M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’Indiana interdit à un médecin de recevoir un prix pour violation à la vie privée dans l’affaire de l’avortement d’une fillette de 10 ans


Caitlin Bernard.

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CBC News

16 août 2023 (LifeSiteNews) — L’État de l’Indiana aurait interdit à une avorteuse de recevoir un prix après que des accusations selon lesquelles le médecin aurait violé les lois sur la vie privée dans le cas de l’avortement d’une mineure aient fait surface.

Le prix annuel « Torchbearer Award » de l’Indiana est destiné à « identifier et reconnaître les contributions des femmes de l’Indiana à leur communauté, à l’État et à la nation » dans une « variété de domaines allant de la science et du droit à la défense du travail et à l’éducation », selon la Commission de l’Indiana pour les femmes.

En juillet dernier, le Dr Caitlin Bernard, avorteuse de l’Indiana, a parlé au Indianapolis Star d’un appel téléphonique d’un collègue de l’Ohio, quelques jours seulement après que la Cour suprême des États-Unis ait annulé l’arrêt Roe v. Wade, alors que l’interdiction de l’avortement après six semaines en vigueur dans l’Ohio avait prétendument refusé un avortement à une victime de viol âgée de 10 ans. Bernard a reçu la jeune fille pour pratiquer l’avortement dans l’État d’Indiana.

Les partisans de l’avortement ont rapidement diffusé l’histoire afin de susciter la peur quant aux effets supposés du fait de laisser les États fixer leurs propres lois en matière d’avortement, tandis que les partisans de la vie et d’autres personnes ont mis en doute l’histoire en raison de l’absence de détails corroborant les faits. Mais plus tard dans le mois, l’histoire a été confirmée par l’inculpation de Gershon Fuentes, 27 ans, immigré clandestin et petit ami de la mère de la victime. Ces révélations ont suscité des spéculations quant à la possibilité que la jeune fille ait été emmenée dans l’Indiana pour avorter afin d’éviter d’identifier son violeur.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En novembre dernier, le procureur général républicain de l’Indiana, Todd Rokita, a déposé une plainte administrative contre Mme Bernard sur la base de son « propre témoignage sous serment » indiquant qu’elle avait violé les lois fédérales et de l’Indiana en « divulguant les abus, les problèmes médicaux et le traitement médical de sa patiente à un journaliste lors d’un rassemblement pour le droit à l’avortement afin de servir son programme politique » et en « ne signalant pas immédiatement les abus et le viol d’une enfant aux autorités de l’Indiana », qui auraient pu « empêcher que cette petite fille ne soit renvoyée chez elle pour y subir d’éventuels sévices de la part de son violeur présumé ».

L’Indiana Medical Licensing Board a finalement condamné Mme Bernard à une amende de 3 000 dollars et lui a adressé une lettre de réprimande pour sa conduite, mais a refusé de suspendre sa licence médicale.

The Star rapporte que le nom de Mme Bernard figurait sur une liste de 60 femmes pressenties pour recevoir le prix Torchbearer de cette année, mais qu’il a été marqué « non approuvé » en raison de la situation.

« Après avoir examiné les antécédents et les documents justificatifs des nominations fournis par le conseil des juges, il a été déterminé que la nomination du Dr Bernard n’était pas appropriée en raison de l’affaire en cours avec le Medical Licensing Board », a déclaré Stephanie Slone, directrice adjointe des programmes internes et externes de la Commission des droits civiques de l’Indiana.

Les partisans de l’avortement invoquent depuis longtemps des histoires de mineures enceintes et de grossesses résultant d’un viol pour susciter un malaise émotionnel à la perspective d’interdire l’avortement, tandis que les pro-vie continuent de souligner que les circonstances de la conception ne changent rien à l’innocence ou à l’humanité du bébé à naître, et que la société doit donc faire tout ce qui est en son pouvoir pour traiter la mère et l’enfant avec compassion et prendre note des conséquences physiques et psychologiques de l’avortement.

Les pro-vie notent en outre que l’avortement en cas de viol est souvent exploité par les prédateurs pour détruire la preuve vivante de leurs crimes et continuer à abuser des enfants-victimes. Le groupe pro-vie Live Action a documenté la complicité de Planned Parenthood dans plusieurs cas de ce type dans sa série de vidéos « Aiding Abusers ».

Au début du mois, une loi de l’Indiana, qui devrait mettre fin à 95 % des avortements dans cet État, est entrée en vigueur. Elle interdit tous les avortements, à l’exception de ceux pratiqués pour cause de viol ou d’inceste au cours des dix premières semaines, d’« altération physique substantielle et irréversible » de la santé de la mère, ou d’« enfants souffrant d’une affection médicale irrémédiable incompatible avec le maintien de la vie hors de l’utérus » jusqu’à la vingtième semaine.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.