M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La demande d’euthanasie d’un Canadien de 23 ans contrecarrée par la campagne de sa mère sur les médias sociaux

Par Dorothy Cummings McLean — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : joyfotoliakid/Adobe Stock

29 septembre 2022, Whitby, Ontario (LifeSiteNews) — La tentative d’une mère pour sauver son fils de 23 ans du suicide médicalement assisté a jusqu’à présent réussi.

Hier, Kiano V. a déclaré à LifeSiteNews que, grâce à la campagne de sa mère Margaret Marsilla sur les médias sociaux — qui comprenait une pétition publiée sur Change.org et CitizenGo — le médecin a retiré son soutien à la tentative du jeune homme de mettre fin à sa vie par le biais de l’AMM (aide médicale à mourir).

« Mon médecin a dit que tout le monde appelait sa clinique, son téléphone, envoyait des SMS, disait qu’il était un meurtrier, et le harcelait au point qu’il a retiré sa participation à mon plan de soins », a déclaré Kiano.

Marsilla est du même avis : « Nous avons réussi à effrayer un peu [le médecin], mais un autre médecin pourrait reprendre la situation ».

Cependant, d’après ce que LifeSitenews a pu vérifier auprès de son fils, aucun nouveau médecin ne s’est manifesté.

Kiano, dont le nom de famille est connu de LifeSiteNews, a déclaré au média que son rendez-vous pour l’AMM était initialement prévu pour le 22 septembre, mais qu’il a été reporté au 28 septembre peu après que sa famille en ait pris connaissance.

« Ma famille a paniqué », a-t-il déclaré. « Ma sœur a accès à mes courriels et l’a partagé avec toute ma famille : ma mère, mon père... Tout le monde était désemparé, alors ils faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher que cela ne se produise. »

Kiano, qui a été diagnostiqué pour la première fois d’un diabète de type 1 à l’âge de quatre ans, est maintenant malvoyant. Il a dit avoir argumenté avec ses parents que sa maladie incurable était une raison suffisante pour demander l’euthanasie.

Je disais à mes parents : « Vous savez, vous ne pouvez rien y changer. Je veux dire, mon diabète, ce n’est pas quelque chose que vous pouvez guérir ; ma perte de vision, ce n’est pas quelque chose que vous pouvez guérir dans un avenir prévisible, donc c’est toujours mon choix ».

Kiano a déclaré que ses parents ont insisté pour parler à ses médecins et n’étaient pas satisfaits des réponses qu’ils obtenaient, et il pense que son refus de les autoriser à parler avec « le médecin de l’AMM qui allait administrer la perfusion » les a frustrés au point qu’ils ont décidé « de lancer des campagnes sur les médias sociaux, de prendre les choses en main ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mais la date du 22 septembre a été annulée après que la mère de Kiano ait parlé avec son thérapeute. Le jeune homme allègue que sa mère a dit au thérapeute « certaines choses qui étaient fausses, qui soulèveraient des questions pour le thérapeute ».

« Et après que [ma mère ait] dit ces choses, mon thérapeute a consulté le médecin, et a dit “Vous savez, avons-nous besoin de plus de renseignements au sujet de Kiano ? ” », a déclaré le jeune homme à LifeSiteNews.

« Alors le médecin a dit : “Au lieu du 22, nous allons le mettre en pause pour le moment”. Et j’ai demandé à ce qu’une date soit reprogrammée. Il a suggéré le 28 septembre. Donc du 14 au 21 septembre, j’envisageais [d’être] euthanasié le 28 septembre. »

Le 21 septembre, à 22 heures, selon Kiano, son médecin a téléphoné. Il a parlé au jeune homme de tous les messages hostiles qu’il avait reçus grâce à la campagne de sa mère sur les médias sociaux et a dit qu’il allait démissionner de son « plan de soins » et trouver au jeune homme un autre « évaluateur », à moins que sa mère ne cède.

« Il a dit qu’il y a toujours un deuxième évaluateur à bord, et je vais devoir trouver un autre évaluateur à moins que ta mère ne décide de s’excuser, d’écrire, et promette d’arrêter toutes les campagnes de médias sociaux ainsi que de ne pas engager de poursuites judiciaires à l’encontre du médecin si Kiano décide d’être euthanasié », a déclaré Kiano à LifeSiteNews.

Marsilla, cependant, a clairement fait comprendre à son fils et au médecin qu’il n’était pas question qu’elle écrive une telle lettre. Kiano a donc essayé de trouver quelqu’un d’autre pour soutenir sa demande d’euthanasie, mais il a été rejeté par « l’équipe centrale d’accueil ».

« J’ai appelé à l’accueil central pour le service de coordination de l’AMM, que vous devez normalement appeler pour être dirigé vers un évaluateur qui a une expertise dans la mort médicalement assistée, mais leur base de données est si faible maintenant que j’ai épuisé les ressources de l’équipe d’accueil central, et ils m’ont également refusé un service », a-t-il expliqué.

« Ils ont dit : “Vous savez, nous n’allons pas participer à la recherche d’un autre évaluateur. C’est entre vos mains. Vous devez en parler à votre médecin de famille” ».

Au lieu de cela, le jeune homme a commencé à présenter son cas aux hôpitaux de sa région, les membres de sa famille réticents servant de chauffeurs. Un médecin lui a dit qu’il était peu probable qu’il soit pris en compte pour l’AMM, étant donné son âge et son « physique ».

