M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le gouverneur Ron DeSantis dénonce les politiciens pro-avortement : ils « se vendent à la clique de Washington »


Ron DeSantis, gouverneur de Floride.

Par Steven Ertelt (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Ron DeSantis, le gouverneur de la Floride, a un long parcours pro-vie en tant que dirigeant de l’un des plus grands États de la nation. Il a signé des lois pro-vie pour sauver les bébés de l’avortement et a travaillé dur pour protéger du coronavirus les personnes âgées de Floride [disont plutôt que ses mesures étaient moins débiles*] à une époque où les gouverneurs démocrates comme Andrew Cuomo ont signé des ordonnances qui ont abouti à la mort de milliers de personnes.

En ce qui concerne les politiciens de Washington, la plupart des Américains sont fatigués des accords conclus en coulisse et du « marais » louche auquel le président Donald Trump et tant d’Américains s’opposent fermement. Parmi ses commentaires les plus récents, DeSantis dit que les politiciens pro-avortement sont ceux qui généralement sont embourbés dans cette fange politique, et il dit qu’ils sont les « premiers » à « se vendre à la clique de Washington ».

De plus [selon Breitbart] :

Lors d’une entrevue avec Mary Margaret Olohan de la Daily Caller News Foundation, à la question d’Olohan « Comment les électeurs américains peuvent-ils faire la différence entre un politicien superficiel qui veut simplement leurs votes pour avancer [en carrière] et un autre qui est prêt à s’engager pleinement dans des batailles culturelles importantes ? », DeSantis a répondu : « Les personnes qui ne soutiennent pas la cause de la vie, ce ne sont pas des gens avec qui vous voulez être dans un terrier pour n’importe quelle autre bataille politique. Ils seront les premiers à se vendre à la clique de Washington quand les choses se compliqueront. »

L’une des clés pour déterminer cette différence de personnalité consiste à savoir si l’homme politique soutient réellement le droit à la vie, a déclaré le gouverneur.

« C’est ce que je pense et dis aux gens, en termes de droit à la vie », a-t-il expliqué. « C’est important, évidemment, en soi, mais les gens qui ne soutiennent pas la cause de la vie ne sont pas des gens avec qui vous voulez être dans un trou de renard pour toute autre bataille politique non plus. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

DeSantis a parlé de ses réalisations pro-vie en tant que gouverneur et des défis qu’il a dû relever une fois élu :

« Voilà ce qu’il en est du droit à la vie. Lorsque je suis devenu gouverneur, j’ai hérité de la Cour suprême la plus libérale des États-Unis : elle était divisée, quatre contre trois, au moment où je suis devenu gouverneur. Mais j’ai pu remplacer trois des [juges] libéraux pour en faire une Cour à six contre un, et c’est important car la Floride avait la pire juridiction ─ jurisprudence ─ en matière d’avortement du pays, bien pire que des choses comme Planned Parenthood v. Casey. Nous avons donc changé cela. Maintenant, nous avons pu faire avancer la législation pro-vie. »

Quand il s’est agi de protéger les enfants à naître de l’avortement, DeSantis a joint le geste à la parole. L’année dernière, DeSantis a signé une Loi pro-vie qui exige le consentement parental pour l’avortement, même si les principaux défenseurs de l’avortement comme Planned Parenthood s’y opposaient.

La Loi 404 du Sénat exige qu’une jeune fille de moins de 18 ans ait l’autorisation d’au moins un parent avant de procéder à un avortement. La Loi prévoit des exceptions pour les urgences médicales et permet à un juge d’accorder l’autorisation à la place d’un parent. Elle augmente également les peines encourues en cas de non-assistance à un enfant né vivant lors d’un avortement.

M. DeSantis était l’un des orateurs vedettes du Pro-Life Leaders Summit [Sommet des dirigeants pro-vie] de la Susan B Anthony List à Palm Beach, en Floride, plus tôt cette année.

Le gouverneur a dit qu’il voulait que les Américains pro-vie sachent qu’il a un « message clair : nous ferons tout ce que nous pouvons pour protéger les enfants à naître ».

« Construire une culture de la vie exige que nous défendions des politiques qui protègent les plus vulnérables », peut-on lire dans l’extrait. « Aujourd’hui, il s’agit d’applaudir le travail inlassable des défenseurs, comme l’équipe de la Susan B Anthony List, qui défendent la vie avec vigueur. »

DeSantis a vanté son bilan de nomination de magistrats conservateurs à la Cour suprême de Floride, affirmant qu’il favorisait les juges de la Cour suprême de l’État qui « respectent l’État de droit et la liberté religieuse ».

En fait, l’année dernière, DeSantis a choisi Jamie R. Grosshans, une avocate pro-vie de la région d’Orlando, pour pourvoir un poste vacant à la plus haute Cour de l’État.

Mme Grosshans a un solide dossier conservateur et a travaillé avec l’Alliance Defending Freedom et la Central Florida Christian Legal Society. En plus de travailler bénévolement pour des centres pro-vie de ressources de grossesse, elle et son mari ont également défendu les jeunes filles qui subissent des pressions pour avorter leur bébé à naître.


*Commentaire d'A. H.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire