M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le cardinal Sarah expose ce qu’il manque dans l’ouverture du P. James Martin aux LGBT


Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Par CNA — traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : François-Régis Salefran/Wikimedia Commons

L’ouverture catholique aux personnes LGBT doit toujours inclure la vérité de l’enseignement catholique et de la chasteté, déclare le cardinal Robert Sarah dans un article répondant aux propos du jésuite James Martin.

«L'Église catholique a été critiquée par beaucoup, y compris par certains de ses tenants, pour sa réponse pastorale à la communauté LGBT», écrit le cardinal Sarah dans un éditorial du 1er septembre du Wall Street Journal.

«Cette critique mérite une réponse, non pas tant pour défendre les pratiques de l’Église par réflexe, mais pour déterminer si, en tant que disciples du Seigneur, nous tendons véritablement la main vers un groupe dans le besoin.»

Le cardinal, d'origine guinéenne, dirige la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Il cite spécifiquement le P. Martin, S.J., rédacteur en chef du magazine jésuite America Magazine, comme «l’un des critiques les plus virulents du message de l’Église en matière de sexualité».

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le P. Martin est devenu une personnalité médiatique et a une présence significative sur les médias sociaux. Il est l'auteur du livre paru en 2017 et intitulé «Construire un pont: comment l'Église catholique et la communauté LGBT peuvent entrer dans une relation de respect, de compassion et de sensibilité.» (Building a Bridge: How the Catholic Church and the LGBT Community Can Enter into a Relationship of Respect, Compassion, and Sensitivity.)

Le livre a été loué par le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère du Vatican pour les laïcs, la famille et la vie, ainsi que par le cardinal Joseph Tobin de Newark, qui a déclaré que le livre «marque une étape essentielle dans l’invitation aux dirigeants de l’Église à servir avec plus de compassion et à rappeler aux catholiques LGBT qu'ils font autant partie de notre Église que tout autre catholique.»

Parmi les autres admirateurs figurent des groupes [«]catholiques[»] dissidents tels que New Ways Ministry, qui a tenu la conférence sur laquelle est basé le livre et qui a accordé l'année dernière au P. Martin son prix, le Bridge Building Award (Constructeur de ponts).

New Ways Ministry fait partie de l’Equally Blessed Coalition, elle-même virulente critique de la théologie catholique et de l'éthique sexuelle. Les finenceurs de la coalition comprennent l’Arcus Fondation du milliardaire héritier Jon Stryker, qui poursuit une vaste stratégie pour contrer l’opposition chrétienne au militantisme LGBT et pour encourager le changement social mondial sur les questions LGBT, en particulier dans le christianisme et les autres religions.

D’autre part, le livre du père Martin a ses critiques. Ils soutiennent que le livre évite de parler de l'enseignement de l'Église sur le mariage, le célibat et la chasteté et montre une réticence apparente à reconnaître l’existence de catholiques qui ressentent une attraction envers le même sexe et qui suivent l'enseignement catholique.

Dans son éditorial, le cardinal Sarah indique que le prêtre répétait «la critique répandue selon laquelle les catholiques juge sévèrement l’homosexualité tout en négligeant l’importance de l’intégrité sexuelle de ses adeptes»¹.

Le cardinal affirme que le P. Martin a raison de rejeter tout double standard sur la vertu de chasteté «qui, si difficile soit-elle, fait partie de la bonne nouvelle de Jésus-Christ pour tous les chrétiens».

«Pour les célibataires, quelles que soient leurs attractions, la chasteté fidèle exige l’abstinence sexuelle», explique le cardinal. Bien que cela puisse sembler être un standard élevé, la sagesse et la bonté de Jésus n’exige pas quelque chose qui ne peut être réalisé.

«Avec la grâce de Dieu et notre persévérance, la chasteté est non seulement possible, mais elle deviendra aussi la source de vraie liberté», continue le cardinal. «Jésus nous appelle à cette vertu parce qu'il a créé nos cœurs pour la pureté, tout comme il a créé notre esprit pour la vérité.»

Le cardinal Sarah souligne l'importance de la vérité et de l'amour.

«Aimer quelqu'un comme le Christ nous aime signifie aimer cette personne dans la vérité», avertit-il. «Ceux qui parlent au nom de l’Église doivent être fidèles aux enseignements immuables du Christ, car ce n’est qu’en vivant en harmonie avec le dessein créatif de Dieu que nous trouvons une satisfaction profonde et durable.»

Le cardinal Sarah résume l'enseignement de la religion catholique sur les attirances envers le même sexe: la personne est bonne parce qu'elle est un enfant de Dieu. Les attractions homosexuelles ne sont pas peccamineuses si elles ne sont pas volontaires ou si elles ne sont pas suivies, même si elles ne sont pas en harmonie avec la nature humaine. Cependant, les actes homosexuels sont «gravement coupables et extrêmement néfastes au bien-être de ceux qui y participent».

«Les personnes qui s’identifient comme membres de la communauté LGBT ont droit à cette vérité au nom de la charité, surtout de la part de tout membre du clergé qui parlent au nom de l’Église sur ce sujet complexe et difficile», poursuit le cardinal.

Enfin, le cardinal recommande le livre de l'auteur américain Daniel Mattson intitulé «Pourquoi je ne m'identifie pas comme gai» (Why I Don’t Call Myself Gay), pour lequel il a écrit la préface suivante :

«Je prie pour que le monde tienne enfin compte des voix chrétiens qui vivent des attractions envers des personnes de même sexe et qui ont découvert la paix et la joie en vivant la vérité de l’Évangile», préface le cardinal Sarah. «J'ai été béni par mes rencontres avec eux et leur témoignage m'a profondément ému.»

De tels chrétiens témoignent du «pouvoir de la grâce» et de la vérité de l’enseignement de l’Église, déclare-t-il. Certains ont été réconciliés avec Jésus-Christ et l'Église après avoir vécus séparés de la foi.

«Leur vie n’est pas facile ou sans sacrifice… mais ils ont découvert la beauté de la chasteté et des amitiés chastes», assure-t-il, ajoutant que ces chrétiens méritent le respect et l'attention pour leur capacité à enseigner «comment bien accueillir et accompagner nos frères et sœurs dans une charité pastorale authentique.»

Parlant de manière générale, le cardinal a souligné la nécessité de la fidélité catholique dans la vie publique. Rejeter le plan de Dieu pour l’intimité humaine et l’amour a de tristes conséquences, signale-t-il.

«La libération sexuelle que promeut le monde ne tient pas ses promesses. Au contraire, la promiscuité est la cause de tant de souffrances inutiles, de cœurs brisés, de solitude et de l’utilisation des autres comme moyen de satisfaction sexuelle », met en garde le cardinal. «En tant que mère, l'Église cherche à protéger ses enfants du mal du péché, comme expression de sa charité pastorale»


¹Si ce n'est pire chez les «gais», on ne trouve sûrement pas plus de fidélité chez eux que chez les hétérosexuels. — CQV



Laissez un commentaire