M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Finlande approuve l’avortement à la demande pendant les 12 premières semaines de la grossesse

Par Emily Mangiaracina — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : rocketclips/Adobe Stock

27 octobre 2022, Finlande (LifeSiteNews) — Les législateurs finlandais ont assoupli les restrictions sur l’avortement en permettant aux femmes d’obtenir un avortement sur demande pendant les douze premières semaines de grossesse.

Par une large marge de 125-41, l’assemblée législative finlandaise Eduskunta a voté pour approuver les changements à la Loi sur l’avortement afin de faciliter l’accès à la procédure mortelle, sur la base des demandes d’une initiative citoyenne de l’Association féministe.

« La priorité de l’initiative citoyenne est d’abolir la nécessité pour les femmes de devoir justifier l’interruption d’une grossesse de moins de 12 semaines par des arguments financiers ou sociaux »*, expliquait Euractiv en 2020, après que l’initiative ait recueilli les 50 000 signatures nécessaires pour soumettre sa proposition aux législateurs.

En vertu de la loi finlandaise sur l’avortement en vigueur depuis longtemps, une femme ne peut obtenir un avortement que dans certaines conditions, par exemple si « l’accouchement et les soins d’un enfant lui imposeraient une charge considérable compte tenu des conditions de vie de la femme et de sa famille et d’autres circonstances ».

Les modifications apportées à la Loi finlandaise sur l’avortement permettront également aux femmes d’obtenir un avortement sur recommandation d’un seul médecin, au lieu de deux, ce qui est actuellement requis par la loi.

Selon l’Associated Press, la Loi finlandaise sur l’avortement était la plus stricte de la région nordique.

Les changements récemment adoptés à la Loi sur l’avortement avaient été soutenus par des ONG telles qu’Amnesty, l’Association des sages-femmes, la Ligue finlandaise des droits de l’homme, la Fédération des familles, la Société d’obstétrique et de gynécologie, et « plusieurs groupes de jeunes, de femmes et des cercles politiques », selon Euractiv.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le média européen a également rapporté que les chrétiens-démocrates sont la seule alliance politique finlandaise opposée à l’assouplissement des conditions d’avortement.

Les mises à jour de la loi finlandaise sur l’avortement devraient entrer en vigueur au début de 2023.

Les militants pro-avortement ont récemment tenté de justifier le meurtre de bébés à naître en affirmant que les embryons de cinq semaines et même de neuf semaines ressemblaient simplement à de petits amas de chair, en utilisant des photos fournies par des avorteurs.

Cependant, les images in utero présentées dans le documentaire « The Biology of Prenatal Development » montrent que ces avorteurs ont fourni une image incomplète. Lorsqu’une femme est enceinte de six semaines et demie (quatre semaines et demie depuis la fécondation), son bébé, au stade embryonnaire, a déjà un cœur rouge sang qui bat rapidement.

À cinq semaines et six jours après la fécondation, les embryons ont déjà développé des plaques de main ; et à sept semaines et quatre jours de la conception, leurs doigts sont visiblement séparés.

Indépendamment de l’apparence physique et du stade de développement des bébés à naître, ceux-ci sont dotés d’un ADN unique dès le moment de la conception, qui constitue le plan de toutes leurs caractéristiques physiques et même de leur tempérament, et qui fait de leur personnalité humaine unique un fait scientifique.


*Ce sont des exceptions bien large déjà… — A.H.



Laissez un commentaire