M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le gouvernement Trudeau déclare qu’il fournirait la pilule abortive aux femmes américaines si elle était interdite


Karina Gould, ministre des Familles, des Enfants et du Développement social du Canada.

Par Jack Bingham — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CTV News/YouTube

24 avril 2023 (LifeSiteNews) — Avant la décision de la Cour suprême des États-Unis vendredi dernier de continuer, au moins temporairement, à autoriser l’utilisation de la pilule abortive mifépristone, une ministre du gouvernement Justin Trudeau avait annoncé qu’elle essaierait de fournir le dangereux médicament aux femmes américaines s’il devenait interdit.

« Je pense que toutes les Canadiennes devraient suivre cette affaire de près, parce que nous ne pouvons pas nier que ce qui se passe aux États-Unis pourrait se produire ici », a déclaré Karina Gould, ministre des Familles, des Enfants et du Développement social de Justin Trudeau, lors d’une entrevue accordée à CTV News jeudi dernier, lorsqu’elle a été interrogée sur la décision de la Cour suprême qui allait être rendue prochainement.

« Nous devons être vigilantes quant à la protection de nos droits reproductifs », a-t-elle ajouté.

Après avoir déclaré que le gouvernement Trudeau attendrait de voir ce qui se passera, Mme Gould a confirmé que « nous avons certainement dit que nous travaillerions pour fournir [des pilules abortives] aux femmes américaines, si [une interdiction] se produisait aux États-Unis ».

« Ce qui me préoccupe [...], c’est de voir dans certains États des lois qui criminalisent les femmes qui traversent les frontières de l’État pour accéder aux soins de santé génésique », a poursuivi la ministre, ajoutant que « nous devons être très réfléchis sur la façon dont nous procédons afin de ne pas mettre davantage en danger les femmes américaines qui cherchent à accéder aux soins et aux services de santé génésique ».

Aucune loi d’un État américain n’a criminalisé les femmes qui franchissent les frontières de cet État pour obtenir un avortement. L’Idaho a récemment interdit le trafic de mineures hors de l’État pour des avortements sans le consentement des parents.

« Nous restons très attachés à l’idée de soutenir les femmes américaines qui ont besoin de cet accès [aux médicaments provoquant l’avortement] ici, mais nous devons également veiller à leur sécurité dans les États qui les criminalisent », a déclaré Mme Gould.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Lorsqu’on lui a demandé si le Canada disposait d’un stock suffisant de mifépristone pour « aider » les femmes américaines désireuses de tuer leur enfant à naître, Mme Gould a répondu que « nous n’en sommes pas encore là, mais c’est certainement une chose à laquelle nous pensons ».

En conclusion, Mme Gould a déclaré : « Nous vivons une période extraordinairement préoccupante, en tant que femme, en Amérique du Nord [...] et je pense que nous devons être solidaires avec les femmes américaines, mais nous devons également être très vigilants ici au Canada ».

Bien que la Cour suprême des États-Unis ait finalement décidé vendredi de préserver, du moins pour l’instant, l’accès à la mifépristone pendant qu’une action en justice contre le médicament suit son cours dans le système judiciaire fédéral, le médicament controversé reste un sujet brûlant pour les pro-vie et les activistes pro-avortement.

Malgré l’utilisation d’euphémismes tels que « soins de santé reproductive » pour décrire la mifépristone, la vérité reste que le médicament, lorsqu’il est pris avec le misoprostol, agit comme un abortif dans les premiers stades de la grossesse. Le premier médicament empêche l’hormone progestérone d’atteindre le bébé en développement et le second induit le travail, ce qui permet à la femme d’accoucher d’un enfant mort.

La mifépristone a été initialement approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis en 2000, qui exigeait à l’époque la présence d’un médecin superviseur dans un centre médical autorisé pour administrer le médicament. La pilule étant utilisée très tôt dans la grossesse, des précautions avaient été prises pour vérifier que la femme n’en était pas à plus de neuf ou dix semaines de grossesse, qu’il ne s’agissait pas d’une grossesse extra-utérine et qu’elle ne prenait pas la pilule contre son gré.

Toutefois, en 2021, sous l’administration Biden, l’agence fédérale a annoncé que les exigences relatives à la distribution en personne étaient supprimées, ce qui permettait aux pharmacies d’envoyer par la poste les médicaments mortels à toute femme munie d’une ordonnance.

Contrairement à l’insinuation de Gould selon laquelle le manque d’accès à un tel médicament fait de la période actuelle une période « préoccupante » pour une femme, une étude réalisée en 2021 a révélé que depuis 2002, le nombre de femmes qui se sont rendues aux urgences d’un hôpital après avoir pris des pilules abortives a augmenté de plus de 500 %. Les résultats ont montré que la mifépristone et le misoprostol entraînaient un « risque accru de 22 % de visite aux urgences pour quelque raison que ce soit » et un « risque accru de 53 % de visite aux urgences pour une raison liée à l’avortement » par rapport aux avortements chirurgicaux également risqués.

En outre, la recherche a révélé que le nombre de femmes utilisant ces médicaments a augmenté de manière significative, ne représentant que 4,4 % du total des avortements en 2002, mais un énorme 34,1 % en 2015.

En février dernier, un groupe de surveillance canadien a également fait état de nombreuses réactions indésirables graves et potentiellement mortelles à l’utilisation combinée de mifépristone et de misoprostol, que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), favorable à l’avortement, qualifie d’« étalon-or » pour l’avortement médicamenteux.

De nombreux rapports font état de femmes qui ont été hospitalisées et qui ont subi les « effets secondaires très courants » que sont les nausées, les vomissements, la diarrhée, les frissons et la fièvre. Même les réactions telles que les hémorragies graves et les évanouissements ont été considérées comme « courantes ». Le résumé du groupe a également révélé un total de quatre cas de septicémie potentiellement mortelle parmi les 43 cas d’infection souvent mortelle.

Mais le plus inquiétant est peut-être la lettre ouverte adressée en 2020 par une coalition de groupes pro-vie au commissaire de la FDA de l’époque, Stephen Hahn, qui note que le système de notification des effets indésirables de la FDA indique que la « pilule abortive a entraîné plus de 4 000 effets indésirables signalés depuis l’année 2000, dont 24 décès maternels. Les événements indésirables sont notoirement sous-déclarés à la FDA, et depuis 2016, la FDA exige seulement des fabricants de pilules abortives qu’ils signalent les décès maternels ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.