M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le gouvernement de Colombie-Britannique veut imposer l’euthanasie à un hospice de soins palliatifs

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : freepik

La Delta Health Society qui possède un hospice de soins palliatifs dans la banlieue de Vancouver se voit menacée d’une coupe de financement par le gouvernement britanno-colombien, si celle-ci ne se soumet pas à ses diktats en matière d’« aide médicale à mourir », rapporte LifeSiteNews :

Cet organisme à but non lucratif de Colombie-Britannique risque de voir son financement du gouvernement provincial interrompu, à moins qu’il ne se conforme à ses exigences.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique est en train d’ordonner à un hospice de soins palliatifs d’autoriser la mise à mort de ses patients sur place par « aide médicale à mourir », ou euthanasie, d’ici le 3 février.

Le Fraser Health Authority (FHA) a communiqué la date butoir au Delta Hospice Society à la fin de décembre, mais n’a pas précisé les conséquences que l’hospice encourrait s’il ne se conformait pas aux instructions, signale le Delta Optimist.

Il s’agit du plus récent développement d’une lutte de longue date de cette société pour empêcher la mort de leurs patients par injection sur place, à l’Irene Thomas Hospice, qui compte 10 lits, qu’elle dirige dans un faubourg de Delta, dans la banlieue du sud de Vancouver.

Le gouvernement à un argument de poids, plus de 50 % du budget de l’organisme, selon LifeSiteNews :

Le Fraser Health finance la Delta Hospice Society jusqu’à 1,3 million de dollars par an, soit environ 47 % de son budget — le reste provient de dons privés — et est propriétaire du terrain sur lequel se trouve l’hospice, qu’il loue à la société, selon le Vancouver Sun.

Malheureusement, déjà, il y a quelque chose de croche dans l’organisme, car, rapporte LifeSiteNews, l’« hospice… transfère actuellement des patients afin qu’ils soient euthanasiés », ce qui signifie probablement que celui-ci reçoit les demandes d’euthanasie de leurs patients, et qu’il les envoie se faire tuer ailleurs… ce en quoi il est coupable de complicité.

Publicité
La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire