M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

5184.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

En Russie, de plus en plus de femmes ont recours au médicament annulant les effets de la pilule abortive

Par Karen Ingle (LiveActionNews) Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : andrei 77/AdobeStock

(Pregnancy Help News) Le réseau russe en pleine expansion Abortion Pill Rescue® Network, supervisé par le Dr Alexey Alexandrovich Fokin de Saint-Pétersbourg, est bien engagé dans sa cinquième année d’aide aux femmes pour inverser les avortements chimiques qu’elles ont commencés, mais qu’elles ont vite regrettés. Dans plusieurs régions de Russie, trois médecins et plusieurs infirmières diplômées ont rejoint le réseau, permettant aux femmes de choisir une thérapie qui sauve la vie d’un nombre croissant d’enfants.

Le Dr Fokin et ses collègues sont les premiers à proposer un traitement d’inversion de la pilule abortive dans un pays où, selon les estimations, 95 à 98 % des gynécologues ne savent même pas que l’inversion est possible. Ce manque de connaissances au sein de la communauté médicale laisse à la plupart des femmes qui ont déjà pris la première pilule abortive (mifépristone) seulement 72 heures pour parcourir l’Internet par elles-mêmes afin de trouver un espoir de sauver leur bébé.

Des femmes russes cherchent en ligne comment inverser la pilule abortive

Le réseau de Fokin touche les femmes qui ont changé d’avis au sujet de l’avortement médicamenteux, par le biais du site internet peredumala.ru (traduit, cela donne changerdidee.ru). Le site fournit des informations sur les méthodes d’inversion de la pilule abortive par le biais de doses de progestérone de remplacement, ainsi que des témoignages de femmes réelles ayant bénéficié de cette thérapie.

Le réseau russe de sauvetage de la pilule abortive rejoint également les femmes sur la plupart des grandes plateformes de réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram, ainsi que sur WhatsApp et Viber.

Les femmes peuvent appeler ou envoyer des messages textes sur la ligne d’assistance du groupe pour obtenir en temps réel l’aide dont elles ont besoin. Selon Christa Brown, BSN, RN, directrice de l’impact médical chez Heartbeat International, qui supervise le réseau de sauvetage de la pilule abortive, « des femmes ont demandé l’inversion de la procédure au Kazakhstan, en Biélorussie et en Ukraine », ce qui indique que les femmes de ces pays ont besoin de la même aide, mais y ont encore moins accès. Rien que l’année dernière, le réseau a aidé des femmes de 46 pays différents et des 50 États des États-Unis.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

5184.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Voyez cette vidéo pour entendre l’histoire d’une femme qui a réussi à sauver son enfant d’un avortement chimique.

La progestérone : commune et disponible

Selon Fokin, « la progestérone est un médicament bien connu en Russie depuis des décennies. Tous les gynécologues l’utilisent pour le traitement des fausses-couches ». Cependant, comme aux États-Unis, certains gynécologues hésitent à faire confiance à cette même hormone pour inverser les effets bloquants de la progestérone de la mifépristone, le premier médicament que les femmes prennent lors d’un avortement chimique.

Selon les statistiques de 2020 du Réseau de sauvetage de la pilule abortive, plus de 2 000 enfants à naître ont déjà été sauvés par ce traitement à base de progestérone. Le taux de réussite connu est de 64 à 68 % chez les femmes utilisant la progestérone pour inverser leur avortement chimique.

« Ce qui est différent en Russie et aux États-Unis, c’est la qualité et la disponibilité de la progestérone », a déclaré Fokin. « Toutes les préparations de progestérone sont disponibles en vente libre dans les pharmacies, bien qu’officiellement elles soient délivrées sur ordonnance. »

L’une des formes les plus répandues et les plus abordables de l’hormone, une progestérone micronisée vendue sous le nom de marque Utrogestan, est de mauvaise qualité. Les taux de réussite de l’inversion de la pilule abortive avec ce médicament sont souvent inférieurs à la moyenne.

La formulation de progestérone intramusculaire (injection) est de meilleure qualité et coûte l’équivalent d’environ cinq dollars américains, mais Fokin a noté que « seulement environ 10-15 % des femmes l’utilisent ». Un gel de progestérone appelé Krinon, produit au Royaume-Uni, offre la meilleure qualité, mais son prix est trop élevé pour la population russe en général.

La communauté médicale russe est de plus en plus sensibilisée

Dans le cadre d’une campagne visant à attirer l’attention sur l’inversion de la pilule abortive, Dr Fokin et son groupe ont commencé à proposer des formations dans différentes régions de Russie, ainsi qu’au Bélarus et en Ukraine. En outre, ils participent à des conférences, publient des articles et des messages sur les réseaux sociaux.

La nouvelle de cette évolution médicale est déjà parvenue aux oreilles du gouvernement. « Les prestataires de services d’inversion de la pilule abortive ont reçu des commentaires positifs de la part du ministère russe de la Santé », a déclaré Dr Fokin. « Nous espérons qu’à l’avenir cela conduira à une reconnaissance nationale de la thérapie d’inversion de la pilule d’avortement. »

« Nous sommes très heureux de savoir que l’option d’inverser les effets de l’avortement chimique est disponible pour de plus en plus de femmes dans le monde, y compris en Russie », a déclaré Mme Brown. « Chaque femme qui commence un avortement chimique devrait avoir ce choix ─ poursuivre sa grossesse en toute sécurité et ne pas être forcée de terminer une procédure médicale qu’elle ne désire plus. »

Elle a ajouté : « Nous sommes reconnaissants de la contribution du Dr Alexey Fokin, qui s’efforce d’aider les femmes demandant une inversion et qui fait connaître ce protocole à un plus grand nombre de prestataires de soins médicaux dans son pays. Et c’est une joie de voir le Dr Fokin et ses collègues donner aux femmes de Russie l’espoir de cette option qui sauve des vies. »

Note de la rédaction de Pregnancy Help News : Visitez Abortion Pill Reversal pour plus d’informations sur ce traitement.

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire