M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un devoir des ainés

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo (côtés flous rajoutés) : Pxfuel

Le courage n’a pas d’âge

La vieillesse fait peur quand on est jeune. Avec raison. Pour moi, qui suis un jeune de soixante-douze ans, les octogénaires m’impressionnent. Ils sont comme des vases en porcelaine fragiles et précieux qu’il faut préserver à tout prix ou encore des châteaux de cartes qu’un moindre souffle peut abattre. Quand ils sont de bonne humeur, je pense qu’ils sont fous. Comment peut-on être heureux sachant que la mort peut nous souffler à chaque instant ? La vieillesse est un mystère pour les jeunes.

Aujourd’hui (été 2021), les marionnettes mondialistes qui nous gouvernent mettent le paquet pour nous pousser vers la vaccination universelle. Des menaces, des promesses, des cadeaux, tout y passe, sans oublier les narratifs sans cesse plus anxiogènes concoctés par nos médias stalinises. Ces temps-ci, pendant les Olympiques, on nous sert le spectacle oppressant d’athlètes masqués et soigneusement distanciés qui montent sur des podiums trop larges devant des salles vides. Ça fait partie du narratif. On suit docilement les consignes dictées par les bailleurs de fonds et les amis des pharmas. Au même moment, loin des regards dans le stade d’à côté, des matchs de sumo se déroulent devant des salles combles ; ceci dans un pays où moins de 30 % de la population est « vaccinée ». Mais ça, personne, mais personne, parmi le gratin pourri des journalistes qui « couvrent » les jeux, ne le questionne.

Ne vous laissez pas leurrer. Cet objectif de vaccination universelle n’est pas médical, il est politique. Il s’agit d’imposer un système de contrôle social pseudo-sanitaire. Pour ça, il faut embarquer 75 % à 80 % de la population dans l’engrenage « injection-contrôle-récompense » pour pouvoir ensuite ostraciser ceux qui restent. Évidemment, si on exclut les jeunes, ça ne fonctionnera pas. C’est pour ça que les crapules qui nous gouvernent veulent à tout prix injecter le jus des pharmas dans le corps de nos enfants.

1 réaction Lire la suite

Ces mondialistes, nos frères

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie)

Humains versus humains

Quand un conflit est vaste et que des milliers d’humains s’affrontent, il vaut mieux faire partie des bons que d’être avec les méchants. En effet, il y a, dans le camp des méchants, une atmosphère âpre, cynique et morte qui imprègne tout.

L’armée mondialiste qui nous agresse est une entité maléfique. Le putsch en cours vise un agenda tyrannique et inhumain. C’est un blasphème planétaire, une obscénité de manipulation et de mensonges. Les malheureux qui y participent se souillent, et plus ils en profitent plus ils se salissent.

Cependant, bons ou méchants, nous sommes tous des humains et, parmi les mondialistes, il y en a qui sont bons ou, à tout le moins, ignorants. Lors de la deuxième grande guerre, c’est à la fois étonnant et merveilleux, certains soldats SS ont refusé de participer aux rafles de juifs.*

Le Christ, lui-même l’a reconnu, « Père, pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23 34), devant l’ignorance des soldats qui clouaient le Fils de Dieu sur une croix. Lucidité magistrale au moment de la plus grande détresse ! À sa suite, des saints ont redit ces mots à l’heure du martyr.

Quand je récite le Notre Père, je demande à Dieu de me préserver des tentations. Il m’a exaucé en me privant de la richesse. En effet, qu’aurais-je fait si j’avais eu des milliards de dollars à ma disposition ? Qu’aurais-je fait de ce trop grand pouvoir trop facilement accessible ? Aurais-je fait mieux qu’eux ? J’en doute. En fait, ce qui m’étonne de ces milliardaires qui peuvent se payer tout, ce ne sont pas leurs orgies occasionnelles, c’est leur sexualité conventionnelle. Dans mon cas, le Seigneur m’a béni en me donnant juste assez pour être heureux et le servir ; mais pas plus. C’est une grâce, je le reconnais. Je reconnais aussi que ces malheureux milliardaires sont mes frères dans d’autres circonstances.