« Vous savez, je me promène », a reconnu Kiano. « Je suis peut-être handicapé — je suis aveugle — mais le médecin dit : “Vous avez l’air en bonne santé, je doute qu’ils vous envisagent [comme candidat à l’AMM]” ».

Puis, ce lundi 26 septembre, Kiano a tenté de se faire admettre en soins palliatifs en annonçant officiellement au personnel de l’hôpital qu’il allait arrêter de prendre des médicaments pour traiter son diabète.

« Je leur ai dit : “J’abandonne [le traitement] du diabète. J’abandonne les injections d’insuline. Pourriez-vous m’admettre aux soins palliatifs et de fin de vie ? ” C’était quelque chose qu’ils n’étaient pas prêts à faire. »

À la place, ils ont procédé à une évaluation psychiatrique. Kiano raconte qu’un psychiatre lui a parlé pendant « au moins deux heures » et lui a dit que s’il lui disait qu’il n’allait pas prendre ses médicaments, l’hôpital le garderait en vertu de la loi sur la santé mentale. En fait, le psychiatre l’a encouragé à rester 72 heures pour d’autres entretiens, mais Kiano ne voulait pas perdre sa liberté.

Je me suis dit : « C’est une question de vie ou de mort. Soit je vais avec eux, je renonce à tous mes droits sur mon téléphone, sur ma propriété, sur mes médicaments, et ils peuvent me mettre sous sédatif, ils peuvent m’attacher, je n’aurai pas accès au monde extérieur, soit je rentre chez moi, je suis patient, je mange un bon homard, un steak, qui m’attend. »

Kiano reconnaît que sa famille possède une richesse considérable, une richesse qui, selon lui, devrait être utilisée pour lui donner des opportunités de rendre sa vie plus agréable.

« J’ai dit à ma famille : “Votre argent ne peut pas acheter ma décision. Votre argent peut me donner des opportunités de trouver la raison de changer d’avis” », a-t-il déclaré.

« Si vous vous entourez de personnes de classe supérieure, d’un environnement plus riche, vous avez plus de chances de vous voir accorder des opportunités avec de grandes quantités de réalisations ou de bonheur. Alors déjà, j’ai commencé à faire ça, à aller à des concerts, à des restaurants chers. »

Margaret Marsilla, qui a parlé à LifeSiteNews mardi, a déclaré que son fils avait utilisé la menace de l’euthanasie pendant des années pour la « faire chanter » afin qu’elle lui donne des choses, mais que la famille n’avait pas cru qu’il tenterait sérieusement de se faire tuer.

« Nous avons senti et pensé que nous faire peur était une façon d’attirer l’attention », a-t-elle dit.

« Entre-temps, il demandait de l’argent, des objets et des choses, alors il me faisait chanter, moi, sa mère, en disant : “Je veux une vie meilleure. Donne-moi ceci, donne-moi cela. ” C’est ce qu’il faisait avant de perdre la vue », poursuit-elle. Je lui disais : « Pourquoi me fais-tu ça ? Pourquoi me rends-tu les choses si difficiles ? Si tu voulais te suicider, tu l’aurais fait. Tu n’as pas besoin de l’aide de l’AMM. Pourquoi en parles — tu constamment et me fais-tu ressentir cela ? Et il s’est juste renfermé et s’en est fichu ».

La famille ne pensait pas que Kiano mettrait ses menaces à exécution car elle estimait qu’il n’y avait « aucune chance » qu’il obtienne une AMM juste parce qu’il est diabétique. De plus, il n’est pas encore légal d’être admis à l’AMM pour des problèmes de santé mentale.

Le point de basculement semble avoir été la perte de vision de Kiano, qui, selon Marsilla, a été causée par son propre auto-sabotage, notamment le fait de ne pas respecter ses rendez-vous pour une opération des yeux au laser. Selon Marsilla, alors que sa vue baissait, Kiano était effrayé et ne parlait plus d’AMM. Cependant, lorsque Kiano a commencé à ressentir une forte pression derrière l’œil gauche et qu’on lui a dit qu’il aurait besoin d’injections mensuelles, il a demandé à son ophtalmologiste de l’hôpital catholique St Michael de Toronto — devant sa mère, dit-elle — de l’aider à obtenir l’AMM. L’ophtalmologiste a répondu qu’il ne pouvait pas faire ça. Cependant, un travailleur social était également présent, et Mme Marsilla est sûre à « 99,9 % » que le travailleur social a contribué à orienter son fils vers le réseau d’aide médicale à mourir.

Kiano a déclaré à LifeSiteNews que le fait de recevoir une aiguille dans l’œil l’a décidé à ne pas poursuivre sa vie avec le diabète.

« Le cours du traitement ne va pas s’atténuer », a-t-il dit.

« Il ne va pas s’améliorer avec le temps. Vous savez, la détérioration de mon corps, de mon esprit, même, est si élevée, que j’ai fait l’expérience de tout ce qui me convient », a-t-il poursuivi.

« Je suis prêt à mettre fin à ma douleur et à ma souffrance. Je prévois que mon avenir sera fait de plus de complications, de plus de souffrance, d’énormes quantités de douleur à des degrés que je n’ai jamais connus auparavant. Et après avoir fait l’expérience d’une aiguille dans mon œil, je n’ai pas voulu continuer, et c’était un signal d’alarme. »

Mais Marsilla pense que la détérioration de l’esprit de Kiano a plus à voir avec les effets de l’abus quotidien de marijuana. Lorsqu’on lui demande si elle pense que son fils est sain d’esprit, elle répond : « Bien sûr que non. L’abus de drogues a clairement enlevé tout esprit sain à ce garçon ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.