M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Hans Küng est mort. Le théologien jadis condamné par Rome, et détracteur d’Humanæ Vitæ et d’Evangelium Vitæ, a reçu l’hommage de l’Académie pontificale pour la vie…


Hans Küng.

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) — Photo : Croes Rob C./Anefo/Nationaal archief/Wikimedia Commons

Hans Küng a notamment critiqué l’encyclique Humanum Vitæ de Paul VI, qui interdit la contraception, et l’encyclique Evangelium Vitæ de Jean-Paul II, qui renouvelle solennellement la condamnation de l’avortement par l’Église. Feu Küng critiquait la première encyclique pour son manque de ce qu’il appelle « collégialité » (il faut rappeler qu’Humanum Vitæ avait été assez mal accueillie), et la seconde parce que, selon Le Monde : « Le pape veut abolir la liberté de conscience dans les questions les plus intimes et interdire même aux Parlements démocratiquement élus de légiférer dans ces domaines », a dit Hans Küng [...] traitant le pape de « dictateur spirituel ». Ses sorties contre les deux Papes montrent son modernisme, et son relativisme latent à la question de la contraception et de l’avortement. — A. H.

Hans Küng, l’un des théologiens les plus connus au monde et fondateur de la Global Ethic Foundation, est mort paisiblement mardi à son domicile de Tübingen à l’âge de 93 ans. Le Suisse, qui a enseigné à Tübingen de 1960 à 1996, a joué un rôle majeur dans la propagation des idées progressistes au sein de l’Église catholique. Et s’il a été condamné par Rome pour diffusion d’idées non conformes à la doctrine, il est aujourd’hui salué par Mgr Georg Bätzing, président de la Conférence des évêques d’Allemagne.

Ses livres sont devenus des best-sellers, note la presse allemande. Au cours de ces 30 dernières années, Küng s’était particulièrement engagé dans le dialogue des religions du monde, notamment dans le « Global Ethic Project » créé à l’université de Tübingen en 2011 parce qu’il souhaitait que l’œuvre de sa vie soit poursuivie après sa mort, ainsi qu’il l’avait déclaré à l’époque.

Le projet repose sur la conviction que sans la paix entre les religions, il ne peut y avoir de paix entre les États : une idée promue par l’UNESCO depuis sa fondation et que l’on retrouve chez les promoteurs de la spiritualité globale comme Robert Muller, secrétaire de plusieurs Secrétaires généraux de l’ONU. Küng avait d’ailleurs voisiné avec Muller et le Dalaï-Lama au bureau de la « United Religions Initiative ». En 1990, Küng publiait notamment le livre Projekt Weltethos (« Projet d’éthique mondiale »), dans lequel, suivant la philosophie d’Emmanuel Kant, il explorait la question d’un ensemble de valeurs unissant tous les peuples et toutes les religions.

A l’époque, Rome lui avait déjà retiré sa licence d’enseignement, entre autres en raison de ses critiques à l’égard de la doctrine de l’infaillibilité du pape. C’était en 1979. Par la suite, Küng se fit le féroce adversaire de Jean-Paul II. Il était bien sûr favorable à l’abolition du célibat sacerdotal et à l’ordination des femmes. Mais comme l’écrivait Le Monde en 2006, il était surtout le partisan de l’entrée de l’Eglise catholique (et de l’islam, et du judaïsme) dans le « paradigme de l’âge moderne ».

Ce même article citait les paroles irritées de Küng à la suite du discours de Ratisbonne de Benoît XVI :

Il n’a jamais travaillé la théologie de la Réforme ni l’exégèse historico-critique du Nouveau Testament. Comment ose-t-il aujourd’hui faire la leçon aux musulmans sur la raison ? Vous croyez que, pour eux, notre religion chrétienne, avec son Dieu fait homme et son Dieu en trois personnes, est une religion rationnelle ?

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Moderniste, Küng l’a toujours été. Avant même le concile Vatican II, Küng plaidait pour un renouveau intérieur de l’Eglise et une ouverture œcuménique avec pour objectif l’unification des églises. Il était cofondateur de la revue de théologie Concilium.

Küng avait résumé ses griefs à l’égard de l’Eglise dans le journal populaire Der Spiegel. « Il y a un bouillonnement dans l’Eglise depuis longtemps. Cela s’est manifesté le plus clairement dans la dissimulation, pendant des décennies, des agressions sexuelles commises par des clercs contre des enfants », a-t-il déclaré dans une interview en 2011. « Nous avons perdu des dizaines de milliers de prêtres depuis le Concile des années 1960, des centaines de paroisses sont sans pasteurs, les ordres religieux masculins et féminins s’éteignent, ils ne trouvent plus de sang neuf. La fréquentation des services religieux est en baisse constante. »

Mais même ce constat d’échec ne l’a pas porté à remettre en cause l’aggiornamento dans l’Eglise : au contraire, il en demandait toujours davantage, pour finir de la diluer dans la spiritualité globale.

Le président de la Conférence épiscopale d’Allemagne, Mgr Georg Bätzing, lui a rendu cet hommage posthume et appuyé sur le site officiel de l’Eglise catholique en Allemagne :

Avec le décès du Prof. Dr. Hans Küng, la science théologique perd un chercheur reconnu et controversé. Dans son travail de prêtre et de scientifique, Hans Küng s’est attaché à rendre compréhensible le message de l’Évangile et à lui donner une place dans la vie des fidèles. Je pense en particulier à ses efforts pour promouvoir un œcuménisme vivant, à son engagement en faveur du dialogue interreligieux et interculturel, et à la Fondation Global Ethic qu’il a fondée, avec ses importantes recherches et projets sur la paix, la justice et l’intégrité de la création.

Hans Küng n’a jamais manqué de défendre ses convictions. Même s’il y a eu des tensions et des conflits à cet égard, je le remercie tout spécialement en cette heure d’adieu pour ses nombreuses années d’engagement en tant que théologien catholique dans la communication de l’Évangile. Le dialogue des religions dans l’effort d’une éthique globale était, pour lui, une grande préoccupation. Hans Küng a été profondément influencé par le Concile Vatican II, dont il s’est efforcé d’assurer la réception théologique.

En cette heure, je me souviens également de la visite du professeur Hans Küng au pape Benoît XVI en septembre 2005, peu après son élection. Hans Küng laisse derrière lui un riche héritage théologique. Nous pleurons cette personnalité ; puisse-t-elle désormais trouver sa paix dans la main de Dieu. »

(Feue ?) l’Académie pontificale pour la vie a également tweeté sa tristesse devant la disparition du théologien hétérodoxe :

Disparaît une grande figure de la théologie du siècle dernier, dont les idées et les analyses doivent toujours nous conduire à réfléchir sur l’Eglise catholique, les Eglises, la société, la culture.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire