M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Elle prit la pilule abortive, changea d’avis et sauva la vie de son bébé


Amrita Kaur et sa fille

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Amrita Kaur

Amrita Kaur a eu une seconde chance que la plupart des mères n’ont pas lorsqu’elles se tournent vers l’avortement dans un moment de panique.

Grâce à son action rapide et à l’aide d’un médecin pro-vie, l’avortement de Kaur a été annulé et la vie de son bébé a été sauvée. Aujourd’hui, cette mère britannique de 27 ans fait connaître le traitement d’inversion de la pilule abortive pour aider d’autres mères et bébés.

« Je pense qu’il est très important que les femmes aient accès à ce traitement », a déclaré Mme Kaur à The Epoch Times dans une nouvelle entrevue. « Cela a définitivement allumé un feu en moi pour sensibiliser les gens à la grossesse, à la pilule d’inversion [de l’avortement]... et au fait que l’avortement n’est pas aussi simple que de prendre une pilule. »

S’adressant au journal, Kaur, de Leamington Spa dans le Warwickshire, en Angleterre, a déclaré avoir paniqué en 2020 lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte.

« Mes yeux se sont instantanément remplis de larmes, et j’ai pleuré pendant 20 minutes en passant en revue les choses que je ne serais plus jamais capable de faire si nous gardions le bébé », s’est-elle souvenue.

À l’époque, Kaur était célibataire et sans emploi, et certaines de ses amies l’ont incitée à avorter. Elle a dit qu’elle et le père du bébé ont discuté ensemble de leurs options et ont décidé de prendre rendez-vous avec le British Pregnancy Advisory Services (BPAS), une chaîne britannique d’avortement, pour poser des questions, selon l’entrevue.

La consultation téléphonique a été très brève, et la chaîne d’avortement a essentiellement poussé Kaur à avorter son bébé à naître.

« Nous avions préparé une liste de questions, et la dame au téléphone n’a pas répondu à une seule », a déclaré Kaur à The Epoch Times. « Dès qu’elle a entendu la voix du père, elle lui a demandé de partir et a simplement dit que soit je veux les comprimés, soit je ne les veux pas. Par peur qu’il soit trop tard pour avorter, j’ai dit oui. Quelques jours plus tard, les pilules d’avortement étaient à ma porte. »

Kaur dit avoir pris la première des deux pilules abortives quelques jours plus tard et s’être immédiatement sentie « submergée de regrets ». En cherchant un remède sur Internet, elle a trouvé des informations sur le traitement d’inversion de la pilule abortive et a appelé le BPAS. Cependant, elle dit que le centre d’avortement ne l’a pas prise au sérieux.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Elle a ensuite trouvé un médecin pro-vie, le Dr Dermot Kearney, ancien président de l’Association médicale catholique britannique, qui est formé pour administrer le traitement qui sauve la vie.

plus loin dans l’entrevue :

Kaur a appelé et a parlé à l’assistant de Kearney. En moins d’une heure, Kearney l’a rappelée et a envoyé [une ordonnance pour] des pilules de progestérone à la pharmacie la plus proche. Il a également orienté la future maman vers un service de soutien pour le reste de sa grossesse.

« Le Dr Dermot a été très attentif et a compris mon inquiétude et ma douleur », a-t-elle déclaré.

L’inversion de la pilule d’avortement a fonctionné, et la fille de Kaur, Ahri-Storm Kaur Garrett, est née le 2 novembre 2021, selon le rapport.

« Je suis incroyablement reconnaissante d’avoir eu la chance de trouver le Dr Dermot et de revenir sur ma décision, car je ne pourrais pas imaginer ma vie sans ma petite fille maintenant », a déclaré Kaur.

Kaur a déclaré qu’elle pensait désormais que les bébés dans l’utérus étaient des êtres humains précieux, même au stade le plus précoce de la grossesse, et que les femmes devraient être mieux informées sur l’avortement.

« Je pense qu’il doit y avoir beaucoup plus d’informations sur la grossesse, les effets secondaires de la pilule abortive et la réalité d’avoir un enfant ; pas seulement la vision négative », a-t-elle déclaré. « Avoir un bébé ne change pas votre vie de manière négative ».

Kaur a également souligné la valeur de la maternité, en disant : « Une fois que vous avez un bébé, tout s’arrange toujours, car vous avez ce feu protecteur pour subvenir aux besoins de votre enfant. La réalité est que vous êtes toujours la même femme, pas seulement une maman, et que vous avez la capacité de faire tout ce que vous voulez. Vous avez juste une petite majorette avec vous à tout moment ! »

Dans le monde entier, le traitement d’inversion de la pilule abortive a contribué à sauver la vie de plus de 3 000 bébés jusqu’à présent.

Le traitement agit en neutralisant la mifépristone, le premier des deux médicaments généralement pris pour avorter et expulser le bébé à naître. La mifépristone rend l’utérus inhospitalier pour une nouvelle vie en bloquant l’hormone progestérone. La procédure d’inversion consiste à donner à la mère des doses de progestérone pour neutraliser le médicament abortif. La procédure d’inversion de la pilule abortive ne fonctionne pas lorsque la mère prend le second médicament, le misoprostol, un jour ou deux plus tard.

Selon l’Association américaine des gynécologues-obstétriciens pro-vie, cette procédure fonctionne de manière très similaire à un traitement hormonal utilisé depuis des années pour prévenir les fausses-couches.

Les recherches indiquent que le traitement est sûr et efficace. Une étude a révélé que près de 70 % des femmes qui ont suivi le traitement ont pu inverser les effets du médicament abortif et sauver la vie de leur bébé. L’étude n’a pas révélé de risques accrus de complications ou de malformations congénitales.

Toute femme ayant pris la première pilule abortive et souhaitant arrêter l’avortement est priée de se rendre immédiatement sur le site www.abortionpillreversal.com ou d’appeler la ligne d’assistance téléphonique pour l’inversion de la pilule abortive au 877-558-0333.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.