M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le saviez-vous ? le gouverneur pro-vie du Dakota du Sud n’a jamais confiné l’État


Kristi Noem, gouverneur du Dakota du Sud.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Gage Skidmore/Flickr

L’État du Dakota du Sud, comptant environ 880 000 habitants, qui a pour gouverneur Kristi Noem, n’a jamais été confiné le moins du monde. Le fait est que Kristi Noem, républicaine fortement pro-vie, a préféré étudier la question du covid-19, faire des recommandations à la population Sud-dakotaise et lui faire confiance pour la conduite à adopter, plutôt que de se précipiter dans des mesures « sanitaires » néfastes pour l’économie, le bien-être, et, finalement, la santé elle-même, prétexte du coronacircus. Rassurez-vous, s’il est besoin, ce n’était pas un simple coup de dés lancé au hasard, car, si elle a décidé de ne pas porter d’attention aux nombres de « cas » (bravo !), elle a surveillé les chiffres d’hospitalisations qui n'ont été que jusqu’à environ 600 dans un même moment (contrairement à ce que le Dr Fauci avait prédit, annonçant le nombre catastrophique de 10 000 hospitalisations simultanées…). Encore une fois, peut-être est-il nécessaire de le répéter, le bon sens et le courage requis pour tenir une position pro-vie se voient encore à l’œuvre face à un mensonge autre que celui de l’avortement : le sanitairisme covidien. (Quand donc la belle province enlèvera-t-elle son hideux masque ?)

Le gouverneur Kristi Noem donne un bon résumé des actes qu’elle a posé depuis le début de la « pandémie », et de ceux qu’elle n’a pas posés, dans un discours donné lors de la Conservative Political Action Conference (CPAC), qui a réuni les conservateurs américains du 25 au 28 février 2021 pour écouter les grandes figures du mouvement tel que Donald Trump ou Kristi Noem. Extrait du discours de Kristi Noem sur Rev :

Ah, merci. Maintenant, écoutez. Écoutez, je pense qu’il y a un an, la plupart d’entre vous ne savaient même pas qui je suis, mais contrairement aux médias démocrates, je suis sûr que vous savez tous au moins qu’il y a deux Dakotas, et que je suis le gouverneur du plus chaud des deux. Je suis ici aujourd’hui pour vous faire part de certaines des leçons tirées de l’expérience de mon État. Je pense que la principale question à laquelle il faut répondre cette fin de semaine est : pourquoi l’Amérique a-t-elle besoin de conservateurs ? On peut répondre à cette question en ne mentionnant qu’une seule année, et cette année est 2020. Maintenant, tout le monde sait que, presque du jour au lendemain, nous sommes passés d’une économie florissante à un arrêt tragique à l’échelle nationale. Au début de 2020, le président Trump avait créé 7 millions de nouveaux emplois américains. Nous avions le taux de chômage le plus bas depuis plus d’un demi-siècle, et les taux de chômage des noirs, des hispanophones et des Asiatiques américains ont atteint les niveaux les plus bas de l’histoire. Plus de 10 millions de personnes avaient été sorties de la pauvreté et de l’état où l’on a recours à l’aide sociale. Tout cela a changé en mars.

Aujourd’hui, la plupart des gouverneurs ferment leur État. Il s’en est suivi un chômage record, des fermetures d’entreprises, la fermeture de la plupart des écoles et la communauté a souffert, l’économie américaine s’est immédiatement bloquée. Maintenant, laissez-moi être clair, le covid n’a pas écrasé l’économie, c’est le gouvernement qui l’a écrasé. Et puis, tout aussi rapidement, le gouvernement a fait volte-face et s’est présenté comme le sauveur, et franchement, le département du Trésor ne peut imprimer d’argent assez rapidement pour suivre la liste de souhaits du Congrès. Mais tout le monde n’a pas suivi cette voie. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, le Dakota du Sud est le seul État américain qui n’a jamais ordonné la fermeture d’une seule entreprise ou d’une seule église. Nous n’avons jamais émis de décret de confinement. Nous n’avons jamais exigé que les gens portent le masque. Nous n’avons même jamais défini ce qu’est une entreprise essentielle, car je ne crois pas que les gouverneurs aient l’autorité de vous dire que votre entreprise n’est pas essentielle.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Aujourd’hui, les écoles du Dakota du Sud ne sont pas différentes de celles des autres pays d’Amérique, mais nous avons abordé la pandémie différemment. Dès les premiers jours de la pandémie, notre priorité a été les élèves, leur bien-être et leur éducation. Lorsque vint le moment de retourner à l’école à l’automne, nous avons mis nos enfants en classe. Les enseignants, les directeurs, les parents et les élèves eux-mêmes étaient unanimes pour faire en sorte que les choses fonctionnassent pour nos enfants, et la meilleure façon de le faire était que cela se passât dans la salle de classe. Maintenant, dans le Dakota du Sud, j’ai fourni toutes les informations dont nous disposions à nos gens, et je leur ai fait confiance pour prendre des décisions pour eux-mêmes, pour leur famille et, à leur tour, pour leur communauté. Nous ne nous sommes jamais concentrés sur les chiffres des cas. À la place, nous avons gardé un œil sur la capacité des hôpitaux. Le Dr Fauci m’avait dit que, au pire moment, j’aurais 10 000 patients à l’hôpital. À notre pire moment, nous en avions un peu plus de 600. Je ne sais pas si vous êtes d’accord avec moi, mais le Dr Fauci se trompe beaucoup.

