M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - avent 2022

prière

885.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 3 semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Gardons courage, il a vaincu le monde. (Jn 16:33) Même si la culture contemporaine semble s'engouffrer davantage dans le mensonge, nous sommes encore là, à dire les vérités essentielles sur la foi, la famille et la vie. Merci nous aider à continuer. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

L’industrie de l’avortement engrange environ 300 millions de dollars par an grâce à la pilule abortive

Par Carole Novielli (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Kawee/Adobe Stock

Avec l’avènement de la pilule abortive et l’élargissement de son accessibilité, l’avortement est devenu une industrie encore plus lucrative. Les ventes de pilules abortives sont estimées à 300 millions de dollars par an, et les avortements chirurgicaux du premier trimestre à près de 200 millions de dollars par an, selon une étude récente. Les avortements pratiqués au cours du deuxième trimestre ou au-delà rapportent aux avorteurs un minimum de 100 millions de dollars ou plus par an.

Ces informations sont basées sur les coûts médians des avortements publiés dans une étude financée par le groupe pro-avortement Advancing New Standards in Reproductive Health (ANSIRH), intitulée « Trends In Self-Pay Charges And Insurance Acceptance For Abortion In The United States, 2017-20 ». Le rapport d’ANSIRH a constaté qu’entre 2017 et 2020, « les frais médians des patients ont augmenté pour l’avortement médicamenteux [chimique] (de 495 $ à 560 $) et l’avortement procédural [chirurgical] du premier trimestre (de 475 $ à 575 $), mais pas pour l’avortement du deuxième trimestre (de 935 à 895 $) ».

ANSIRH a été cofondée en 2002 par Tracy Weitz et l’avorteuse Felicia H. Stewart. L’organisation publie des cahiers d’exercices sur la formation à l’avortement, qu’elle qualifie de « programme complet avec des outils pour former les nouveaux prestataires de services d’avortement ». Non seulement ANSIRH loue des locaux à l’Association of Reproductive Health Professionals (ARHP) et à Ibis Reproductive Health, mais elle fait également partie du Bixby Center for Global Reproductive Health de l’UCSF, qui forme les prestataires de services d’avortement par le biais de son Ryan Residency Training Program.

Les ventes de pilules abortives rapportent à l’industrie près de 300 millions de dollars par an

En 2017, un total de 862 320 avortements ont été signalés par l’ancien « affilié spécial » et bras de recherche de Planned Parenthood, l’Institut Guttmacher. Sur ce total, Live Action News a estimé que 761 428 avortements du premier trimestre ont été commis, dont 339 640 (39 %) avortements chimiques (pilule abortive) et 421 788 interventions chirurgicales. Guttmacher a récemment publié des données préliminaires pour 2020 indiquant que le pourcentage d’avortements chimiques avait augmenté pour atteindre 54 % de l’ensemble des avortements.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Avent 2022

885.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 3 semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Bien que les chiffres totaux des avortements n’aient pas encore été publiés pour 2020, Live Action News estime les ventes brutes d’avortements sur la base des totaux de 2017, trouvant près de 300 millions de dollars de ventes annuelles de pilules abortives et près de 200 millions de dollars par an pour les avortements chirurgicaux du premier trimestre.

  • Avortement chimique (pilule abortive) : 465 650 (estimation) en 2020 à 560 $ chacun = 260 millions de dollars.
  • Avortements chirurgicaux du premier trimestre : 421 788 estimés en 2017 (475 $) et 295 778 en 2020 (575 $) = 170 à 200 millions de dollars.

« Le prix médian d’un avortement chimique en 2020 varie fortement selon les régions, le plus bas étant de 490 $ dans l’Atlantique Sud et le plus élevé de 730 $ dans la région Centre-nord-ouest. Les frais médians ont augmenté dans la plupart des régions entre 2017 et 2020 », indique le rapport.

Les avortements du deuxième trimestre rapportent à l’industrie 100 millions de dollars par an

Les dernières estimations concernant les avortements du deuxième trimestre ou plus tard indiquent qu’en 2017, plus de 100 000 (100 891) avortements ont eu lieu, dont plus de 11 000 à 21 semaines ou plus tard. Si Guttmacher prévoit de publier des données plus récentes plus tard dans l’année, l’organisation ne ventile pas les statistiques sur les avortements au-delà de 21 semaines. En utilisant l’estimation de 100 891 fois un coût de 895 $, nous voyons que ces avortements tardifs rapportent à l’industrie un minimum de près de 100 millions de dollars (90 297 445 $) par an.

Il pourrait s’agir d’une estimation basse, comme l’auteur de l’étude, Ushma Upadhyay, l’a fait remarquer à 19thNews.org : « Pour un avortement tardif [du deuxième trimestre], le coût pourrait atteindre 4 000 dollars. » Elle a admis que l’étude « sous-estime probablement de manière grossière l’éventail des frais potentiels ».

Méthodologie de l’étude

Les chercheurs d’ANSIRH ont utilisé les données de la base de données des établissements d’avortement d’ANSIRH, qui comprend des données sur les établissements d’avortement faisant l’objet d’une publicité publique, mises à jour chaque été entre 2017 et 2020. « La base de données comprend un large éventail d’installations, y compris des cabinets médicaux, des centres de santé publique et des établissements hospitaliers », ont écrit les auteurs. « Des clientes mystère ont appelé pour poser des questions générales sur les services d’avortement, mais lorsque le personnel s’est enquis de leurs détails personnels, ces personnes ont répondu qu’elles avaient vingt ans et vivaient dans la même ville que l’installation et ont donné une date de dernière menstruation qui les placerait dans le premier trimestre », ont-ils ajouté. « Pour éviter de donner des informations plus personnelles, les clientes peuvent également avoir dit qu’elles appelaient pour une amie ou une personne enceinte de la famille. Les clientes mystère n’ont pas pris de rendez-vous », ont-ils ajouté.

« En 2017 et 2018, la collecte de données sur les frais autopayés reflétait principalement les prix indiqués sur les sites Web des établissements. En 2019 et 2020, nous nous sommes davantage appuyés sur les appels des clientes mystères pour recueillir les prix des avortements du premier trimestre lorsque les prix n’étaient pas indiqués sur les sites Web. Toutes années confondues, les prix des avortements du deuxième trimestre ont été presque exclusivement obtenus à partir des sites Web des établissements et non par des appels de clientes mystères, ce qui a contribué à des niveaux plus élevés de données manquantes, car de nombreux sites Web ne contenaient pas de prix », indique le rapport.

ANSIRH a également « identifié entre 751 et 776 installations d’avortement faisant l’objet d’une publicité publique aux États-Unis : 776 en 2017, 751 en 2018, 751 en 2019 et 760 en 2020 ».

Motif de l’étude : L’augmentation de l’argent des contribuables et de la couverture des assurances privées

Selon l’étude, la plupart des clientes de l’avortement paient de leur poche pour la procédure. « Dans une étude qui a interrogé les patientes de six établissements pratiquant l’avortement dans tout le pays, pas moins de 69 % d’entre elles l’ont fait, y compris les patientes ayant une assurance maladie privée », affirme l’étude.

ANSIRH affirme que, malgré le fait que la majorité des clientes paient le coût total de leur avortement, les taux de remboursement des assurances et des programmes des contribuables ne sont pas suffisants, écrivant : « Au fur et à mesure que les coûts administratifs des établissements augmentent, il devient de moins en moins possible pour les établissements de survivre à cause des faibles taux de remboursement des assurances. Il est essentiel que les régimes d’assurance évaluent leurs taux de remboursement et versent aux prestataires un montant correspondant aux coûts réels de la prestation des soins liés à l’avortement. »

Selon le rapport d’ANSIRH, les « frais médians des patients » pour les avortements chimiques ont augmenté de 13 % de 2017 à 2020, malgré, comme Live Action News l’a précédemment documenté, la diminution des coûts de l’industrie de l’avortement à peu près au même moment.

En d’autres termes, l’étude n’explique pourquoi le prix de la majorité des avortements — qui sont commis à l’aide du régime de pilules abortives (mifepristone plus misoprostol) et coûtent à l’industrie bien moins de 100 dollars chacun — augmente, ce qui gonfle probablement les profits de l’industrie.

En omettant ce détail très important et en se concentrant uniquement sur l’augmentation des coûts pour les consommateurs, ANSIRH et ses auteurs rémunérés font passer un message erroné selon lequel le contribuable américain et les compagnies d’assurance privées devraient être obligés de payer la facture des avortements et demandent la suppression de l’amendement fédéral Hyde, qui interdit le financement de l’avortement avec les fonds fédéraux. Et lorsque les contribuables subventionnent l’avortement, ANSIRH sait que davantage d’avortements — et non moins — auront lieu.

Campagne de financement - Avent 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire