M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Canada ne financera plus les emplois d’été étudiants si l’employeur n’appuie pas l’avortement

Justin_Trudeau_applauding_applaudissant.jpg
Le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Signez ici la pétition contre les prises de position anti-chrétiennes et pro-avortement du gouvernement libéral de Justin Trudeau>>

Par Lianne Laurence (LifeSiteNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Ottawa, 14 décembre 2017 — Le gouvernement libéral de Justin Trudeau ne fournira pas de subventions, destinées aux emplois d’été pour étudiants, aux employeurs, si ceux-ci ne signent pas d’abord une « attestation » qui montre qu’ils sont d’accord avec l’avortement et les « droits » des transgenres.

Les nouveaux critères ont été envoyés à tous les députés et seront rendus publics quand le programme Emplois d’été Canada commencera officiellement, le 19 décembre 2017 [il y a 28 jours].

Pour recevoir les subventions fédérales du Canada pour les emplois, l’employeur doit attester que :

  • « l’emploi et le mandat principal de l’organisme sont conformes aux droits de la personne au Canada, y compris les valeurs sous-jacentes à la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que d’autres droits. Ceux-ci incluent les droits en matière de procréation et le droit de ne pas faire l’objet de discrimination fondée sur le sexe, la religion, la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, les déficiences mentales ou physiques, l’orientation sexuelle ou l’identité ou l’expression de genre. »

Signez ici la pétition contre les prises de position anti-chrétiennes et pro-avortement du gouvernement libéral de Justin Trudeau>>

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Le député conservateur Brad Trost a été le premier à sonner l’alarme publiquement dans une vidéo sur Twitter et Facebook, dans laquelle il dénonce les libéraux pour cause de discrimination.

« En termes pratiques, cela signifie que vous devez adopter la position du Parti libéral au sujet de l’avortement, du mariage homosexuel, des droits des transgenres, de toutes sortes de lois de la Chambre des communes, autrement vous n’êtes pas un employeur ayant droit à ce programme », a déclaré Trost.

« Ce n’est pas bien, c’est de la discrimination. »

Les Canadiens « ont le droit d’avoir des opinions politiques différentes de celles du gouvernement du jour, et ils ne devraient pas voir leur financement coupé parce qu’ils sont en désaccord avec celui-ci », a-t-il ajouté.

« Le second problème avec cette mesure, c’est qu’elle exclut automatiquement toutes les organisations confessionnelles qui ont des valeurs traditionnelles sur la vie humaine et sur la morale sexuelle. Cela comprend des millions et des millions de Canadiens, » a affirmé Trost.

Twitt-Brad-Trost-emplois-ete.JPGDes opinions différentes de celles des libéraux de Justin Trudeau ? Alors comme employeur, vous ne serez pas capable de postuler pour le programme du Canada pour les emplois d’été, donc, pas de financement.

Le geste des libéraux a aussi été dénoncé par Campaign Life Coalition, qui a lancé une pétition.

Jack Fonseca, le stratège politique en chef de Campaign Life Coalition, a vertement critiqué les libéraux de Trudeau pour leur partialité anti-chrétienne flagrante.

« C’est un acte de discrimination à vous couper le souffle, contre les employeurs confessionnels et les organismes sans but lucratif. Bien que les libéraux de Trudeau aient manifesté à plusieurs reprises un mépris particulier pour les chrétiens, cette nouvelle politique demande une réponse négative massive de la part de toutes les communautés de foi au Canada : les chrétiens, les juifs, les musulmans, les sikhs, etc. », a-t-il expliqué à LifeSiteNews.

« De plus en plus, Justin Trudeau est en train de transformer le Parti libéral en un groupe haineux contre les chrétiens. Tout récemment, les libéraux ont renoncé de justesse à son plan d’éliminer la loi qui interdit la perturbation d’un office religieux. Et voilà que ceci arrive. C’est tout à fait clair que les libéraux de Trudeau détestent les chrétiens », a-t-il ajouté.

Les groupes sans but lucratif, les petites entreprises et les employeurs du secteur public peuvent postuler pour recevoir du financement par le programme Emplois d’été Canada pour créer des emplois pour des étudiants âgés de 15 à 30 ans.

Auparavant, il revenait à chaque député, de façon individuelle, d’approuver les demandes de financement provenant de groupes, dans leur circonscription.

Or, les libéraux de Trudeau ont déjà décrété l’an dernier qu’aucun député libéral ne pouvait approuver l’usage du financement, du programme Emplois d’été Canada, pour les groupes pro-vie. De plus, à cette période, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patty Hajdu, avait déclaré, par son porte-parole, Matt Pascuzzo, qu’elle changerait le programme pour faire en sorte qu’aucun groupe pro-vie ne soit admis à l’avenir.

« Nous avons été catégoriques dans notre appui au droit fondamental des femmes de choisir », avait déclaré Pascuzzo.

Le groupe Alliance pour la vie d’Ontario (Alliance for Life Ontario) et le Centre canadien pour la réforme bioéthique (Canadian Center for Bioethical Reform) font partie des groupes pro-vie qui ont été retranchés du financement du programme Emplois d’été Canada pour étudiants en 2017.

Des dirigeants profamille avaient fait des avertissements, comme quoi les chrétiens feraient face à une pression économique et politique de plus en plus grande pour se conformer à l’idéologie proavortement et prohomosexuel, entre autres par la possibilité de devoir signer une déclaration qui appuie les droits « humains », tels que l’avortement et l’homosexualité.

Les propos de Jack Fonseca se sont fait l’écho de ces avertissements.

« Il ne s’agit pas de l’ajustement mineur d’un programme fédéral. C’est un premier pas révolutionnaire sur le chemin incontournable du totalitarisme brut et de la persécution manifeste, avec l’approbation de l’État », a-t-il affirmé à LifeSiteNews.

« Une fois que le gouvernement aura instauré cette politique anticonstitutionnelle et antichrétienne, ce qui arrivera ensuite est que le secteur privé considérera cela comme une permission pour faire de même, » nous avertit Fonseca. « Peut-être que cela se produira d’abord avec les contrats de fournisseurs. Mais un jour ou l’autre, on obligera les employés du secteur privé à signer une telle déclaration qui, en soi, est une façon d’amener les chrétiens à renier leurs croyances. »

Signez ici la pétition contre les prises de position anti-chrétiennes et pro-avortement du gouvernement libéral de Justin Trudeau>>



Laissez un commentaire