L’heure n’est pas au compromis. Il faut choisir son camp, combattre l’agenda mondialiste et le supplanter. Mais, ne l’oublions pas, nous sommes tous des humains dans cette galère. Rendons grâce à Dieu de faire partie de ceux qui luttent pour la liberté, la droiture et la vie. Prions pour ceux qui nous mentent et nous menacent. Et, quand ça ira mal, rappelons-nous que… « ça pourrait être pire, je pourrais faire partie de l’engeance sordide des milliardaires. »


* The Good Old Days, Klee, Dressen and Riess ; editors.

1 réaction

L’armée mondialiste


L'armée d'Hannibal à la bataille de Zama.

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Wikimedia Commons

Planétaire, multisectorielle et cohésive

C’est quand un animal bouge qu’il se révèle. En 2020, les forces mondialistes ont accéléré la cadence de leurs activités et sont sorties de l’ombre. Une opération d’envergure mondiale est maintenant en cours. Elle se déroule avec une précision militaire. Or, là où il y a une opération, ça signifie qu’il y a aussi une organisation. Comme on dirait dans le militaire, il y a du SMEAC* derrière tout ça. Mais quelle est la forme de cette organisation, quels sont ses composantes et ses mécanismes ?

Je n’ai pas la réponse définitive à ces questions mais je commence à entrevoir les contours. Je vais décrire, ici, la composition et la structure de l’armée mondialiste telle que je la perçois présentement. Je dis bien « armée », car, malgré sa composition diversifiée, il s’agit d’une organisation hiérarchique capable d’effectuer des opérations complexes et coordonnées. Les opérations de cette organisation se déroulent à l’échelle de la planète et intègrent des décisions administratives, des distributions massives de produits, des résultats « scientifiques » ciblés, des actions politiques et policières, le tout soutenu et justifié par des narratifs médiatiques uniformisés. Cela signifie la présence d’un système mondial de Commandement et de Contrôle.

Comme dans n’importe quelle armée, les forces qui tentent d’imposer le Nouvel Ordre Mondial sont donc hiérarchiques. Il s’agit d’une organisation pyramidale avec, en haut, un groupe restreint qui prend des décisions stratégiques et en bas, une troupe nombreuse d’activistes qui cassent des vitres et intimident les opposants. Je distingue cinq niveaux ou strates dans cette organisation. Ils sont, de haut en bas : le Cartel, les Gnomes, les Kapos, les Lieutenants et les Brutes. Examinons-les tour à tour :

Le Cartel**. Au plus haut niveau on trouve le Cartel. Celui-ci est composé des grands investisseurs et des PDG des plus grandes multinationales. Les membres du Cartel comprennent les grandes fortunes (Rothschild, Rockefeller, Bush, Windsor…), quelques individus (Gates, Bezos, Zuckerberg), et la haute direction des principales multinationales de la planète. Ces dernières constituent un monopole effectif à l’échelle mondiale. Ce monopole n’est pas restreint à un seul secteur d’activité (comme nos banques canadiennes, par exemple, qui forment un monopole effectif dans le secteur financier) mais couvrent un éventail de secteurs (finance, médias, pharmaceutiques…). Comme dans tout monopole, ces organisations se soutiennent mutuellement effectuant des actions concertées qui les bénéficient toutes.

Les membres du Cartel sont un groupe restreint de quelques centaines d’individus (quelques milliers tout au plus). Ces gens sont physiquement disséminés mais évoluent dans le même environnement et partagent la même culture (mêmes écoles privées, hôpitaux, jets personnels, châteaux, clubs exclusifs, paradis fiscaux, prostitution de luxe…). Ils interagissent constamment entre eux. Les membres du Cartel vivent, en quelque sorte, dans un village global ; un genre de mini pays, invisible et sans frontières, dont les composantes sont éparpillées ici et là (surtout où il fait beau et chaud).

1 réaction Lire la suite

Les Forces en présence

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Wikimedia Commons

Dans un conflit, il faut percevoir l’adversaire

Le 13 mars 2020, les puissances mondialistes et nos élites nationales qui leur sont soumises déclenchaient un putsch planétaire pour abattre les démocraties occidentales et imposer la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial. Depuis cette date, nous sommes plongés dans le plus grand conflit de notre génération. C’est un conflit qui dépasse toutes les mesures conventionnelles, qui invalide nos certitudes préalables et qui menace nos vies et nos libertés de façon intime et extrême.

Il n’y a pas d’armées ennemies sur notre sol et on n’entend pas les bombes tomber. Nous sommes, malgré tout, en guerre. C’est une guerre sans frontières et sans limites. Elle se déroule à la fois en nous et dans le monde autour de nous. Elle n’a pas de composante militaire mais elle fait rage dans tous les autres domaines, idéologique, culturel, politique, scientifique, médical… C’est aussi une guerre verticale car nos élites sont en ligue avec les pouvoirs mondialistes. Enfin, c’est un conflit spirituel, un combat où l’adversaire recherche d’abord notre soumission, pas notre défaite.

Mais, si nous sommes en guerre, qui est l’ennemi ? Qui sommes-nous ? Où est le champ de bataille ?

Pour bien combattre, il faut d’abord connaître son adversaire. Or, sous les apparences d’un monde diversifié et chaotique, nous faisons face à une organisation extrêmement cohésive et disciplinée qui exécute un plan préconçu de longue date. Ce plan se déploie à l’échelle mondiale. Ainsi, l’initiative d’un bureaucrate en Australie justifie une mesure sanitaire au Québec, le slogan mentionné au Minnesota est repris en Argentine. Toutes les « autorités » médicales de toutes les démocraties chantent la même chanson et récitent les mêmes communiqués qui semblent provenir d’une même source. Les mêmes critères sont appliqués partout. Les mêmes erreurs sont commises et oubliées.

1 réaction Lire la suite

L’Empreinte Cartel

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : UIHere

Quand la consommation nourrit des vipères

Pour contrer l’Effet de Serre Financier qui menace nos sociétés et dont j’ai parlé précédemment, nous devons diminuer le pouvoir de corruption du Cartel mondialiste. Pour ça nous devons, c’est urgent, réduire notre Empreinte Cartel, c’est-à-dire, la portion de nos activités de consommation qui augmente les revenus et le pouvoir du grand capital. Notre Empreinte Cartel est l’équivalent financier de l’empreinte carbone. Réduire cette empreinte signifie donc réorienter nos activités de consommations vers des biens et des services qui contribuent peu ou pas à enrichir le Cartel mondialiste et à augmenter son pouvoir.

Comme dans le cas de l’empreinte carbone, les communautés, mais aussi les individus, peuvent réduire l’Empreinte Cartel de leurs activités. C’est un objectif qui nous touche tous et où chacun peut faire sa part en modifiant ses habitudes de consommation.

Chaque bien et chaque service que nous consommons a une Empreinte Cartel spécifique. Pour se donner une idée concrète de ce qu’est cette « empreinte cartel » de la consommation il suffit d’examiner certains des biens et services qui se situent aux antipodes. C’est-à-dire les biens et les services dont l’Empreinte Cartel est très élevée d’une part et ceux qui ont une empreinte faible ou nulle de l’autre. Ces deux pôles baliseront ainsi le « spectre cartel » de la consommation ; l’empreinte de la plupart de ce que nous consommons se situant entre les deux.

En général, chaque fois que nous achetons un produit qui est fabriqué par les grandes entreprises, commercialisé par les grands médias ou distribué par ceux-ci nous augmentons le pouvoir de manipulation de l’élite mondialiste et sa capacité de modifier nos sociétés en fonction de ses intérêts.

Dans le premier pôle, celui de la consommation à forte Empreinte Cartel, nous retrouvons les injections sanitaires et les divertissements de masse. Dans le premier cas (le « vaccin » de Pfizer par exemple), le produit et sa commercialisation sont réduits à leur plus simple expression : une molécule brevetée, achetée par l’état, payée par des taxes et directement injectée dans le consommateur. Les produits de l’industrie mondiale de la mode (ceux de l’Oréal par exemple) sont un autre exemple. Ils ont, eux aussi, une Empreinte Cartel forte.

1 réaction Lire la suite

L’effet de serre financier

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pikist

Celui qu’il faut stopper en priorité

Les médias nous répètent, depuis des années et de façon sans cesse plus stridente, que le carbone est un gaz à Effet de Serre et que nos émissions ont un impact climatique. Dans le pire des cas, nous dit-on, le climat du Québec ressemblera un jour à celui de la Virginie et la production agricole mondiale augmentera de 30 %. Pour éviter cette catastrophe, nous devons tous, individuellement et collectivement, réduire notre Empreinte Carbone pour ainsi stopper le processus d’effet de serre. D’ailleurs, quand une enfant comme Greta Thunberg s’énerve à propos du climat elle devient aussitôt, comme par magie (la magie du Cartel et de ses médias), une célébrité planétaire, inspirant des millions de jeunes à devenir, comme elle, des écolos-stupides au service de l’agenda mondialiste.

Mais, ceci dit, le climat planétaire n’est pas le sujet de cet article. Je veux décrire, ici, d’un autre effet de serre qui est différent et beaucoup plus dangereux. Cet effet représente une menace beaucoup plus immédiate et extrême que les changements climatiques. Pour le contrer nous devons, individuellement et collectivement, réduire une autre empreinte, notre Empreinte Cartel.

L’effet de serre est ainsi nommé parce qu’on avait observé que le toit vitré des serres retenait la chaleur radiante créant une boucle de rétroaction qui augmentait la température à l’intérieur de la serre. Dans certaines situations, cet effet pourrait même causer une boucle de rétroaction irréversible augmentant la chaleur de façon incontrôlée. Le carbone dans l’atmosphère aurait, selon le narratif mondialiste, un effet similaire à l’effet de serre mais à l’échelle de la planète, causant des perturbations climatiques.

Un processus de rétroaction similaire à l’effet de serre est en cours, depuis des années, dans le domaine financier. En effet, une part croissante des flux de devises générés par la consommation de masse aboutit entre les mains d’un Cartel mondialiste* qui réutilise ces fonds pour accentuer la propagande médiatique, les narratifs d’endoctrinement, la corruption des officiels et toutes sortes d’autres manipulations sociales qui, à leur tour, augmentent notre dépendance à la consommation de masse ce qui augmente encore le pouvoir du cartel de façonner la société en fonction de ses objectifs. Cette réutilisation des flux de devises de la consommation de masse pour manipuler les comportements sociaux génère un Effet de Serre Financier. Ce processus a corrompu les élites du monde occidental, empoisonné notre culture et menace maintenant de nous enfermer dans un esclavage technocratique. Ce danger dépasse, de loin, la menace climatique. Cet effet a permis au Cartel d’amplifier et d’orienter les narratifs médiatiques concernant le climat pour justifier une prise de contrôle totalitaire de nos sociétés alors qu’une humanité bien gouvernée pourrait sans doute s’adapter aux changements climatiques et même en tirer profit.

1 réaction Lire la suite

Euramia, un empire mondialiste à la Orwell

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie)

Orwell devient réel

Dans le roman dystopien de George Orwell, 1984, le monde est divisé en trois grands empires : Eurasia, Eastasia et Oceania. Ces trois empires totalitaires sont semblables, leurs idéologies ne différant qu’en surface. Ils maintiennent un état de conflit perpétuel et changeant entre eux pour justifier leurs mesures dictatoriales et consommer les biens manufacturés. On maintient ainsi la population des « proles » (ou prolétaires) dans un état de crainte et de dépendance. Orwell, qui était tout de même de son époque, donnait à l’empire d’Oceania des contours semblables, grosso modo, à ceux de l’Empire britannique incluant les États-Unis. Dans le roman, le Canada faisait donc partie de l’Oceania. Orwell imaginait, par ailleurs, que l’Europe de l’Ouest faisait partie de l’Eurasia.

Malheureusement, un monde semblable est en train d’émerger dans la réalité que nous traversons présentement. C’est un monde où quelques empires se partagent la planète et maintiennent, entre eux, des tensions larvées qui justifient leurs mesures dictatoriales.

L’Agenda 2030*, que le Great Reset veut imposer, se présente comme un projet universel. En pratique, cependant, son application la plus virulente se limitera aux pays industrialisés de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, c’est-à-dire à ce qu’on appelait, il y a quelques mois à peine, le monde libre. En effet, la Russie semble assez indépendante pour résister au putsch mondialiste et le parti communiste chinois définit ses propres objectifs. Par ailleurs, les pays moins « avancés » de l’Afrique et du Sud seront en quelque sorte protégés de la dictature technocratique du Great Reset par l’incompétence de leurs bureaucraties et par des modes de vie encore traditionnels.

Ce qui s’est déroulé sous nos yeux, pendant ces derniers mois, c’est donc, au delà d’une crise sanitaire, la transformation du monde occidental en un empire fasciste dominé par un cartel financier. Hier, nous étions les citoyens libres d’états démocratiques souverains gouvernés par des élus qui veillaient à nos intérêts. Ce n’était, à la lumière de ce que nous vivons, qu’une façade. La pandémie a révélé à quel point nos élites sont des satrapes insidieux au service du pouvoir mondialiste.

1 réaction Lire la suite

La Fin d’un monde

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Wikimedia Commons

L’Ère de l’après-guerre a pris fin

En lançant la grande réinitialisation (Great Reset) le cartel mondialiste a révélé toute l’étendue de son emprise sur nos institutions nationales et internationales. Ce que nous percevions, hier, comme un monde diversifié composé d’états souverains, de médias indépendants, de multinationales en compétition, de tribunaux autonomes, de religions immuables et d’universitaires sans contraintes, s’avère être une façade.

Nous faisons face à un pouvoir immense, cohésif et tentaculaire dont l’objectif, ouvertement documenté, est la prise de contrôle totalitaire de nos sociétés pour imposer, en accéléré et à l’échelle de la planète, un agenda social radical : le Great Reset. Ce pouvoir agissait dans les coulisses jusqu’en mars 2020. En accélérant la cadence pour abattre la présidence de Donald Trump, il s’est révélé.

Ce cartel et ceux qui le soutiennent semblent sur le point de réussir. Cependant, en révélant toute l’étendue de leur pouvoir, ils ont discrédité du même coup les institutions qui les protégeaient et les enrichissaient ainsi que ceux qui les dirigent. En effet, ce Nouvel Ordre Mondial qu’on tente d’imposer entraîne la destruction de l’ancien. C’est tout l’ordre mondial de l’après-guerre que le Great Reset démolit ainsi que ses institutions et les valeurs sur lesquelles il se fonde.

Je ne pense pas que les mondialistes perçoivent eux-mêmes toute l’étendue de la destruction qui accompagne l’Agenda 2030*. Par exemple, ils manipulent des institutions juridiques pour obtenir des lois qui les protègent comme si ces institutions allaient elles-mêmes survivre aux chambardements du Great Reset. Pareillement, ils prennent la peine de corrompre les chefs d’État tout en sapant la légitimité même de l’État-nation.

1 réaction Lire la suite

Le moment Titanic

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Wikimedia Commons

Une légère secousse annonce la fin d’un monde

Les superstitieux peuvent célébrer ces temps-ci ! Si jamais il y a eu un moment où un alignement planétaire a coïncidé exactement avec un événement immense, c’est bien le 21 décembre 2020, jour de la conjoncture de Saturne et Jupiter. En effet, ces planètes se rencontraient au même moment que l’ordre mondial de l’après-guerre s’écroulait devant le putsch planétaire des mondialistes. Les astrologues vous diront que cette conjoncture signale la fin de l’Ère bimillénaire du Poisson et le début de celle du Verseau. Eh bien, ils n’auraient pas pu trouver une date plus probante !

