M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Russie reproche à la Cour européenne d’insister à ce qu’elle reconnaisse le « mariage » homosexuel


Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin.

Par Raymond Wolfe — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : BBC News/YouTube

Moscou, 16 juillet 2021 (LifeSiteNews) — La Russie a rejeté cette semaine un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui poussait le pays à reconnaître le « mariage » homosexuel.

L’ordonnance de la CEDH, rendue mardi, a estimé que le refus de la Russie d’enregistrer les homosexuels comme « mariés » violait l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui comprend un « droit à la vie familiale », et l’article 14, qui interdit la discrimination. Ces dernières années, la Cour de Strasbourg a interprété ces articles comme s’appliquant aux unions entre personnes de même sexe, malgré des décisions antérieures contraires et l’absence de toute mention de l’homosexualité dans le texte de la Convention européenne.

L’affaire, Fedotova et Autres c. Russie, a été portée par plusieurs homosexuels russes dont les demandes d’enregistrement d’un avis de mariage ont été rejetées, selon la CEDH.

« La Cour a estimé que la Russie avait l’obligation d’assurer le respect de la vie privée et familiale des requérants en leur fournissant un cadre juridique leur permettant de faire reconnaître et protéger leurs relations en droit interne », a déclaré la CEDH.

La Cour a affirmé que les mesures qui assimileraient effectivement les unions homosexuelles aux mariages hétérosexuels « ne seraient pas en conflit avec la “conception traditionnelle du mariage” prévalant en Russie. » La CEDH a ajouté que « la forme la plus appropriée d’enregistrement des unions entre personnes de même sexe restait à la discrétion de l’État défendeur. »

La Russie a critiqué la décision de la CEDH, réaffirmant mardi que le mariage dans le pays reste strictement entre hommes et femmes. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que les « mariages » homosexuels ne sont « pas autorisés » par la Constitution russe, qui a été modifiée cette année pour stipuler que « l’institution du mariage est une union entre un homme et une femme. »

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Le libellé de la constitution est absolument sans ambiguïté et il y a un nombre de citoyens russes qui soutiennent cette position sans ambiguïté », a déclaré Peskov, selon Reuters. « Aucun compromis sur la forme de l’enregistrement ne doit être ajouté », a-t-il ajouté.

Les politiciens russes ont également dénoncé la décision de la CEDH de mardi. Le député de la Douma d’État Vasily Piskarev a qualifié cette décision de « se mêler des affaires des autres. »

« L’arrêt, qui tente de faire en sorte que la Russie enregistre les mariages entre personnes de même sexe, contredit les fondements de l’État de droit et de la moralité russes », a déclaré Vassily Piskarev, qui dirige une commission parlementaire sur l’ingérence étrangère. « Il s’agit clairement d’un sujet personnel dans les affaires intérieures de la Russie ».

La CEDH, la cour internationale du Conseil de l’Europe, n’a pas de pouvoir d’exécution, et le gouvernement russe a promulgué en 2015 une loi permettant au pays d’annuler les verdicts de la CEDH. La Russie, qui a rejoint le Conseil de l’Europe dans les années 1990, n’a pas appliqué près de 90 % des principaux arrêts de la cour au cours des dix dernières années, selon l'European Implementation Network.

Mardi dernier, la CEDH a rendu un autre arrêt à l’encontre de la Russie pour avoir permis à une femme d’interdire à son ancien mari, confus au sujet de son sexe, de rendre visite à leurs enfants. Un tribunal russe avait déclaré que la présence du père, qui avait subi une intervention chirurgicale pour se faire passer pour une personne du sexe opposé, aurait un « impact négatif sur la santé mentale » des enfants.

Les tentatives de la CEDH d’imposer l’idéologie LGBT à la Russie ressemblent aux efforts actuels de l’Union européenne pour forcer la Hongrie à annuler une nouvelle loi sur la protection des enfants qui interdit les documents pro-LGBT dans les écoles. La présidente du Conseil européen, Ursula von der Leyen, a déclaré la semaine dernière que « la Commission utilisera les pouvoirs qui lui sont conférés en tant que gardienne des traités » contre cette législation.

« Les bureaucrates de Bruxelles n’ont rien à faire, quoi qu’ils fassent, nous ne laisserons pas les militants LGBTQ parmi nos enfants », a répondu le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire