M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

« L’adoption vaut mieux que l’avortement, je le sais parce que j’ai été adopté »


Ryan Bomberger.

Par Ryan Bomberger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

Il n’est préférable pour personne d’être mort. Il vaut mieux que nous soyons aimés.

En tant que personne adoptée après être passée par un foyer d’accueil, je rejette la rhétorique pro-avortement selon laquelle l’avortement est en quelque sorte une meilleure option que l’adoption. Les gens invoquent comme défense « mais qu’en est-il des traumatismes », comme si cela devait mettre fin à toute conversation.

Tuer un autre être humain innocent est traumatisant. Le fait d’être violemment privé de vie (qu’il s’agisse d’un enfant à naître ou d’une mère tué par un avortement raté) est traumatisant. Cette publicité pour voter contre le projet radical « Issue One » de l’Ohio met en évidence la volonté du faux féminisme de détourner le regard lorsque des femmes meurent des suites d’un avortement brutal. Heureusement, Created Equal et le mouvement pro-vie se soucient de la mère, du père et de l’enfant, né ou à naître.

J’aurais pu être l’une de ces victimes sans nom et sans visage. J’ai été conçu lors d’un viol, mais adopté dans l’amour. Le courage de ma mère biologique a eu des répercussions qui se feront sentir pendant des générations. Les plus belles répercussions sont celles de ma famille : ma formidable épouse et mes quatre enfants (dont deux ont également été adoptés).

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Il n’aurait pas mieux valu que je meure. Au contraire, je suis en mesure de montrer comment la beauté de l’adoption permet au triomphe de surgir de la tragédie. J’ai neuf autres frères et sœurs (sur douze) qui ont également été adoptés. Leurs récits brisés ont trouvé une ouverture auprès de deux parents dont l’amour a contribué à changer la trajectoire de nos vies. Non, ce n’était pas facile. La vie n’est pas facile pour les enfants biologiques, à moins, bien sûr, que je ne me trompe. L’adoption est un défi pour de nombreuses raisons, mais j’ai été témoin de la façon dont elle apporte plénitude et guérison à un traumatisme qui doit devenir un point de référence, et non un lieu de repos.

Cela me rappelle Simone Biles, médaille d’or olympique, qui a proclamé en 2021 sur Instagram qu’elle était « très pro-choix ». La gymnaste la plus décorée de l’histoire, adoptée par ses grands-parents (ce qui l’a sortie du système de placement familial), soutient la violence de l’avortement. J’ai du mal à me faire à cette idée. Elle est l’exemple concret de ce que j’appelle la beauté du possible, et pourtant elle utilise sa plateforme mondiale pour promouvoir la mort plutôt que la vie pour les autres. Elle a invoqué des raisons peu convaincantes pour justifier son soutien à l’avortement : « Mon corps, mon choix... L’adoption coûte cher... Le système des familles d’accueil est cassé et c’est DIFFICILE ». Sans oublier l’ironie de ce même post où elle condamne les personnes qui ne se laissent pas obliger à porter des masques inutiles pour prévenir le COVID. Voilà ce qui en est de « Mon corps, mon choix ».

Oui, le système de placement familial est défaillant. Tout comme notre gouvernement. Il en va de même pour les églises. Tout comme l’USA Gymnastics et le Comité olympique et paralympique des États-Unis (vous savez, ceux qui ont permis au Dr Larry Nassar, aujourd’hui incarcéré, d’abuser des gymnastes féminines pendant des années). Mais devinez quoi ? On ne punit pas les victimes. On punit ceux qui sont à l’origine de l’injustice. On réorganise les systèmes humains défaillants pour que les innocents puissent s’épanouir. On ne les tue pas.

