M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Deux militants de l’avortement arrêtés pour attaques contre des centres de grossesse pro-vie

Par Steven Ertelt (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : andranik123/Adobe Stock

Le ministère de la Justice a finalement arrêté et inculpé des militants de l’avortement en relation avec 250 autres cas de violence contre des églises et des centres de grossesse.

Deux résidents de Floride ont été inculpés par un grand jury fédéral [le « grand jury », à ne pas confondre avec le jury, est un trait particulier de la justice américaine, il est composé de juristes qui décident s’il y a assez de preuves réunies pour qu’il y ait un procès] pour avoir écrit des menaces au jet de peinture sur des centres de grossesse pro-vie qui offrent aux femmes des alternatives à l’avortement. L’acte de mise en examen, rendu par un grand jury fédéral dans le Middle District of Florida, allègue que Caleb Freestone, 27 ans, et Amber Smith-Stewart, 23 ans, ont attaqué plusieurs centres de grossesse pro-vie en Floride.

Freestone et Smith-Stewart ont ciblé des centres de ressources pour la grossesse et les ont vandalisés avec des menaces peintes au jet, notamment « Si les avortements ne sont pas sûrs, vous ne l’êtes pas non plus », « VOTRE TEMPS EST ÉCOULÉ », « NOUS VENONS POUR VOUS » et « Nous sommes partout », sur un centre de santé reproductive à Winter Haven, en Floride. L’acte de mise en examen allègue également que des installations à Hollywood et à Hialeah, en Floride, ont également été visées.

Ces incidents ont eu lieu après une marche pro-avortement organisée par des antifas et d’autres gauchistes radicaux.

Selon le site du Département de la Justice des États-Unis :

L’acte de mise en examen allègue également que Freestone et Smith-Stewart ont enfreint le FACE Act en menaçant d’employer la force pour intimider et perturber les employés d’un établissement de services de santé reproductive à Winter Haven parce que ces employés fournissaient ou cherchaient à fournir des services de santé reproductive. L’acte de mise en examen allègue également que Freestone et Smith-Stewart ont enfreint le FACE Act en endommageant et en détruisant intentionnellement les biens de l’établissement parce que celui-ci fournit des services de santé génésique.

S’ils sont reconnus coupables de ces délits, Freestone et Smith-Stewart risquent chacun un maximum de 12 ans de prison, trois ans de liberté surveillée et des amendes pouvant atteindre 350 000 dollars.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Cette attaque est la dernière en date des centaines de crimes dirigés contre des défenseurs de la vie et des églises au cours de l’année écoulée. LifeNews, qui a gardé trace de ces incidents, estime qu’il y en a eu en moyenne quatre par semaine en 2022.

Au début du mois, quelqu’un a vandalisé un panneau d’affichage pro-vie dans l’Oregon, peignant à la bombe les mots « Kill them kids » [Tuez les enfants] sur le visage d’un bébé.

Un autre panneau a été vandalisé avec une phrase similaire la semaine dernière, les mots « Avorter les enfants est “cool” » et « Tuez les bébés » ayant été peints à la bombe en blanc, selon Prolife Across America.

Après la divulgation de l’arrêt Dobbs v. Jackson en mai, puis l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade en juin, les Américains ont assisté à une vague massive de crimes commis par des militants de l’avortement. Au moins dix incendies criminels ont été liés à l’extrémisme pro-avortement, dont la bombe incendiaire de CompassCare à Buffalo, dans l’État de New York.

En novembre, le directeur du FBI, Christopher Wray, a admis que la plupart des attaques liées à l’avortement perpétrées l’année dernière visaient des organisations pro-vie. « Depuis l’arrêt Dobbs, environ 70 % des cas de violence ou de menaces liés à l’avortement sont des cas de violence ou de menaces contre des organisations pro-vie », a-t-il déclaré devant une commission du Sénat américain.

Pourtant, il y a eu très peu d’arrestations. La semaine dernière, le FBI a offert une récompense pour toute information menant à des arrestations dans de nombreuses attaques.

Au total, LifeNews a dénombré environ 250 attaques en 2022, dont celle d’un militant de l’avortement qui aurait tenté de brûler un policier avec un lance-flammes de fortune lors d’une manifestation à Los Angeles et la fusillade d’une femme âgée pro-vie dans le Michigan.

De nombreuses organisations pro-vie renforcent leur sécurité et les législateurs républicains exigent de l’administration Biden qu’elle prenne des mesures pour lutter contre le terrorisme domestique pro-avortement en pleine expansion. Mais, l’administration Biden s’efforce agressivement d’étendre le massacre des bébés à naître par avortement et elle n’a pas fait grand-chose pour mettre fin aux hostilités dirigées contre les défenseurs de la vie et les églises.

Au début du mois, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté une résolution condamnant cette violence, mais seuls trois démocrates ont voté en sa faveur.

LifeNews a recensé les crimes liés à l’avortement visant les pro-vie, au cours des 12 derniers mois.



Laissez un commentaire