M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Cour suprême refuse d’examiner les tentatives du gouvernement Biden d’obliger les écoles chrétiennes à loger les garçons avec les filles

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Bill Chizek/Adobe Stock

24 juin 2023, Washington, D.C. (LifeSiteNews) — La Cour suprême des États-Unis a refusé d’examiner la cause du College of the Ozarks, dans le Missouri, contre l’administration Biden imposant une série de nouvelles exigences à l’école chrétienne pour reconnaître et accommoder « l’identité de genre » des étudiants dysphoriques, bien que les avocats représentant l’école gardent l’espoir que la plus haute cour de la nation se penchera sur les questions constitutionnelles sous-jacentes.

L’un des premiers actes du président Joe Biden a été la signature d’un décret déclarant que « mon administration a pour politique de prévenir et de combattre la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle, et d’appliquer pleinement le titre VII et les autres lois qui interdisent la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle ». Il cite l’arrêt Bostock de la Cour suprême des États-Unis, selon lequel l’interdiction par la loi fédérale de la discrimination « en raison du sexe » s’étend à la « discrimination fondée sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle ».

En avril 2021, le Collège des Ozarks a intenté une action en justice pour éviter d’être contraint de modifier sa politique de longue date consistant à séparer les étudiants masculins et féminins dans les installations intimes telles que les dortoirs, en faisant valoir que le décret de M. Biden contredit la définition du « sexe » comme étant biologique au sens de la loi fédérale sur le logement équitable (Fair Housing Act, FHA), qui est établie de longue date.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« L’occupation et l’accès aux résidences universitaires sont séparés par le sexe biologique, et non par l’identité, et la résidence dans les logements étudiants dépend du respect du code de conduite des étudiants, y compris l’engagement d’éviter toute relation sexuelle en dehors d’un mariage entre un homme et une femme », peut-on lire dans la plainte. Mais le décret de la Maison-Blanche « exige que les universités religieuses privées placent les hommes biologiques dans des dortoirs pour femmes et leur attribuent des chambres pour femmes ».

Après avoir échoué dans les juridictions fédérales inférieures, l’affaire a finalement été portée devant la Cour suprême. Mais le Hill rapporte que mardi, la Cour a refusé d’entendre l’affaire au motif que l’université n’avait pas qualité pour agir parce qu’elle n’avait pas encore démontré de préjudice, ignorant les avertissements des avocats de l’université selon lesquels si le ministère américain du Logement et du Développement urbain (HUD) « s’en sort en réécrivant la FHA par le biais de la directive, il n’a aucune raison de passer par le processus d’élaboration des règles. Cela élimine le contrôle judiciaire jusqu’à ce qu’une procédure de mise en application soit terminée et que l’entité réglementée ait déjà été lésée ».

« Le Collège des Ozarks a lancé ce défi pour une seule raison : L’administration Biden tentait de les forcer à ouvrir leurs dortoirs aux membres du sexe opposé », a répondu Julie Marie Blake, conseillère principale de l’Alliance Defending Freedom, rapporte USA Today. « Bien que la Haute Cour ait choisi de ne pas examiner cette affaire, nous espérons qu’elle se penchera bientôt sur des cas similaires... Le Collège des Ozarks continuera à suivre ses convictions ».

L’ordonnance n’était pas signée, mais comme il suffit de quatre voix pour que la Cour suprême accepte d’examiner une affaire, le rejet signifie qu’au moins deux des cinq juges prétendument « conservateurs » ont dû voter avec les libéraux de la Cour pour rejeter l’affaire, soulignant les inquiétudes persistantes quant à la cohérence de la majorité de la Cour nommée par les républicains, qui a remporté des victoires conservatrices majeures sur l’avortement, le droit aux armes à feu et les réglementations environnementales, mais qui a également acquiescé aux libéraux dans des affaires concernant les mandats COVID-19 des États, la liberté religieuse et l’accommodement des LGBT.



Laissez un commentaire