M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

2732.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La lutte d’un père pour sauver son fils de 7 ans de la « transition de genre »


Les jumeaux James et Jude et leur père Jeff Younger.

Par Madeleine Jacob — traduit par Campagne Québec-Vie

Texas, 15 octobre 2019 (LifeSiteNews) — La sélection du jury commence le 15 octobre dans la bataille judiciaire entre un père qui tente d’empêcher son ex-femme de « transitionner » son fils de sept ans en « fille ».

Jeffrey Younger s’est battu au tribunal pour protéger son fils James de la thérapie du genre et de la castration chimique. Son ex-femme Anne Georgulas essaie de « faire transiter » James.

Younger demande une prise de décision conjointe avec Georgulas sur les soins psychiatriques pour l’enfant.

Actuellement, la cour a statué que Younger et Georgulas doivent théoriquement s’entendre sur les décisions médicales, les décisions scolaires et toute autre décision concernant James et son jumeau, Jude. Georgulas, pédiatre, a reçu l’autorité exclusive pour tous les soins psychiatriques pour les garçons.

Ce procès est la dernière chance de Younger de sauver son fils. Après la sélection du jury, les débats commenceront. Les affaires familiales de ce genre ne sont généralement pas entendues par des jurys, mais elles se déroulent parfois ainsi au Texas.

La juge Kim Cooks présidera l’affaire. Le juge Cooks semble être partisan des droits de la famille, si l’on se base sur son portrait Twitter, qui se lit comme suit : « Réélisez la juge Cooks pour l’équité, la justice et la préservation de la famille. Votre soutien continu est une bénédiction ! »

Selon une page Facebook mise en place pour faire connaître l’affaire, Younger affirme que la juge Cooks a clairement indiqué par ses actions qu’elle voulait créer un précédent pour les « techniques modernes » dans le développement de l’enfant.

La mère de James a commencé à dire à celui-ci qu’il était une fille quand il n’avait que trois ans. James eut une fête de « révélation » (coming out) dans le cadre de son cinquième anniversaire. Sa mère l’a inscrit à l’école en tant que fille, sous le nom de" Luna ». Il s’habille comme une fille à l’école et utilise les toilettes des filles. Quand James est avec son père, cependant, il s’habille comme un garçon, s’appelle James et se comporte comme un garçon typique de sept ans. Le tribunal interdit à Younger de parler d’identité sexuelle à James.

Georgulas a tenté d’inscrire James à la clinique GENECIS pour commencer une « thérapie de transition de genre », un programme qui aurait inclus des bloqueurs de puberté dans les années à venir. La clinique ne l’a pas accepté, cependant, en raison du refus de son père de participer à ce qu’il appelait de la « maltraitance d’enfant ».

LifeSiteNews continuera de rendre compte de ce procès au fur et à mesure de son développement.

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire