M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La quasi-totalité des habitués de la Messe traditionnelle rejette l’avortement, la contraception et le «mariage gay»

Par Joseph Shaw — traduit par Campagne Québec-Vie

26 février 2019 (LifeSiteNews) — Une nouvelle étude sur les catholiques qui assistent à la Messe traditionnelle en latin, autrement appelée Forme extraordinaire, révèle qu’une majorité stupéfiante rejette la contraception, l’avortement et le « mariage gay » tout en ayant des familles nombreuses, assistant à la messe chaque semaine et donnant généreusement de l’argent à l’église. L’étude a mis en évidence des données montrant que l’inverse est en grande partie vrai pour les catholiques qui assistent à la messe dite Novus Ordo.

L’« Étude nationale sur la Messe latine traditionnelle » du Père Donald Kloster met en lumière le phénomène des « catholiques traditionnels » et confirme essentiellement le stéréotype qui croit aux enseignements de l’Église, reçoit régulièrement les sacrements et donne généreusement à sa paroisse.

Bien qu’il s’agisse d’une étude pilote autoproclamée, l’enquête comporte suffisamment de réponses, environ 1 800, sur une zone géographique suffisamment étendue (les États-Unis), pour mériter d’être prise au sérieux.

« Le sondage comportait sept questions sur les croyances et les attitudes des répondants. Les données ont été collectées entre mars 2018 et novembre 2018. Les sondages étaient anonymes et seules les réponses uniques étaient compilées. Des enquêtes ont été menées auprès de 1322 personnes interrogées. Le nombre de réponses variait (entre 1 251 et 1 322) en fonction de la question posée. La même enquête, gérée en ligne, a reçu 451 réponses », déclare le Père Kloster dans l’étude.

L’enquête auprès des catholiques traditionnels a notamment porté sur les sujets suivants :

  1. L’approbation de la contraception
  2. L’approbation de l’avortement
  3. La fréquentation hebdomadaire à la messe
  4. L’approbation du mariage entre personnes de même sexe
  5. Le pourcentage du revenu donné
  6. Confession annuelle parmi les participants à la messe hebdomadaire
  7. Taux de fécondité
L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’enquête a révélé que 2 % des participants approuvent la contraception, comparé à 89 % des catholiques qui assistent à la messe Novus Ordo (MNO). Moins encore (1 %) approuvent l’avortement, à côté des 51 % des catholiques de la MNO. Le sondage a révélé que 99 % assistaient à la messe hebdomadairement, contre 22 % des catholiques de la MNO. Seulement 2 % ont approuvé le « mariage » homosexuel, comparé à 67 % des catholiques de la MNO. La famille catholique traditionnelle moyenne a plus d’enfants que les familles MNO.

Ce que cette étude sur les catholiques fréquentant l’ancienne* liturgie latine de manière assidue montre est que, dans la masse indifférenciée des « catholiques » aux opinions et aux pratiques religieuses très diverses, il existe au moins un sous-groupe véritablement fidèle à l’Église, à ses enseignements et à ses exigences, et qui a en moyenne un nombre raisonnable d’enfants à qui cette foi peut être transmise.

En résumé, presque aucun des catholiques traditionnels interrogés n’approuve l’avortement, la contraception ou le « mariage » entre personnes de même sexe. Ils donnent cinq fois plus d’argent que les catholiques en général et ont une famille beaucoup plus nombreuse.

Pour ce groupe, un peu plus de gratitude et de soutien de la part du clergé et des évêques de haut rang sembleraient peut-être mieux, par rapport à ce qui est actuellement en train dans certains diocèses.

À quelques honorables exceptions près, quelqu’un pourrait avoir l’impression que les catholiques qui sont réellement dociles à l’enseignement constant de l’Église sont en fait embarrassants, en toute façon, pour ceux qui sont théoriquement chargés de le diffuser. L’attitude de certains catholiques libéraux, clercs et laïcs, semble être qu’ils pensent qu’un tel zèle pourrait dissuader les non-catholiques ou les catholiques non pratiquants, qui seraient autrement attirés par le dernier effort libéral visant à montrer au monde séculier que les catholiques tiennent autant au « changement climatique » ou à leur animal de compagnie que n’importe qui d’autre. Les fidèles catholiques sont souvent traités comme un oncle fou qui doit rester enfermé lorsque la future belle-famille vient en visite.

Cependant, les catholiques traditionnels sont maintenant trop nombreux et ont trop bien réussi à reconstruire les paroisses et la vie catholique en général pour que cette attitude ait un sens quelconque. L’enquête estime qu’il y en a maintenant 100 000 aux États-Unis, dans 489 paroisses.

Il est temps qu’ils soient reconnus comme les troupes de choc d’une véritable nouvelle évangélisation : des hommes et des femmes qui peuvent montrer qu’une vie catholique authentique est possible et attrayante, même dans la deuxième décennie du 21e siècle, pour les personnes élevant des familles et vivant dans le monde.

L'étude (en anglais) peut être lu au complet sur LifeSiteNews. — A. H.


*On ne peut pas considérer la liturgie latine comme ancienne, dans le sens où l’on entend par là qu’elle n’est pas actuelle. — A. H.

Publicité



Laissez un commentaire