M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La mère biologique d’un bébé décide de le garder après que sa mère adoptive l’ait rejeté

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Tom Merton/Caia Image/Adobe Stock

Lorsque Christina Fisher a découvert qu’elle était enceinte en 2015, elle a estimé qu’elle n’était pas dans une bonne situation financière pour élever un autre enfant. Elle avait déjà une fille de 18 ans et qualifiait sa situation de vie de « fondamentalement sans abri ». Elle a décidé que la meilleure chose qu’elle pouvait faire pour son nouveau bébé était de le placer dans une famille adoptive. Cependant, les choses ne se sont pas passées comme prévu.

Lorsque la petite Abigail Lynn est née le 11 janvier 2016, sa mère adoptive était présente. Mais après avoir vu Abigail, la femme a quitté l’hôpital en larmes, et on n’a plus jamais entendu parler d’elle.

Abigail a été diagnostiquée comme étant atteinte du syndrome de Treacher Collins, une maladie génétique qui entraîne un sous-développement de certains traits du visage, notamment de la mâchoire et des pommettes, ainsi que des oreilles et des yeux. Certaines personnes atteintes de Treacher Collins ont des difficultés d’audition, tandis que d’autres ont des problèmes respiratoires. Elle pourrait avoir besoin d’implants cochléaires pour l’audition à un moment donné, mais sinon, les médecins s’attendent à ce qu’Abigail mène une vie tout à fait normale.

Lorsque Fisher a réalisé ce qui s’était passé, et que son bébé avait été rejeté par sa mère adoptive, elle a décidé d’élever elle-même sa fille.

« C’est à ce moment-là que j’ai réalisé qu’elle était destinée à être mienne seulement maintenant “à cause de ses besoins” », a-t-elle écrit sur sa page de collecte de fonds désormais fermée. « Je n’étais pas totalement préparée pour elle, mais maintenant je ne peux plus voir ma vie sans l’une ou l’autre de mes filles ».

Comme elle n’était pas préparée et qu’elle n’a pas pu reprendre le travail parce qu’elle s’occupait d’Abigail, ses amis, sa famille et des inconnus ont collecté plus de 20 000 dollars pour l’aider à couvrir les dépenses de base, notamment les couches. Des organisations locales à but non lucratif ont également apporté leur aide en donnant des vêtements et des couches.

« J’ai eu beaucoup de chance », a déclaré Mme Fisher au NWF Daily News. « Je n’ai pas besoin d’un style de vie glamour. J’ai juste besoin d’assez d’argent pour prendre soin d’elle ».

« Ils sont passés à côté du bébé le plus incroyable du monde », a-t-elle ajouté. « Elle me sauve la vie chaque jour, comme l’a fait ma fille de 18 ans. Elle ne sait pas à quel point elle compte pour moi... elle comprendra un jour. »



Laissez un commentaire