Nous avons connu, pendant les neuf mois qui ont précédé cette conjoncture astrale, la plus grande mutation sociale de notre génération et peut-être de tous les temps. Nous avons vécu, en ce court laps, l’effondrement de l’ordre mondial de l’après-guerre, l’affaissement des démocraties nationales, la trahison généralisée des élites, la fin de la liberté de droit, la destruction de l’histoire et la marginalisation de tous les codes moraux traditionnels, chrétiens et autres, qui fondent nos sociétés. Tout a été bouleversé et pourtant on dirait en cet été 2021 que nous ne traversons qu’une crise sanitaire passagère. C’est un moment Titanic.

Quand un iceberg a éventré la coque du Titanic, le condamnant sans appel à sombrer, les passagers n’ont perçu qu’une légère secousse. Pendant un certain temps la vie à bord a continué apparemment inchangée, mais dans un climat irréel. On soupait, on lisait, on conversait, on faisait des plans d’avenir comme si tout était pareil. Seule une certaine anxiété, à peine perceptible, flottait dans l’air. Pourtant, la catastrophe, encore invisible, avait déjà commencé.

Nous vivons un moment semblable en cet été 2021, mais à l’échelle de la planète. Sur le Titanic, ce moment d’illusion a persisté pendant environ une demi-heure. À l’échelle planétaire, elle s’étale sur quelques années. Avec la « pandémie », le communisme mondialiste a éventré notre monde et détruit les fondements qui le soutiennent, mais nous n’avons encore perçu qu’une légère secousse. On planifie des barbecues, on fait des plans de vacances, on parle de « sortie de crise »… seule une certaine anxiété flotte dans l’air.

1 réaction Lire la suite

Être comme une arche au milieu d’un déluge de démence

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pikist

Nata-Tene
« Flotte et contiens »

Les mesures sanitaires, la campagne de vaccination et des agendas sociaux de plus en plus extrêmes divisent notre société. Un clivage s’opère entre une majorité qui se soumet aux directives et accepte les agendas, d’une part, et une minorité de plus en plus marginalisée de libertaires et de chrétiens qui rejettent les discours du pouvoir et s’opposent aux ingérences de l’État. Le clivage se creuse. Ceux qui adhèrent aux mesures et reçoivent les vaccins se rangent dans le camp de l’État et l’appuient maintenant sans question. Comme je l’ai déjà mentionné, l’injection a une dimension idéologique très forte. C’est un rituel d’acceptation. Celui qui se fait injecter entérine, de facto, les discours du pouvoir. Heureusement, cette dimension n’est probablement pas perçue par la majorité des gens. Cependant, elle agit sur les comportements et les opinions. Ceux qui s’opposent par contre, perçoivent de plus en plus le régime comme une entité menaçante et les médias comme des organes de propagande. Parmi ces réfractaires, certains appartiennent à des groupes tandis que d’autres sont des individus plus ou moins isolés.

Dans cet article, je réfléchis au cas des réfractaires chrétiens qui se retrouvent isolés, marginalisés et incompris de leurs proches et de leurs connaissances. Ici, ce sera une aînée frêle qui vit en résidence et refuse mordicus de se faire vacciner ; là, un travailleur que les collègues traitent de « complotiss » et que le patron menace de renvoi ; ailleurs, un conjoint que sa femme et sa famille ne comprennent plus. Chacun d’eux devient de plus en plus marginalisé, prenant conscience, dans l’indifférence générale, que quelque chose de monstrueux se déploie derrière la façade sanitaire et qu’il ne s’agit pas d’une crise passagère.

Devant ce clivage et les tensions qu’il crée, certains se demandent pourquoi résister quand on est impuissant devant un pouvoir immense. Puisque la majorité embarque et qu’on ne peut rien y changer, pourquoi pas faire comme les autres et passer à autre chose ? Après tout, quand on est des « petites gens », se dit-on, ces questions nous dépassent ; suivons les consignes et attendons que ça passe. Pourquoi s’obstiner quand on est insignifiant et que c’est futile de résister ?

1 réaction Lire la suite