Oui. La vie est difficile. La vie n’est pas exempte de luttes. Honnêtement, l’adversité fait de nous de meilleurs êtres humains, qu’il s’agisse de la vivre soi-même ou d’élever les autres au-dessus d’elle. C’est pourquoi l’adoption est si précieuse pour moi. Tant sur le plan spirituel que physique, elle contribue à restaurer ce qui est brisé. Et comme toute autre chose dans la vie, ce n’est pas une solution miracle. Cela prend parfois toute une vie, mais le plus beau, c’est que cette personne est vivante. L’adoption est une expression pleine de miséricorde de notre humanité. Il est essentiel de soutenir les parents biologiques avant, pendant et après l’élaboration d’un projet d’adoption. Nous ne pouvons jamais les oublier dans la triade de l’adoption. Les parents adoptifs ont besoin d’un réseau de famille et d’amis pour les aider à se renforcer dans leur parcours. Et les adoptés, comme mes enfants et moi, ont besoin de savoir qu’ils sont aimés, en sécurité et dans un endroit durable, pour toujours.

Mon amie et collègue Melissa Ohden, qui a survécu à un avortement salin et qui a été adoptée, l’explique magnifiquement : « L’adoption est une option dans laquelle tout le monde peut vivre. »

Pourtant, les médias grand public, ouvertement favorables à l’avortement, diabolisent de plus en plus l’adoption depuis l’annulation de l’arrêt Roe. Le monde universitaire s’en est également mêlé. Ibram X. Kendi, zélateur de l’antiracisme et auteur à succès du NY Times, qualifie les parents blancs qui adoptent « de manière transraciale » de « colonisateurs blancs » qui utilisent les enfants noirs comme des « accessoires ». Il est clair qu’il en sait autant sur l’adoption que sur la gestion du centre antiraciste de l’université de Boston, qui a coûté plusieurs millions de dollars. Depuis quand faut-il être de la même couleur pour aimer un autre être humain ? Il est amusant de constater que les progressistes semblent toujours reculer dans le temps.

J’ai été adoptée par des parents blancs qui n’avaient pas le complexe du sauveur, mais un réflexe d’amour. C’est apparemment un territoire étranger pour ceux qui, comme Kendi, pontifient de manière universitaire sur quelque chose qu’ils ne connaissent pas personnellement. Mes parents désintéressés sont la raison pour laquelle de nombreux membres de ma famille, y compris plusieurs de mes neveux et nièces, ont ouvert leur cœur et leur foyer à l’adoption. Lorsque mon père est décédé tragiquement le 22 janvier 2021, notre organisation — The Radiance Foundation — a créé le Henry & Andrea Bomberger Adopted and Loved Fund pour honorer l’héritage d’amour de mes parents. Nous voulons aider les familles chrétiennes qui cherchent à adopter en accordant des subventions pour aider à couvrir des coûts qui deviennent de plus en plus exorbitants. Oui, Simone. L’adoption peut, parfois, coûter cher. Il en va de même pour les voitures, les maisons, les frais d’inscription à l’université et l’entraînement d’un athlète olympique.

Quel est le coût d’une vie effacée ? Imaginez le monde sans Steve Jobs, Faith Hill, Dave Thomas, Babe Ruth ou Simone Biles.

Les statistiques les plus récentes du Conseil national de l’adoption montrent qu’il y a eu 95 306 adoptions en 2020 (en grande partie à cause du COVID), contre 115 353 en 2019. Malheureusement, ces chiffres sont en baisse en raison de la diminution radicale des adoptions internationales depuis des années, alors que le nombre d’avortements continue d’augmenter. En 2020, 930 160 avortements ont été pratiqués. Pour chaque enfant adopté, il y a eu dix enfants avortés. La violence n’aide pas les personnes vulnérables à s’épanouir.

Cela aurait pu être moi. Cela aurait pu être mes enfants. C’est pourquoi je consacre ma vie à lutter contre l’injustice de l’avortement tout en aidant à collecter des millions pour les centres de grossesse, les maternités et les agences d’adoption à travers le pays. J’ai été adopté et aimé. Et cette victoire, je la souhaite pour beaucoup d’autres.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.