M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les avortements en Caroline du Nord diminuent de 31 % après l’entrée en vigueur de l’interdiction d’avorter après 12 semaines

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : buritora/Adobe Stock

16 octobre 2023 (LifeSiteNews) — Le nouveau rapport d’un groupe de réflexion pro-avortement montre qu’en Caroline du Nord l’interdiction d’avorter après 12 semaines de gestation et la mise en vigueur d’autres protections pro-vie a réduit le nombre de bébés tués de 31 % sur une période d’un mois.

« Cette baisse de 31 % du nombre d’avortements pratiqués dans les établissements en un mois — la plus importante de tous les États — fait suite à la mise en œuvre, dans l’État, depuis le 1er juillet, de nouvelles restrictions sévères en matière d’avortement, notamment l’interdiction des avortements pratiqués après 12 semaines de gestation et l’obligation de se présenter en personne pour obtenir des conseils exigés par l’État », écrit l’Institut Guttmacher dans son analyse.

Cependant, le nouveau rapport de Guttmacher montre que 2 920 bébés innocents ont encore été tués dans l’utérus au mois de juillet, bien que cela représente une baisse de 31 % par rapport au mois de juin. Les nouvelles limites imposées par l’État aux avortements chirurgicaux et aux avortements dits « médicaux » sont entrées en vigueur le 1er juillet.

Si la baisse du nombre total d’avortements en un mois est un pas vers l’élimination complète du meurtre des enfants à naître et indique que les lois peuvent effectivement mettre un terme à l’avortement, le rapport ne tient pas compte des avortements pratiqués en dehors du « système officiel de soins de santé ». Des données récentes montrent toutefois que les taux de natalité ont augmenté dans les États qui ont restreint l’avortement depuis l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade et que de nombreuses femmes dans ces États n’ont pas eu recours à des avortements « autogérés », tels que des pilules abortives illégales.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le rapport Guttmacher a constaté que les États voisins n’ont pas connu une augmentation équivalente du nombre d’avortements, ce qui suggère que les résidentes de Caroline du Nord ne se sont pas rendues ailleurs pour avorter ni n’ont eu recours à des pilules illégales.

« Les nouvelles données de Guttmacher ne montrent aucune augmentation des avortements pratiqués dans les juridictions voisines ou proches (Caroline du Sud, Virginie, District de Columbia ou Maryland) qui compenserait la baisse de plus de 30 % en Caroline du Nord », indique l’analyse. « Cela pourrait indiquer que certaines personnes, qui auraient autrement obtenu un avortement dans le cadre du système officiel de soins de santé en Caroline du Nord, ont pu gérer elles-mêmes leur avortement (par exemple, en se procurant des pilules abortives par courrier) » ou qu’elles ont poursuivi leur grossesse.

« L’exigence de la Caroline du Nord de deux visites en personne, à au moins trois jours d’intervalle, est probablement un obstacle majeur que de nombreuses personnes qui viendraient de l’extérieur de l’État pour se faire avorter ne sont pas en mesure de surmonter ».

L’administration Biden a cherché à éliminer toute restriction sur la distribution des « médicaments » abortifs dangereux et a unilatéralement mis fin à l’exigence que ces produits soient délivrés en personne.

De grandes pharmacies, dont CVS et Walgreens, ont également annoncé qu’elles commenceraient à distribuer ces produits abortifs dangereux.

Les restrictions imposées par la Caroline du Nord restent plus permissives que celles d’autres États du Sud, qui ont imposé des limites plus strictes à l’avortement. La Floride interdit les avortements à six semaines de gestation, tandis que la Caroline du Sud a sa propre interdiction de six semaines, bien que les bébés puissent être tués dans l’utérus jusqu’à 12 semaines s’ils ont été conçus à la suite d’un viol ou d’un inceste.

Les pro-vie ont toutefois souligné que la vie commence dès la conception et que le meurtre délibéré d’un enfant à naître n’est jamais nécessaire d’un point de vue médical. Les bébés à naître ne sont jamais responsables des circonstances de leur conception.



Laissez un commentaire