M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des pro-vie manifestent devant une pharmacie CVS après que la compagnie ait annoncé qu’elle distribuerait la pilule abortive


Manifestation pro-vie devant une pharmacie vendant des pilules abortives.

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : John Pisciotta, directeur de Pro-Life Waco

5 avril 2023, Waco, Texas (LifeSiteNews) — Des pro-vie ont cherché vendredi à atteindre « les cœurs et les esprits » lors d'un geste de sensibilisation très réussi, selon ce que les participants ont déclaré à LifeSiteNews, devant une pharmacie CVS située au centre d’une intersection très fréquentée à Waco, au Texas. Cette manifestation intervient après que CVS ait annoncé en janvier qu’elle signerait un accord avec le gouvernement fédéral pour distribuer la pilule abortive mifépristone dans ses établissements.

Le 31 mars, plus d’une douzaine de manifestants de l’organisation locale Pro-Life Waco se sont rassemblés devant le CVS situé au 601 N. Valley Mills Drive à Waco, brandissant des pancartes déclarant que l’avortement tue des bébés innocents et exhortant les pharmacies telles que CVS à ne pas distribuer les médicaments mortels.

Les pancartes utilisées lors de la manifestation portaient des messages tels que : « L’avortement n’est pas un soin de santé » « Rx pour la vie ! