M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Texas devient le premier État à appliquer la « loi sur les battements de cœur », protégeant l’enfant à naître

Par LiveActionNews — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Pixel-Shot/AdobeStock

Le 1er septembre 2021 à minuit, la Cour suprême des États-Unis n’avait pas encore répondu à l’appel d’urgence des partisans de l’avortement visant à empêcher l’entrée en vigueur de la loi texane sur les battements de cœur, qui protège les enfants à naître dès les premiers battements de cœur détectables (vers cinq à six semaines de gestation). Selon Associated Press, au moins 12 autres États avaient précédemment adopté des lois visant à protéger les enfants au même stade de la gestation, mais aucune n’avait été autorisée à entrer en vigueur jusqu’à présent, faisant du Texas le premier État à réussir à faire appliquer une telle loi.

Les médias ont rapporté que les centres d’avortement de l’État ont cessé de programmer des avortements au-delà de six semaines quelques jours avant la date d’entrée en vigueur du 1er septembre. L’AP a noté que « Planned Parenthood fait partie des prestataires d’avortement qui ont cessé de programmer des avortements au-delà de six semaines de la conception ».

Selon l’appel d’urgence, la loi « réduira immédiatement et de manière catastrophique l’accès à l’avortement au Texas, empêchant les soins pour au moins 85 % des patientes texanes recherchant un avortement (celles qui sont enceintes de six semaines ou plus) et forçant probablement de nombreuses cliniques d’avortement à fermer leurs portes ». Le Texas Policy Evaluation Project de l’Université du Texas à Austin estime qu’environ 80 % des avortements dans l’État seront évités. Toutefois, ces estimations ne sont pas vérifiables car les données sur les avortements au Texas regroupent les avortements pratiqués à huit semaines ou avant. Les données du ministère de la Santé et des Services sociaux du Texas montrent qu’en 2020, 53 922 avortements ont été pratiqués au Texas pour des résidentes du Texas. Parmi ceux-ci, 45 458 (environ 84 %) ont eu lieu à huit semaines ou moins de grossesse. La loi texane sur les battements de cœur ne restreint pas l’avortement en fonction de l’âge gestationnel, mais de la détection des battements de cœur du fœtus par la méthode que l’avorteur juge appropriée ─ probablement une échographie ou un moniteur Doppler des battements de cœur du fœtus. Selon la loi, « un médecin n’enfreint pas cette section s’il effectue un test de détection des battements de cœur du fœtus comme requis [...] et ne détecte pas de battements de cœur du fœtus. » Il est donc difficile de déterminer combien d’avortements seront évités, mais il s’agira probablement d’un pourcentage élevé, peut-être même supérieur à 85 %.

« À l’heure actuelle, dans le grand État du Texas, chaque enfant dont le battement de cœur est détectable est légalement protégé contre la violence de l’avortement. C’est un pas en avant historique pour les droits humains fondamentaux », a déclaré Lila Rose, fondatrice et présidente de Live Action. « J’applaudis les courageux défenseurs et législateurs du Texas d’avoir adopté cette loi innovante conçue pour résister au raz-de-marée d’attaques des avorteurs et de leurs apologistes. Les citoyens et les législateurs doivent être vigilants dans leur défense de cette loi car nous savons que l’industrie de l’avortement est déterminée à profiter de la mort d’autant d’enfants qu’elle le peut. Quoi qu’il arrive, aujourd’hui est un jour de fête, et un sursis vital pour les précieux enfants dont la mort est programmée derrière les portes d’une entreprise d’avortement du Texas. Des dizaines de centres de grossesse favorisant la vie, dans tout l’État, se tiennent prêts à fournir les ressources et la compassion nécessaires pour que chaque mère et chaque père soient équipés pour prendre soin de leurs enfants et de leurs familles. Le mouvement pro-vie continuera à se battre jusqu’à ce que chaque enfant soit protégé par la loi et soutenu pour qu’il puisse vivre pleinement son potentiel. »

La loi texane sur le battement de cœur est unique en ce sens qu’elle prévoit des sanctions civiles contre ceux qui commettent ou « aident et encouragent » un avortement dès qu’un battement de cœur est détectable. Comme l’a rapporté Live Action News en mai après la signature de la loi, « bien que la loi ne prévoie pas de sanction pour les femmes qui se font avorter après la détection d’un battement de cœur chez leur enfant, elle permet aux particuliers d’intenter des poursuites contre un médecin qui pratique un avortement sur un tel enfant », ainsi que contre ceux qui aident une femme à se faire avorter. L’industrie de l’avortement a réagi en qualifiant la partie de la loi relative aux actions civiles de « prime à l’avortement ».

Le cœur d’un enfant à naître commence à battre entre 16 et 22 jours après la fécondation, mais une vie humaine unique commence au moment de la fécondation.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire