M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La première Marche pour la vie au Québec attire 1 500 Québécois pour la défense des enfants à naître

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Campagne Québec-Vie/Facebook

4 juin 2024, Québec (LifeSiteNews) — Le Québec a connu sa toute première Marche pour la vie samedi dernier, lorsqu’environ 1500 Canadiens se sont rassemblés dans la capitale de la province pour défendre les enfants à naître.

Le 1er juin, Campagne Québec-Vie a organisé sa première Marche pour la vie au Québec : environ 1500 Canadiens se sont rassemblés à l’Assemblée nationale à Québec avant de défiler dans les rues de la ville.

« Tout le monde était très heureux de l’événement », a déclaré Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie, à LifeSiteNews. « Ils étaient vraiment heureux que cela se produise ; ils étaient vraiment encouragés ».

La manifestation pro-vie a été accueillie par un nombre égal de 1500 contre-manifestants, organisés par divers syndicats et la Fédération du Québec pour le planning des naissances (Planned Parenthood Quebec). Les pro-vie occupaient l’avant du bâtiment tandis que les militants pro-avortement se trouvaient à l’arrière.

Tout en expliquant que « la mentalité de l’avortement est assez forte au Québec et assez bien ancrée dans la mentalité des Québécois », M. Buscemi a révélé que les militants pro-avortement « s’inquiètent de la possibilité d’un changement culturel » en faveur de la position pro-vie.

« Les militants pro-avortement sont pour la plupart restés à l’arrière, là où ils avaient commencé, mais une centaine d’entre eux se sont détachés de ce groupe et sont venus essayer de perturber notre événement », a-t-il déclaré.

Selon Buscemi, aucune arrestation n’a eu lieu, mais la police a distribué quelques contraventions aux manifestants pro-avortement.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

La police avait planifié le déplacement des militants pro-avortement vers l’avant du bâtiment pendant que les pro-vie défileraient, puis le départ des manifestants pro-avortement au moment où les pro-vie reviendraient pour les discours de clôture.

« Lorsque la police m’a dit cela, je me suis demandé sur quelle planète ils vivaient de penser que nous pourrions réaliser cela en douceur », se souvient M. Buscemi.

Bien que les manifestants pro-avortement n’aient pas été violents, mais plutôt « bruyants et légèrement chaotiques », il a révélé que leur présence avait créé un « nuage d’appréhension » lors de l’événement qui était destiné aux familles et aux jeunes enfants.

En effet, la police était tellement en sous-effectif qu’elle a dit à Buscemi : « Nous sommes en sous-effectif. Nous ne pouvons pas garantir votre sécurité » et a recommandé aux pro-vie de ne pas défiler dans les rues, mais de rester à l’Assemblée nationale.

« Cela aurait été un désastre », a pensé M. Buscemi à l’époque. En conséquence, lorsqu’il y a eu une accalmie de la part des contre-manifestants, Buscemi a décidé de commencer la marche avant qu’une altercation ne se produise.

« C’est à ce moment-là que les choses sont devenues plus amusantes, beaucoup plus positives », a-t-il déclaré. « Nous étions en route. Nous marchions, et c’est là que j’ai vraiment vu la taille de la foule que nous avions rassemblée. Il y avait entre 1 000 et 1 500 personnes ».

« Tout le monde était très heureux de l’événement », se souvient Buscemi. « Ils étaient vraiment heureux que cela se produise ; ils étaient vraiment encouragés ».

Lorsque les pro-vie sont retournés à l’Assemblée nationale, ils ont été accueillis par les militants pro-avortement qui « traînaient des pieds » et ne quittaient pas l’espace. Cependant, après avoir déclenché une bombe fumigène verte, les manifestants pro-avortement ont été chassés par la police, et la Marche pour la Vie s’est terminée par des témoignages post-avortement.

Après l’événement, les pro-vie se sont réunis pour une version québécoise du dîner de la Rose, qui se tient à Ottawa après la Marche nationale pour la vie.

« Nous sommes heureux », a conclu M. Buscemi. « Nous allons essayer d’organiser une autre Marche l’année prochaine, probablement dans la ville de Québec. Nous devons être prêts à faire face à la résistance ».

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire