M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2018

2052 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 5 jours pour atteindre notre but -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, à ce moment critique pour notre société, à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Justin Trudeau est à la veille de légaliser le pot pour les enfants de 12 ans

Justin_Trudeau-9.jpg
Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Par Lianne Laurence — traduit par Campagne Québec-Vie

Ottawa, 13 février 2018 (LifeSiteNews) – Un groupe profamille a qualifié le projet de loi du premier ministre Justin Trudeau visant à légaliser le cannabis récréatif de « monstrueux » et d’« attaque dévastatrice » contre la société et les familles, et exhorte les Canadiens à faire pression sur le Sénat pour rejeter la loi proposée.

Encore plus flagrant, le projet de loi C-45, ou le projet de loi cannabis, présente des risques importants pour les enfants, a affirmé la vice-présidente de REAL Women of Canada, Gwen Landolt, dans une critique publiée sur le site internet du groupe.

Le projet de loi des libéraux permettrait aux enfants de plus de 11 ans de « librement posséder, utiliser, et même partager jusqu’à 5 grammes (10 joints) de marihuana à la fois, » a-t-elle souligné.

« Il n’y a absolument aucun recours si un mineur est aperçu ayant en sa possession, utilisant ou partageant de la marihuana » a écrit Landolt. « Un enfant peut littéralement prendre 10 joints de la cachette de ses parents, en distribuer à ses amis, retourner à la maison, en reprendre 10 autres, les distribuer et ainsi de suite. Cela affectera sévèrement les environnements scolaires et nos voisinages. »

×

Campagne de financement été 2018

À ce moment critique pour notre société, merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

2052 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 5 jours pour atteindre notre but -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Le projet de loi C-45 permettrait aussi aux individus de plus de 17 ans de détenir de la marihuana, « peu importe la quantité. Elle restreint l’usage public (et le partage) à 30 grammes à la fois (ou 60 joints). » Le projet de loi permet également aux Canadiens de faire pousser jusqu’à 4 plants de cannabis chez eux, a noté Landolt.

Trudeau a promis durant sa campagne qu’il légaliserait le pot récréatif. Il a affirmé au Huffington Post Canada en 2013 qu’il avait fumé de la marihuana environ à cinq ou six reprises dans sa vie, la dernière fois à peu près deux ans après avoir été élu membre du Parlement en 2008.

Trudeau a raconté en avril 2017 que son petit frère Michel avait été accusé de possession de marihuana six mois avant qu’il fût tué dans une avalanche en 1998, et que leur père, l’ex-premier ministre Pierre Elliot Trudeau, avait utilisé son influence pour « faire cesser les accusations, » selon un reportage du Guardian.

En fin novembre, les libéraux ont eu recours à « l’attribution de temps » [le temps de débat a été limité – NDLR] au vote final dans la Chambre des Communes au sujet du projet de loi C-45, malgré les protestations des conservateurs.

Mais le projet de loi a depuis été bloqué au Sénat, ce qui pourrait potentiellement retarder l’objectif des libéraux de le mettre en œuvre d’ici juillet, a reporté le Globe and Mail la semaine dernière. [Il y a deux semaines]

Trois ministres sont allés au Sénat mardi dernier [6 février 2018] défendre le projet de loi. Les sénateurs ont alors interrogé le ministre de la Santé publique Ginette Petitpas Taylor, la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould et le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale durant deux heures. Mais les sénateurs ne se sont pas engagés à accélérer le processus.

En fait, environ 20 sénateurs conservateurs s’étant inscrits pour discuter du projet de loi à la deuxième lecture ne l’ont pas encore fait. Les sénateurs n’ont pas à débattre de la législation dans un délai de temps déterminé, a reporté CBC.

De plus, une fois la deuxième lecture effectuée, la loi passe ensuite au comité, où les sénateurs sont censés convoquer un nombre de témoins et proposer des amendements.

Le chef conservateur du Sénat Larry Smith a affirmé que les conservateurs ne sont pas obstructionnistes, mais ont de véritables préoccupations. Mais le parrain du projet de loi, l’indépendant Tony Dean, dit que compte tenu de la lenteur du débat, les libéraux pourraient avoir recours au « temps alloué » pour le Sénat – ce qui serait une première pour le gouvernement Trudeau, selon le Globe and Mail.

Les médias libéraux exhortent Trudeau à faire cela.

Le National Post a réimprimé un éditorial du Toronto Star qui loue le projet de loi C-45 comme « l’un des meilleurs et certainement des plus audacieux projets de loi que ce gouvernement ait jamais menés », ayant prétendument 65 pourcent des Canadiens en faveur de ce projet de loi, « follement populaire. »

Mais Landolt exhorte les Canadiens à utiliser le temps qu’ils possèdent pour faire pression auprès des sénateurs afin qu’ils mettent leur veto sur le projet de loi.

« Si c’est légalisé, le Canada deviendra la deuxième nation du monde après l’Uruguay à complètement légaliser cette drogue dangereuse. Nous devons l’arrêter, » a-t-elle écrit.

Des preuves scientifiques montrent que le cannabis est dangereux pour la santé, avec des effets particulièrement nocifs sur les enfants et les adolescents, a noté Landolt.

L’Association médicale canadienne, l’Association des médecins Psychiatres du Québec et l’Alliance des pédiatres de l’Ontario préviennent que le « cerveau humain continue de se développer jusqu’à l’âge de 25 ans et que l’usage de marihuana retarde gravement le développement des adolescents. »

[…] c’est maintenant la ruée vers l’or des capitalistes qui cherchent à promouvoir la drogue, a observé Landolt.

Le marché du pot récréatif du Canada pourrait augmenter de 8 à 9 milliards de dollars annuellement, selon des estimations du Globe and Mail, écrit-elle.

« La propagande promarijuana inonde les médias afin d’endoctriner et d’habituer le public à faire usage de la marihuana, au bénéfice des entrepreneurs de la marihuana, » a noté Landolt.

Elle a aussi qualifié de « fantaisiste » l’idée que légaliser le cannabis allait empêcher les criminels d’en vendre. « La police, les experts et l’expérience indiquent tous que le marché noir vend toujours moins cher que les ventes légales de marihuana. »

Contactez tous les sénateurs canadiens ici.

MISE À JOUR: Puisque plusieurs commentateurs ont remis en question l’analyse du projet de loi C-45 par REAL Women, LifeSiteNews a publié des articles pertinents de la loi, qui ne traitent pas de la marihuana prescrite pour des raisons médicales, déjà règlementée par la loi, mais de l’usage récréatif du cannabis.

De la Section 2, définitions : jeune désigne : a) Pour l’application des articles 8, 9 et 12, individu âgé d’au moins douze ans, mais qui n’a pas atteint l’âge de dix-huit ans;

Possession

8 (1) Sauf autorisation prévue sous le régime de la présente loi : c) il est interdit à tout jeune d’avoir en sa possession une quantité totale de cannabis, d’une ou de plusieurs catégories, équivalant, selon l’annexe 3, à plus de cinq grammes de cannabis séché;

Note : La possession est définie dans le projet de loi C-45 conformément à l’article 4 (3) du Code criminel, qui stipule : (3) Pour l’application de la présente loi : a) une personne est en possession d’une chose lorsqu’elle l’a en sa possession personnelle ou que, sciemment : (i) ou bien elle l’a en la possession ou garde réelle d’une autre personne, (ii) ou bien elle l’a en un lieu qui lui appartient ou non ou qu’elle occupe ou non, pour son propre usage ou avantage ou celui d’une autre personne;

Distribution

9 (1) Sauf autorisation prévue sous le régime de la présente loi : a) il est interdit à tout individu âgé de dix-huit ans ou plus : (i) de distribuer une quantité totale de cannabis d’une ou de plusieurs catégories, équivalant, selon l’annexe 3, à plus de trente grammes de cannabis séché,

L’Alinéa 69 (3) (b) interdit la vente de cannabis à une jeune personne.

Le projet de loi peut être lu en entier ici.

Campagne de financement été 2018. Merci de nous aider avec un don spécial. L'objectif est de 5000$.

Pâques

Merci de nous aider à dénoncer les dérives de notre époque et à présenter les solutions.

2052 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 5 jours pour atteindre notre but -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire