M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le gouverneur de Pennsylvanie met fin au financement des centres de ressources pour la grossesse après 30 ans

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

Le département des Services sociaux de Pennsylvanie (DHS) a annoncé la semaine dernière qu’il ne renouvellerait pas son contrat avec Real Alternatives, un centre de ressources pour la grossesse (PRC) qui gère 77 établissements dans tout l’État.

Selon New Castle News, Real Alternatives a reçu 60 millions de dollars de financement de l’État depuis 2012, et plus de 134 millions de dollars au total depuis le milieu des années 1990. Bien que le budget de l’État, signé par le gouverneur Josh Shapiro, ait alloué 8,2 millions de dollars à un poste qui allait traditionnellement aux PRC — une augmentation de 2 millions de dollars par rapport à l’année dernière — il a été annoncé que Real Alternatives ne recevrait plus aucun de ces fonds. Le bureau de M. Shapiro sollicitera d’autres « prestataires de services de santé pour les femmes » qui pensent pouvoir bénéficier de ce financement.

« Pendant des décennies, l’argent des contribuables a servi à financer Real Alternatives. Mon administration ne poursuivra pas ce modèle — nous veillerons à ce que les femmes de cet État reçoivent les soins de santé génésique qu’elles méritent », a déclaré M. Shapiro dans un communiqué de presse. « En m’élisant au poste de gouverneur, les Pennsylvaniens ont clairement indiqué qu’ils soutenaient la liberté de choix des femmes, et je défendrai fermement ce droit ».

L’existence des centres de ressources pour la grossesse ne modifie pas les lois sur l’avortement ; ils donnent simplement aux femmes des ressources tangibles au cas où elles choisiraient de ne pas avorter. Un sondage réalisé à la fin de l’été dernier auprès de 1 600 personnes a révélé que « 74 % des Américains interrogés ont déclaré soutenir le financement public des centres de ressources pour les femmes enceintes après avoir pris connaissance de leurs services » (c’est nous qui soulignons).

Parmi eux, 66 % des personnes se sont déclarées « libérales ».

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« L’administration Shapiro fait un grand pas en avant aujourd’hui en mettant fin au contrat Real Alternatives après 30 ans. Toute femme à la recherche de soins de santé génésique a le droit de bénéficier de soins et de conseils impartiaux et médicalement exacts », a déclaré le Dr Val Arkoosh, secrétaire du ministère des Services sociaux. « Le ministère des Services sociaux a l’obligation de s’assurer que ses contractants et partenaires agissent conformément à ces valeurs et qu’ils gèrent bien les ressources du contribuable, et nous ne relâcherons pas cet engagement ».

En réalité, ce sont les PRC qui offrent des options de vie aux femmes qui ne souhaitent peut-être pas vraiment avorter, mais qui ont besoin de ressources tangibles pour leur permettre de choisir la vie pour leurs enfants. De nombreux PRC, comme Real Alternatives, ne pratiquent pas d’avortement et n’orientent pas les femmes vers un avortement, mais offrent d’innombrables autres ressources aux femmes et aux familles qui en ont besoin. Selon son site web, Real Alternatives propose des conseils, des tests de grossesse, des vêtements, de la nourriture, des meubles, des abris temporaires, des cours sur la grossesse et l’accouchement, des informations sur l’adoption, et bien plus encore. Ces types de services ne sont généralement pas disponibles dans les centres d’avortement.

« Real Alternatives est choqué que l’administration du gouverneur Shapiro ait décidé de ne pas renouveler son contrat avec nous en tant qu’administrateur du programme primé Pennsylvania Pregnancy and Parenting Support Services Program (Programme de soutien à la grossesse et à la parentalité de Pennsylvanie). Nous pensons que le gouverneur a été terriblement mal informé sur la nécessité et le succès de ce programme », a déclaré l’organisation dans un communiqué. « Les services que ce programme fournit aux femmes de Pennsylvanie sont cruciaux. Environ 60 % des femmes qui viennent à notre programme en envisageant un avortement choisissent de mener leur bébé à terme. En outre, 84 % des femmes qui subissent des pressions pour avorter choisissent de mener leur enfant à terme ».

L’organisation a ajouté que « l’arrêt de ce programme entraînera une augmentation des avortements dans tout le Commonwealth » — un fait dont l’administration Shapiro est probablement consciente.



Laissez un commentaire