M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les Canadiens s’opposent fortement au prérequis proavortement du programme Emplois d’été Canada

Par CNW

Environ les deux tiers limiteraient également l’avortement aux trois premiers mois de grossesse, au plus.

Ottawa, Ontario, le 9 mai 2018 (CNW) — Les Canadiens sont fortement opposés à la nouvelle exigence en matière d’avortement dans le cadre du programme Emplois d’été Canada (EÉC) et les deux tiers limiteraient également l’avortement au premier trimestre de la grossesse, selon une nouvelle enquête des Chevaliers de Colomb diffusée aujourd’hui [9 mai 2018].

Les résultats sont arrivés au moment où des milliers de personnes se préparent à manifester à Ottawa, jeudi, pour exiger que les lois canadiennes préservent le droit à la vie, et quelques mois après que le gouvernement a annoncé que les subventions à Emplois d’été Canada ne seront accordées qu’aux organismes qui confirment leur position pro-choix dans leur demande.

Selon le gouvernement du Canada, le programme EÉC offre des subventions salariales aux employeurs afin de créer des emplois pour les étudiants des niveaux secondaires et postsecondaires. EÉC accueille les demandes de petites entreprises, d’employeurs sans but lucratif, d’organismes du secteur public et d’organisations confessionnelles qui offrent des emplois d’été de qualité aux étudiants.

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La majorité (51 %) des Canadiens estiment qu’il est injuste de devoir soutenir l’avortement pour participer au programme d’emplois d’été — soit près du double des personnes qui estiment que l’exigence est juste (27 %).

Près de la moitié (47 %) affirment qu’une telle exigence est discriminatoire, alors qu’environ le quart seulement (26 %) sont en désaccord. De plus, selon une marge à deux chiffres, une majorité simple est d’avis que l’avortement ne devrait pas être une condition préalable au programme d’emplois d’été (48 % vs 32 %).

Selon des marges aussi grandes, les Canadiens s’opposent également à l’application de l’exigence à d’autres programmes d’emploi fédéraux (50 % vs 29 %) ou à l’obligation, pour les groupes religieux, de se conformer à cette exigence (47 % vs 31 %).

Plus de quatre répondants sur dix (43 %) disent que cette exigence viole la Charte canadienne des droits et libertés. Moins de trois sur dix (28 %) sont en désaccord.

Parallèlement, peu de Canadiens savent que cette exigence a été mise en œuvre. Environ le quart (26 %) ont dit qu’ils le savaient, tandis que les deux tiers (66 %) ont dit qu’ils ne le savaient pas.

En ce qui concerne l’avortement proprement dit, la plupart des Canadiens s’identifient comme étant « pro-choix » (62 %), mais un pourcentage encore plus élevé — près des deux tiers (65 %) — souhaiterait que l’avortement soit limité aux trois premiers mois de grossesse. Cela comprend une majorité (52 %) de ceux qui se proclament pro-choix.

Une majorité de ceux qui s’identifient comme pro-choix (44 %) pense également que l’obligation d’avortement dans le programme d’emploi est injuste, comparativement à 36 % qui jugent qu’elle est juste.

Plus de la moitié des Canadiens (54 %) affirment également que l’avortement est un facteur contribuant à leur soutien aux candidats lorsqu’ils votent pour un parti politique aux élections fédérales.

Le sondage a été commandé par les Chevaliers de Colomb, au moyen d’un sondage en ligne de 15 minutes mené par StrategyOne en anglais et en français, auprès de n = 1 837 répondants canadiens. Les répondants étaient représentatifs à l’échelle nationale sur le plan de l’âge, du sexe, de l’ethnicité, du revenu et de la région, et tous les participants avaient le droit de voter au Canada.

Renseignements

Les Chevaliers de Colomb, qui comptent près de deux millions de membres et 15 000 conseils (dont 300 conseils collégiaux), soutiennent un large éventail de causes caritatives à l’échelle locale et internationale. En 2016, les Chevaliers de Colomb ont versé 177,5 millions de dollars en dons et consacré plus de 75 millions d’heures au service, évaluées à 1,8 milliard de dollars.

Source : Knights of Columbus

Renseignements : personne-ressource : Joe Cullen : cell. 203-415-9314; joseph.cullen@kofc.org



Laissez un commentaire