M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, déclare qu’il défendrait une loi interdisant les actes homosexuels


Ken Paxton, procureur général du Texas.

Par Joseph Summers — Traduit par Campagne Québec-Vie

5 juillet 2022, Austin (LifeSiteNews) — Le procureur général du Texas serait prêt à contester une décision de la Cour suprême qui protège les actes homosexuels.

Ken Paxton, procureur général du Texas, a déclaré au présentateur de NewsNation, Leland Vittert, qu’il serait prêt à tester la loi anti-sodomie de l’État devant la Cour suprême (SCOTUS) en fonction de la constitutionnalité de la loi.

Cette déclaration faisait suite à une question sur l’opinion concordante du juge Clarence Thomas dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health, dans laquelle il déclarait que la Cour suprême des États-Unis devrait réexaminer tous ses précédents en matière d’application régulière de la loi, y compris une décision qui déclarait inconstitutionnelles les lois interdisant les actes homosexuels.

Lors d’un entretien avec M. Vittert le 24 juin, on a demandé à M. Paxton s’il serait prêt à défendre une loi qui remettrait en cause les précédents de la SCOTUS en matière d’application régulière de la loi quant à la sodomie.

« Oui. Je veux dire qu’il y a toutes sortes de questions ici, mais il est certain que la Cour suprême est intervenue dans des questions qui, à mon avis, ne font l’objet d’aucune disposition constitutionnelle », a déclaré M. Paxton. « Il s’agissait de questions légitimes, et c’est l’une de ces questions, et il pourrait y en avoir d’autres. Donc, cela dépendrait de la question et de ce que la loi de l’État a dit à l’époque. »

Lorsque M. Vittert a insisté sur le fait qu’il n’excluait pas de défendre une telle loi, M. Paxton a déclaré : « Mon travail consiste à défendre les lois de l’État, et je continuerai à le faire. C’est mon travail selon la constitution, et je suis prêt à le faire. » Pressé davantage, Paxton a déclaré : « Il faudrait que j’y jette un coup d’œil. C’est un nouveau territoire pour nous, donc je devrais voir comment la législation est présentée et si nous pensons pouvoir la défendre. »

« En fin de compte, si elle est constitutionnelle, nous allons la défendre », a conclu M. Paxton.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les questions de Vittert ont fait suite aux remarques faites par le juge Thomas dans son opinion concordante dans l’affaire Dobbs, dans laquelle il a écrit que la SCOTUS devrait réexaminer ses précédents en matière de procédure régulière dans le sillage de l’annulation de Roe v. Wade.

La Cour explique bien pourquoi, selon nos précédents en matière de procédure régulière, le prétendu droit à l’avortement n’est pas une forme de « liberté protégée par la Clause de procédure régulière », écrit Thomas. « C’est pourquoi, dans les affaires futures, nous devrions reconsidérer tous les précédents de cette Cour en matière de procédure régulière, y compris Griswold, Lawrence et Obergefell », écrit Thomas.

Dans l’affaire Lawrence v.Texas, SCOTUS a déclaré inconstitutionnelles les lois contre la sodomie en se fondant sur des arguments de procédure régulière comme ceux de l’affaire Roe.

Des lois similaires existent toujours dans 15 autres États. Si la SCOTUS annule l’arrêt Lawrence, ces lois entreront immédiatement en vigueur, selon le New York Daily News.

Rochelle Garza, une démocrate qui se présente contre Paxton pour le poste de procureur général, a écrit sur Twitter que « Roe n’était que le premier -- ils ne s’arrêteront pas avant d’avoir fait reculer tous nos droits civils ».

Paxton a l’habitude de combattre l’idéologie LGBT. En mars, il a averti que le district scolaire indépendant d’Austin avait violé la loi du Texas en proposant un programme scolaire sur le thème de la « fierté », ce qui, selon Paxton, violait la loi du Texas. En septembre 2021, Paxton a intenté un procès contre l’administration Biden pour sa tentative de forcer les entreprises à appliquer l’idéologie du genre.

Au début de l’année, Paxton a annoncé dans un avis consultatif que les pratiques de « changement de sexe » transgenre sur des personnes mineures constituent des abus envers les enfants en vertu du code de la famille du Texas.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire