M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des salons funéraires canadiens deviennent des lieux d’euthanasie pour les malades et les personnes âgées

Par Pete Baklinski — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : bakhurmikele-adobestock

29 octobre 2021 (Campaign Life Coalition) — Certains salons funéraires canadiens ont commencé à offrir des salles où les personnes âgées et les malades consentants peuvent être tués avant leur veillée funèbre et leur enterrement.

Ces nouveaux lieux de mise à mort sont désormais en mesure d’offrir un forfait tout-en-un ─ mort, veillée, enterrement ─ grâce au protocole d’aide médicale à mourir (AMM) du pays, légal depuis 2016, et étendu en 2021 aux personnes souffrant de maladies mentales.

Paul Needham, de la chapelle funéraire Northview à London, en Ontario, a déclaré cette semaine à CBC News qu’il avait reçu tellement d’appels pour offrir un endroit où les gens pouvaient être tués qu’il a finalement décidé de profiter de l’occasion. Il a commencé à louer des chambres dans son salon funéraire où les personnes âgées et malades peuvent venir se faire tuer, soit de leur propre main, soit, plus couramment, avec l’aide d’un médecin ou d’une infirmière.

Rien que l’année dernière, le funerarium de Needham a facilité la mise à mort de 23 personnes malades et âgées.

« Les membres de la famille peuvent être présents auprès de leurs proches », a déclaré Needham à CBC News. « Je leur suggère de faire les choses comme ils le souhaitent, d’apporter un peu de leur musique préférée, d’apporter des fleurs, d’apporter de la nourriture ou si vous le souhaitez, d’apporter une bouteille de vin. C’est le dernier jour de cette personne sur Terre. Vous voulez tout prendre en compte et considérer autant de choses que possible. »

David Mullen, propriétaire du A. Millard George Funeral Home en Ontario, a également remarqué la tendance et a transformé son ancienne salle d’exposition de cercueils en une salle de mise à mort joliment décorée où les amis et les membres de la famille peuvent être avec la victime pendant son décès. Il espère que tout sera opérationnel d’ici la nouvelle année.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Darcy Harris, professeur de thanatologie (étude de la mort et des mourants) au King’s University College, en Ontario, estime que cette nouvelle étape pour les salons funéraires est logique.

« Les salons funéraires sont généralement très bien aménagés et le personnel est orienté vers le service et est à l’aise pour parler de la mort », a-t-elle déclaré à CBC News.

Si l’AMM est désormais légale au Canada, cela ne la rend certainement pas correcte ou morale. L’euthanasie et le suicide assisté, peu importe la beauté de la pièce et le langage juridique fleuri qui l’entoure, constituent le meurtre délibéré de personnes malades et âgées.

Les nations occidentales sont fondées sur la conviction que la vie est sacrée et que personne d’autre que Dieu seul n’a le droit de prendre la vie. Le cinquième commandement interdisant le meurtre est un pilier du droit occidental et de la démocratie qui a été érodé par l’avortement et maintenant par l’euthanasie. Les nations qui autorisent certains citoyens à tuer d’autres citoyens innocents, pour quelque raison que ce soit, se sont effondrées moralement. Un effondrement de la moralité ne peut qu’aboutir à l’anarchie sociale et à l’effondrement final de cette nation.

Les salons funéraires sont censés être des lieux où l’on peut se souvenir de nos chers défunts, les honorer et leur rendre un dernier hommage avant leur enterrement. Ils ne devraient jamais devenir des lieux d’exécution pour les malades, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies mentales, à qui l’on a fait croire à tort que l’euthanasie était une solution à leurs problèmes. Tuer des personnes vulnérables, quelle qu’en soit la raison, est toujours mauvais et contraire à la loi de Dieu.

Ce dont les malades et les personnes âgées ont besoin, c’est de relations, d’amour et de soins compatissants, et non de quelqu’un qui abrège délibérément leur vie.

Les salons funéraires devraient s’en tenir à l’honorable tâche d’enterrer les morts, qui est une véritable œuvre de miséricorde, et non de faciliter le meurtre de personnes vulnérables.

Une société est jugée sur la façon dont elle traite ses membres les plus vulnérables. Avons-nous pris soin d’eux ou les avons-nous tués ?

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire