M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

États-Unis — le républicain Kevin McCarthy, pro-vie, élu président de la Chambre des représentants


Kevin McCarthy, président de la Chambre des représentants des États-Unis.

Par Francesca de Villasmundo (Médias-Presse-Info) — Photo : Wikimedia Commons/United States Congress

Après une nuit de folie, quatre jours, 15 tours de scrutin, du jamais vu depuis 1859, et beaucoup d’incertitude, le républicain Kevin McCarthy, soutenu par Donald Trump, a été élu, dans la nuit de samedi à dimanche 8 janvier 2023, « Speaker » de la Chambre des représentants à minuit passé. Il est élu avec 216 voix, soit tout juste la majorité, contre 212 pour le candidat démocrate Hakeem Jeffries, et 6 « présents », élus qui ne sont pas prononcés.

Le blocage de l’élection par le Feedom Caucus composé d’une vingtaine d’élus trumpistes

L’accouchement de cette élection a été rude : le blocage d’une poignée d’élus trumpistes, alors que Donald Trump lui-même soutenait McCarthy, paralysait depuis mardi la chambre basse du Congrès américain. Ces opposants républicains, pour la plupart membres du Freedom Caucus (le groupe de la Liberté), ont bloqué l’élection de McCarthy pendant quatre jours. Leur obstruction leur a valu d’être surnommés « les vingt talibans », ou le Chaos Caucus. Ce blocage était sans précédent depuis le XIXe siècle.

Pour réduire la résistance de cette vingtaine d’opposants républicains et enfin prendre la tête de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy a dû accepter de rogner sur ses pouvoirs d’une façon inédite. Dès jeudi, il avait accepté la plupart de leurs revendications, notamment un changement de règles qui permettrait à un seul élu d’appeler à un vote de défiance pour évincer un président en exercice. Il aurait également accepté de permettre à un plus grand nombre de membres du Freedom Caucus de siéger au sein de la puissante commission du règlement de la Chambre, qui détermine si et comment les projets de loi sont soumis au vote. Il a aussi accepté de voter sur des projets de loi prioritaires pour eux, notamment la proposition de limiter la durée du mandat des membres et un plan de sécurité à la frontière. Mais ses adversaires ont continué obstinément à s’opposer à son élection.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Donald Trump a appelé des frondeurs après le 14e tour pour leur demander, à nouveau, de soutenir McCarthy

Selon la journaliste du New York Times Maggie Haberman, Donald Trump a appelé des frondeurs après le 14e tour pour leur demander, à nouveau, de soutenir McCarthy. Sur une photo, on voit l’élue Marjorie Taylor Greene passer son smartphone avec un « DT » à l’autre bout du fil.

La victoire de McCarthy lui a coûté cher mais ne sera pas un « mal pour les Américains » a-t-il souligné. Les concessions qu’il a dû faire pour être élu le placent devant une majorité qui risque d’être difficile à gérer à cause des divisions internes aux républicains, notamment sur la direction à prendre en vue des élections de 2024, et sur le contrôle de l’administration Biden. Les membres du Freedom Caucus qui sont des conservateurs purs et durs, ont voulu, avant de donner leur voix, que le nouveau président de la Chambre s’engage à un examen plus approfondi et à un vote plus sélectif sur les milliards de dollars de dépenses Biden et des démocrates, à une progressive une réduction progressive de la dette publique, à une majeure présence des membres du Causus dans la Commission du règlement de la Chambre et à une augmentation du pouvoir de contrôle des députés sur la présidence.

Un pro-vie à la tête de la Chambre des représentants après l’ère pro-avortement de la « catholique dévote » Nancy Pelosi

Cette victoire signe cependant aussi l’ascension d’un pro-vie à la présidence de la Chambre, après l’ère de la pro-avortement Nancy Pelosi. L’engagement de McCarthy à défendre la vie à naître et la maternité n’a jamais été remis en cause. Parmi les principaux projets de loi que les républicains de la Chambre présenteront figurent ceux contre le financement par les contribuables de l’avortement et celui visant à protéger les bébés qui survivent aux avortements, que la « catholique dévote » Nancy Pelosi a refusé de faire passer quatre-vingts fois au cours de sa présidence.

Avec l’arrivée de Kevin McCarthy, il y a donc un espoir pour la Vie.

Francesca de Villasmundo



Laissez un commentaire