M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Fauci a utilisé l’argent des contribuables pour financer des expériences avec des parties de bébés avortés


Anthony Fauci.

Par Rebecca Downs (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le déversement massif de courriels du Dr Anthony Fauci concernant le coronavirus « potentiellement modifié » et l’obsession de Fauci pour la recherche sur le gain de fonction sont assez suspects. Mais il s’avère que le chef du NIAID est également lié à des expériences d’hybridation homme-animal utilisant des parties de fœtus avortés, qui ont eu lieu à l’Université de Pittsburgh. Le mouvement Students for Life of America et le Center for Medical Progress tirent la sonnette d’alarme.

La semaine dernière, Kristan Hawkins, présidente de SFLA, s’est entretenue avec John Zmirak dans le cadre d’un entretien avec The Stream.

Sur la question des « Rats avec des scalps de bébés à naître », Hawkins a déclaré :

Students for Life demande la démission ou le licenciement de Fauci. Une nouvelle vidéo du Center for Medical Progress (CMP) détaille des recherches dans lesquelles des restes de nourrissons sont prélevés lors d’avortements dans un Planned Parenthood. Cela s’est produit aux frais des contribuables, grâce au financement du bureau NIAID de Fauci aux Instituts nationaux de la santé.

L’interview de The Stream comprenait également des extraits du témoignage de David Daleiden, le fondateur du CMP, du 4 mai, devant un comité de santé de Pennsylvanie (l'emphase provient de l’original) :

Il est de notoriété publique que d’horribles abus d’enfants avortés ont lieu en Pennsylvanie par le biais des vastes programmes d’expérimentation fœtale de l’Université de Pittsburgh (« Pitt »), financés par les contribuables.

Dans une étude récente, des scientifiques de Pittsburgh décrivent le « scalpage » de bébés avortés de 5 mois et la greffe de leur cuir chevelu sur le dos de rats de laboratoire pour qu’il continue de pousser... dans l’étude, vous pouvez voir les photos de petits cuirs chevelus de bébés qui font pousser de minuscules poils de bébé sur le dos de rats et de souris de laboratoire. Chacun de ces cuirs chevelus... représente un petit bébé de Pennsylvanie qui aurait eu ces petits cheveux sur sa tête s’il n’avait pas été tué par avortement et servi à des expériences sur des rongeurs.

À partir de 2016, Pitt a reçu une subvention de 1,4 M$ du NIH pour devenir une plaque tournante de la distribution de reins et de vessies de fœtus avortés et d’autres organes dans le cadre du programme de cartographie du développement génito-urinaire du NIH. La demande de subvention de Pitt auprès des NIH indique que l’université dispose d’un accès unique à un grand nombre de fœtus avortés de haute qualité et qu’elle peut « accélérer » la livraison de parties de corps de fœtus avortés dans tout le pays.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le mois de mai a été très chargé pour Daleiden et le CMP qui publient depuis des années les résultats de leur vidéo-journalisme d’investigation visant à dénoncer le rôle de Planned Parenthood dans le trafic, la récolte et l’exploitation de parties corporelles de fœtus avortés. Il est prouvé que Planned Parenthood est également impliqué dans les expériences sur les hybrides humains-animaux, dans la mesure où il fournit des fœtus avortés à l’Université de Pittsburgh, tandis que l’université commandite ensuite les opérations de Planned Parenthood.

Daleiden a participé à l’émission « Tucker Carlson Tonight » de Fox News, et une vidéo du CMP détaillant les expériences a également été publiée.

Daleiden explique également cela dans une tribune de Newsweek :

Dans une étude publiée l’année dernière, les scientifiques de Pitt ont décrit le prélèvement du cuir chevelu de bébés avortés de 5 mois ; ces scalps ont été greffés sur le dos de rats de laboratoire. Ils ont expliqué comment ils ont découpé le cuir chevelu de la tête et du dos des bébés, en grattant l’« excès de graisse » sous la peau du bébé avant de le suturer sur les rats. Ils ont même inclus des photos des cheveux de bébés poussant sur les cuirs chevelus [sur le dos des rats]. Chaque cuir chevelu appartenait à un petit bébé de Pennsylvanie dont la tête porterait ces mêmes cheveux s’il n’avait pas été avorté et servi à des expériences sur des rats de laboratoire.

[...]

En fait, l’étude publiée a utilisé à la fois des rats et des souris pour faire pousser le cuir chevelu des bébés. Comment cela a-t-il été financé ? Avec une subvention de 430 000 dollars du bureau NIAID du Dr Anthony Fauci au NIH. Le témoin de Pitt a laissé entendre que les subventions du NIH ne concernaient pas les contribuables de Pennsylvanie.

Précédemment, j’ai écrit sur une autre étude scientifique de Pitt qui a développé un « protocole » cauchemardesque pour récolter les foies les plus frais et les plus purs de bébés avortés de 5 mois afin d’isoler un nombre massif de cellules souches pour des transplantations expérimentales. Cette technique consiste à avorter des fœtus en fin de grossesse en provoquant le travail, à les transporter très rapidement dans un laboratoire stérile, à les laver, puis à les ouvrir pour en prélever le foie. Ce scientifique de Pitt a reçu 3 millions de dollars du NIH.