Même en cas de pandémie, la politique de santé publique doit prendre en compte le bien-être économique et social des gens. Les besoins quotidiens doivent toujours être satisfaits. Les gens ont besoin de garder un toit au-dessus de leur tête. Ils doivent nourrir leur famille. Et ils ont encore besoin d’un but. Ils ont besoin de leur dignité. Mon administration a résisté à l’appel à la lutte contre le virus au détriment de tout le reste. Nous avons examiné la science, les données et les faits, puis nous avons adopté une approche pondérée. À vrai dire, je n’avais jamais pensé que les décisions que je prenais allaient être uniques. Je pensais qu’il y en aurait d’autres qui suivraient des principes conservateurs de base, mais je suppose que j’avais tort. Posez-vous la question suivante : jusqu’où les gens vont-ils aller pour faire respecter le masque obligatoire ? Une fois que vous commencez à confiner, combien de temps pouvez-vous le maintenir ? Dans le Dakota du Sud, nous avons eu quelques cas en mars et avril, mais le virus n’a pas vraiment frappé le Midwest avant la fin de l’automne. Aurions-nous dû maintenir les gens chez eux depuis le mois de mars ? Bien sûr que non.

Il est important de poser ces questions. Nous devons montrer aux gens à quel point ces restrictions sont arbitraires, ainsi que la coercition, la force et les mesures anti-liberté que les gouvernements prennent pour les faire respecter. Souvent, l’application de ces mesures n’est basée sur aucun fait. La justification de cette tentative d’atténuation de la propagation est tout sauf scientifique. Nombreux sont ceux qui, dans les médias, ont critiqué l’approche du Dakota du Sud. Ils m’ont dit mal informé, imprudente et même négationniste. Certains ont même affirmé que le Dakota du Sud était le pire endroit sur la terre en ce qui concerne le covid-19. C’est un mensonge. Parallèlement, les médias louaient les gouverneurs qui ont imposé le confinement, qui ont imposé les masques et qui ont fermé des entreprises, les applaudissant d’avoir pris les bonnes mesures pour atténuer la propagation du virus. À un moment donné, je suis apparue au Sunday Show de George Stephanopoulos. Je ne sais pas si vous l’avez regardé. Non, vous n’avez pas regardé ? Choquant. Il venait de terminer un segment avec le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, où il lui demandait de me donner des conseils sur la manière de gérer le covid.

Il semble que ce soit le bon moment pour rappeler à tout le monde ce que le gouverneur Cuomo faisait à New York. Le 25 mars, Cuomo a décrété que les patients covids devaient être placés dans les maisons de soins et il a interdit au personnel de tester les gens avant de les y admettre. Neuf jours plus tard, il a fait adopter une loi interdisant les poursuites judiciaires contre les maisons de retraite pour les décès par covid. Six jours plus tard, il a interdit aux maisons de soins d’envoyer les patients covids sur le navire-hôpital de la marine ou à l’hôpital de campagne tout proches, tous deux essentiellement vides. Huit jours plus tard, les premiers décès ont commencé à se pointer. Et le 28 janvier de cette année, le procureur général de New York a révélé que Cuomo et son administration avaient considérablement sous-estimé jusqu’à 50 % le nombre de décès liés au covid dans les maisons de retraite. Pour aggraver les choses, il a essayé de le dissimuler. Considérez que c’est le héros Covid des médias. Au fait, il a également gagné un prix Emmy et a écrit un livre sur sa réponse au covid. Alors, qui avait vraiment besoin de conseils ?

Dans le Dakota du Sud, nous avons fait les choses différemment. Nous avons appliqué le bon sens et les principes conservateurs de gouvernance. Nous n’avons jamais dépassé la capacité de nos hôpitaux et notre économie est en plein essor. Nous avons le taux de chômage le plus bas du pays. Nous sommes le numéro un de la nation pour ce qui est de maintenir les emplois, de garder les entreprises ouvertes et de garder l’argent dans les poches de nos gens. Les habitants du Dakota du Sud ont travaillé plus d’heures et ont eu un salaire plus élevé que les autres travailleurs du pays.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire