, l’identité de genre ou le changement de genre » n’était pas autorisée.

L’ordonnance est une réponse à la décision prise en avril par le juge Michael Moses de bloquer une loi de l’État qui renforce les conditions de modification du sexe figurant sur l’acte de naissance en apportant la preuve d’une « transition de genre ». Le juge Moses a fait valoir que la loi était trop vague ; l’État a répondu que sa décision laissait la question dans une « situation ambiguë et incertaine ».

« Il est évident que les intentions derrière ces lois discriminatoires sont de nuire aux personnes transgenres, qui sont déjà confrontées à des niveaux élevés de discrimination et de préjudice », a déclaré l’avocate Akilah Lane, de la section du Montana de l’American Civil Liberties Union (ACLU), une organisation de gauche, qui a poursuivi l’État au nom de plaignants souffrant de confusion de genre.

Alors que les certificats de naissance sont censés enregistrer des informations exactes sur les résidents à des fins médicales et d’identification, permettre aux résidents de changer leur sexe inscrit vise à céder à l’un des articles les plus récents de la foi progressiste : le genre n’est rien d’autre qu’une question de perception de soi que les individus sont libres de changer à volonté, sans corrélation avec le sexe biologique, qui est en réalité enraciné dans les chromosomes d’un individu et reflété par des centaines de caractéristiques génétiques.

Le Montana rejoint une poignée d’États, tels que l’Oklahoma, le Tennessee et la Virginie-Occidentale, qui interdisent de modifier le sexe déclaré d’une personne pour refléter une fausse « identité de genre ». Les tribunaux ont récemment annulé des mesures similaires en Idaho et en Ohio. Quant aux États du Connecticut et de la Pennsylvanie, ils sont allés jusqu’à remplacer les termes « mère » et « père » sur les formulaires de naissance par « parent accoucheur » et « parent non-accoucheur ».


*« Sexe biologique » est un terme redondant, car le sexe est biologique ! — A.H.



Laissez un commentaire