M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

2732.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

En Irlande du Nord, une mère est « heureuse que l'avortement ait été illégal » pendant sa grossesse imprévue

Par Right to Life UK (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : WavebreakMediaMicro/AdobeStock

Une maman d'Irlande du Nord a déclaré qu'elle est « heureuse que l'avortement ait été illégal » lorsqu'elle est devenue enceinte de façon inattendue en 2016.

L'avortement a été introduit en Irlande du Nord par les députés de Westminster en 2019. Mais quand Yvonne Morgan a découvert qu'elle était enceinte en juillet 2016, l'avortement était encore illégal.

Après son divorce, Yvonne s'est retrouvée à partager une chambre avec ses deux jeunes fils dans la maison de sa mère. Elle avait programmé une stérilisation pour ne pas avoir d'autres enfants.

« J'avais décidé que je ne voulais plus d'enfants », dit-elle. « Puis, le matin de l'opération, j'ai découvert que j'étais enceinte. J'ai failli avoir une crise cardiaque. L'opération a dû être annulée. »

« Je me disais : "Comment vais-je loger mes enfants, sans parler d'amener un autre bébé dans la maison de ma mère, dans la chambre de mon frère, moi et mes enfants partageant un seul lit ?" »

« J'ai eu la peur de ma vie. »

Elle a ajouté : « Je ne savais pas ce que j'allais faire, j'ai paniqué et c'est pourquoi j'ai pensé : "J'ai besoin d'un avortement ; je ne peux pas faire face à cela ; je n'ai même pas de toit au-dessus de ma tête" ».

Malgré sa peur initiale, Yvonne a pu trouver du soutien auprès du groupe pro-vie Precious Life qui a su lui offrir le réconfort dont elle avait besoin.

Elle a ensuite donné naissance à des jumelles, Eden et Erin.

« Je suis tellement heureuse que les lois aient été encore en place lorsque j'ai eu mon moment de crise, ma grossesse non planifiée », a-t-elle déclaré.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

2732.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

« Je suis reconnaissante qu'il n'y ait pas eu de cliniques d'avortement ici, car dans l'état où j'étais, je me serais retrouvée à l'intérieur d'une clinique. »

« Je ne juge personne dans cette situation. Je sais à quel point j'étais paniquée quand je suis devenue enceinte de mes petites filles. »

« Mes petites filles sont une bénédiction. C'est difficile d'être une maman célibataire avec quatre petits enfants, mais je remercie Dieu pour elles. Elles ont apporté tellement de joie, pas seulement dans ma vie mais dans celle de toute ma famille. »

L'avortement en Irlande du Nord

Au cours des dix-huit derniers mois, l'Irlande du Nord a connu des changements spectaculaires dans sa loi sur l'avortement. Malgré une large opposition publique et politique en Irlande du Nord, les députés de Westminster ont voté pour imposer l'avortement dans la région en l'absence d'un exécutif fonctionnel après l'effondrement de la coalition de partage du pouvoir de l'Assemblée nord-irlandaise en janvier 2017.

Au cours de l'année qui a suivi l'introduction de la nouvelle réglementation sur l'avortement en mars 2020, 1 345 avortements ont été pratiqués dans la région. Dans le même temps, le projet de loi sur l'avortement pour malformation fœtale grave (amendement) a passé sa deuxième étape à l'Assemblée d'Irlande du Nord par 48 voix contre 12.

Le projet de loi propose de supprimer les fondements actuels de la réglementation sur l'avortement imposée à l'Irlande du Nord par le gouvernement britannique en 2020, qui autorisent l'avortement pour les bébés souffrant de handicaps tels que la trisomie 21, la fente labiale et le pied bot. Le projet de loi a reçu un large soutien populaire, plus de 28 000 personnes ayant signé une pétition appelant les dirigeants politiques d'Irlande du Nord à voter en faveur du projet de loi sur l'avortement (amendement) en cas de malformation fœtale grave.

Catherine Robinson, porte-parole de Right To Life UK, a déclaré : « Des histoires comme celle d'Yvonne sont une raison supplémentaire d'avoir des protections légales fortes pour les bébés à naître. De son propre aveu, elle était effrayée et aurait probablement avorté si cela avait été légal à l'époque. Heureusement, ce n'était pas le cas. »

« On estime que 100 000 personnes sont aujourd'hui en vie en Irlande du Nord et qu'elles ne l'auraient pas été si l'avortement avait été disponible comme dans le reste du Royaume-Uni. Ce chiffre a été confirmé par l'autorité de contrôle de la publicité en 2017. Les bébés Eden et Erin peuvent être ajoutés à ces 100 000 personnes qui sont en vie parce que l'avortement était illégal en Irlande du Nord. »

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire