M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'euthanasie est en hausse au Canada, représentant plus de 1% des décès en 2018

Par Lianne Laurence ― traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : Marco Verch Professionnal Photographer and Speaker/Flickr

30 avril 2019 (LifeSiteNews) ― On estime que 3 000 Canadiens ont été mis à mort par des professionnels de la santé en 2018. 

Santé Canada, le département médical du gouvernement canadien, a publié son quatrième rapport intérimaire sur l’aide médicale à mourir. Selon le rapport, 2 614 Canadiens à l'extérieur de la province de Québec et des trois territoires nordiques canadien ont reçu ce qu'on appelle l'« aide médicale à mourir » (AMM) entre le 1er janvier et le 31 octobre 2018. 

Le rapport indique que « Les décès attribuables à l’aide médicale à mourir ont représenté environ 1.12 % de tous les décès au Canada pendant cette période ». 

Bien que la plupart des décès par euthanasie en 2018 aient été subis par des Canadiens de 65 ans et plus, 49 patients (2 %) étaient âgés de 45 ans ou moins au moment de leur décès. En outre, 140 (5 %) étaient âgés de 46 à 55 ans. Les patients les plus âgés à être euthanasiés, ceux de plus de 90 ans, étaient au nombre de 265 (10 %). 

46 % de ceux qui ont choisi l'euthanasie en 2018 étaient des patients atteints de cancer. 

Terrence Prendergast, s.j., archevêque catholique d'Ottawa, a exprimé dans un tweet ses craintes, accompagnés d'un lien menant au site MercatorNet

« Des nouvelles préoccupantes, avec des perspectives inquiétantes à l'horizon : Au moins 1,12 % des décès au Canada sont dus à l'euthanasie », écrivait-il le 29 avril sur Twitter

Lorsque le projet de loi sur l'« AMM » a été présenté pour la première fois sur la Colline du Parlement à Ottawa, le cardinal Thomas Collins, archevêque catholique de Toronto, a laissé entendre que la légalisation de l'euthanasie mènerait le Canada « sur une voie sombre. » 

« Au moment où notre priorité devrait être de favoriser une culture d'amour et d'accroître les ressources pour ceux qui souffrent et qui font face à la mort, le suicide assisté nous mène sur une voie sombre, » a-t-il dit. 

« À première vue, cela peut sembler une option attrayante, une échappatoire rapide et miséricordieuse à la souffrance que l'on peut éprouver dans la vie, mais une réflexion plus approfondie révèle ses lugubres implications, non seulement pour l'individu mais pour notre société, et en particulier pour ceux qui sont plus vulnérables. Une telle réflexion plus approfondie est grandement nécessaire maintenant. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire