M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Guatemala suit l'exemple pro-vie de l'Argentine et fait échouer un projet de loi sur l'avortement


Drapeau du Guatemala.

Par LifeSitenews — traduit par Campagne Québec-Vie

6 septembre 2018, (Society for the Protection of Unborn Children) [Société pour la protection des enfants à naître)] Le mois dernier, le Sénat argentin a rejeté un projet de loi visant à [... étendre] l'avortement. Tandis qu'au Guatemala, la majorité pro-vie n'a même eu à attendre les résultats d'un vote, car la pression qu'elle a exercée a obligé les groupes soutenant la clause, qui auraient légalisé l'avortement dans certaines circonstances, à l'abandonner.

Un projet de loi parrainé par le parti d'opposition de gauche Convergencia contenait une disposition qui permettrait aux mineures victimes d'abus sexuels d'avorter au cours des 12 premières semaines de grossesse.

Défendre la vie humaine

Le Guatemala n'autorise l'avortement que lorsque la vie de la mère est en danger et il s'est fermement opposé à toute tentative visant à imposer une généralisation de l'avortement. L'année dernière, l'armée a bloqué un navire néerlandais qui distribuait des pilules abortives illégales, affirmant qu'elle défendrait «la vie humaine et les lois de notre pays».

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Dimanche, 20 000 personnes, soutenues par les églises catholique et évangélique, sont descendues dans la rue pour protester contre la loi et pour soutenir la vie et la famille. Cette vive opposition a forcé les militants à battre en retraite à la hâte, décidant hier de supprimer cette clause.

Paula Barrios de Women Transforming the World (un projet du Fonds des Nations Unies pour la population, qui est connu pour soutenir l'avortement et la stérilisation forcés), a déclaré à l'AFP "nous ne sommes pas prêts à parler de «l'avortement au Guatemala».

Combattre à la grandeur de l'Amérique latine

Sans la clause sur l'avortement, le projet de loi, qui vise à fournir un soutien social et éducatif aux filles qui tombent enceintes, a de fortes chances d'être adopté par le Parlement. Un projet de loi qui, en plus de durcir les lois sur l'avortement, interdit le mariage homosexuel et définit la famille comme étant limitée au père, à la mère et aux enfants, doit également faire l'objet d'un débat.

La lutte autour du droit à la vie pour les enfants à naître se poursuit dans toute l'Amérique latine, avec des propositions en cours pour libéraliser l'avortement au Chili et au Brésil, mais la victoire au Guatemala et la récente victoire en Argentine montrent qu'un effort pro-vie uni peut être suffisant pour faire respecter les droits des enfants.

Publicité



Laissez un commentaire