Il convient également de se demander pourquoi de telles expériences sont menées. The Stream mentionne l’opposition des sénateurs pro-vie qui suivent la question et cite un communiqué de presse du bureau du sénateur James Lankford (républicain-Oklahoma), rejoint par les sénateurs Steve Daines (républicain-Montana) et Mike Braun (R-IN).

Ce communiqué de presse présente un amendement des sénateurs visant à mettre fin aux expériences animal-humain. Extrait du communiqué :

Pour répondre aux préoccupations éthiques et aux ramifications importantes que cette recherche sur les hybrides animal-humain comporte pour le caractère sacré de la vie humaine, les sénateurs ont introduit un amendement à la loi américaine sur l’innovation et la concurrence, qui rendrait criminel le fait pour toute personne de sciemment 1) créer ou tenter de créer une chimère humaine-animale interdite ; 2) transférer ou tenter de transférer un embryon humain dans un utérus non humain ; 3) transférer ou tenter de transférer un embryon non humain dans un utérus humain ; 4) transporter ou recevoir, quel qu’en soit le but, une chimère humaine-animale interdite.

Finalement, l’amendement a été battu de peu au Sénat américain.

Le 27 mai, un communiqué de presse de SFL et Students for Life Action a appelé le Dr Fauci à démissionner ou à être licencié. Le communiqué de presse, avec l’emphase originale, se lit comme suit :

PITTSBURGH, P.A., et WASHINGTON, D.C. (27-05-2021) — Students for Life et Students for Life Action demandent instamment aux Américains de contacter le Dr Anthony Fauci pour exiger qu’il démissionne et que des mesures immédiates soient prises pour mettre fin aux violations barbares des droits de l’homme qui ont lieu à l’Université de Pittsburgh et ailleurs, et qui sont financées par d’importantes subventions des contribuables.

Ce réseau de pratiques contraires à l’éthique, qui dure depuis des décennies, a été récemment dénoncé dans une vidéo et un témoignage de David Daleiden, directeur de projet au Center for Medical Progress, et couvert par SFL et SFLAction. SFL/SFLAction a lancé une campagne sur PittKills.com pour permettre aux Américains concernés de contacter facilement le Dr Anthony Fauci et de lui demander de démissionner à la suite de cette injustice.

Le Dr Fauci dirige un bureau au sein du département américain de la santé et des services sociaux (HHS), qui décrit littéralement son mandat comme étant de « servir et protéger les Américains à chaque étape de la vie, depuis la conception », a déclaré la présidente de SFL/SFLAction, Kristan Hawkins. « Le travail réel de Fauci, en tant que haut fonctionnaire du HHS, est de protéger les Américains dès la conception. Pourtant, il fait exactement le contraire : il sacrifie les enfants américains les plus vulnérables pour assouvir les entreprises d’avortement, l’industrie du trafic de parties du corps humain et les chercheurs sans éthique qui collaborent avec Planned Parenthood à l’Université de Pittsburgh. Et il utilise l’argent des contribuables américains pour ce faire. Aucune personne consciencieuse ne peut supporter ces violations des droits de l’homme ni cette hypocrisie aux plus hauts niveaux du gouvernement fédéral. »

« Cette action est d’autant plus urgente qu’on a appris hier que l’on s’efforçait d’aggraver les abus et de mettre en danger des vies humaines en supprimant les restrictions à la recherche sur les embryons 14 jours après la fécondation », a ajouté Mme Hawkins.

L’exposition des violations des droits de l’homme à Pitt, que le bureau du Dr Fauci a financées, a précédé de nouvelles accusations selon lesquelles le Dr Fauci a participé à des efforts d’obscurcissement visant à dissimuler des informations sur les origines de la pandémie mortelle de COVID-19. Les critiques affirment qu’une transparence plus précoce de la part de Fauci et d’autres responsables concernant les origines du virus aurait pu éviter d’innombrables décès dans le monde.

« Le préjudice causé par le Dr Fauci à la vie humaine ne commence ni ne s’arrête à des allégations concernant un laboratoire de recherche en Chine », a déclaré Mme Hawkins. « Des expériences horribles sont menées en ce moment même, ici même aux États-Unis, à l’Université de Pittsburgh et ailleurs. Bien que des dommages incalculables aient été causés par le Dr Fauci, qui a donné la priorité aux forces de mort ─ et nous ne pourrons jamais ramener les vies qui ont été perdues sous sa direction ─ nous pouvons exiger que des mesures soient prises maintenant pour que l’injustice cesse. Fauci doit démissionner. »

Students for Life organisera un événement « FireFauci Rally » devant le bâtiment des National Institutes of Health à Bethesda au Maryland le matin du jeudi 10 juin. Ceux qui ne pourront pas y assister en personne pourront le faire virtuellement via les flux en direct sur Facebook et Instagram.

Le groupe pro-vie a déjà adressé une pétition à l’UPitt, au NIH au sujet de ces expériences, et a également lancé une pétition pour demander la démission du Dr Fauci.

Note de LifeNews : Rebecca Downs écrit pour TownHall, où cette chronique a été initialement publiée.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire