M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La mère d’un enfant trisomique s’est fait dire d’avorter quelques semaines avant la naissance, elle a refusé

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Dans tout le Royaume-Uni, des parents racontent des histoires déchirantes de pressions exercées sur eux, presque jusqu’au moment de la naissance, pour qu’ils avortent de leur bébé à naître atteint de trisomie 21.

Tracy Seager, de Leyland en Angleterre, a raconté au Lancashire News qu’elle était presque à terme lorsqu’on lui a dit d’envisager d’avorter son fils Jacob, qui a maintenant 3 ans.

« Ce qu’ils ont dit à ce moment-là me hante encore parce que c’était un bébé entièrement formé », a déclaré Mme Seager. « Il était bien réel. »

Alors qu’elle était enceinte de 37 semaines, les médecins avaient remarqué des signes indiquant que son fils à naître pouvait être atteint de trisomie 21. Mme Seager dit qu’ils ont dressé un tableau tellement décourageant de ce que pourrait être la vie de son fils qu’ils lui ont donné le sentiment qu’elle n’aurait pas les compétences nécessaires pour prendre soin d’un enfant handicapé.

« J’ai eu l’impression que sa petite vie ne valait pas la peine d’être vécue », a-t-elle déclaré. « Ils m’avaient déjà montré un scanneur de son visage et il était complètement formé [...] Cela me bouleverse qu’on pense que mon petit garçon a une vie qui ne vaut pas la peine d’être vécue alors qu’elle en vaut vraiment la peine. »

Trois ans plus tard, elle affirme que la vie de Jacob est tellement meilleure que ce qu’on lui a fait croire.

« Il y a des choses tristes et des moments difficiles, mais c’est quand même formidable. Il n’y a pas que des choses négatives et sombres comme on le prétend », a déclaré Mme Seager au média. « Tout le monde remarque toujours comme il est heureux. »

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En Écosse, en Angleterre et au Pays de Galles, la plupart des avortements sont interdits après 24 semaines de grossesse ; toutefois, la loi autorise les avortements jusqu’à la naissance en cas de handicap « grave ».

Cette semaine, une femme de Coventry, Heidi Crowter 26 ans, elle-même atteinte de trisomie 21, a contesté cette loi devant la Haute Cour de Londres. Elle a déclaré que la loi constitue une « discrimination pure et simple », car elle interdit les avortements après 24 semaines pour les bébés à naître en bonne santé, mais autorise les avortements jusqu’à la naissance pour les bébés à naître atteints de trisomie 21 et d’autres handicaps.

Des familles, dont les Seager, ont partagé leur histoire publiquement pour soutenir le cas de Mme Crowter.

Christina Bowman, de Cumbria, a déclaré au Lancashire News que sa famille a également été témoin de la discrimination dont son fils Max, 4 ans, a été l’objet. Mme Bowman a déclaré qu’un autre parent lui a dit qu’elle était « égoïste » parce qu’elle n’a pas avorté Max.

« Il ne s’agit pas seulement d’avortement, mais d’égalité », a-t-elle déclaré. « Il s’agit de l’égalité des droits des personnes atteintes de trisomie 21, même dans l’utérus. »

Plus tôt cette semaine, une autre mère écossaise a déclaré au Daily Record qu’elle s’était sentie choquée par la pression qu’elle a subie pour avorter de son fils, maintenant âgé de 9 ans, parce qu’il est trisomique. Elle a déclaré qu’on lui avait demandé deux fois si elle voulait avorter : une fois à 24 semaines et une fois à 37 semaines de grossesse.

L’automne dernier, Emma Mellor a déclaré à la BBC qu’elle avait subi des pressions pour avorter de sa fille à naître à 15 reprises, y compris le jour même de la naissance de son bébé.

Des études ont établi un lien entre les progrès des tests prénataux et l’augmentation du nombre d’avortements de bébés handicapés à naître. The Telegraph rapporte qu’un article récent de l’European Journal of Human Genetics a révélé que le nombre de bébés atteints de trisomie 21 nés au Royaume-Uni a chuté de 54 % depuis que les tests de dépistage prénatal non invasifs sont devenus disponibles il y a environ dix ans.

Selon les statistiques du Public Health England, plus de 85 % des bébés à naître ayant reçu un diagnostic de trisomie 21 sont avortés en Angleterre.

Maire Lea-Wilson, de l’ouest de Londres, conteste également la loi sur l’avortement devant les tribunaux. Selon elle, les médecins lui ont suggéré l’avortement à plusieurs reprises après avoir découvert que son fils Aidan avait « 50 % de chances » d’être atteint de trisomie 21, selon The Christian Institute. Elle a déclaré qu’elle était enceinte de 36 semaines — presque à terme — la dernière fois qu’ils lui ont demandé d’envisager un avortement.

On ne sait pas quand la Haute Cour se prononcera sur cette question.

En 2020, le plus haut tribunal de Pologne a annulé une exception similaire de la loi polonaise qui autorisait l’avortement des bébés à naître souffrant de handicap.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire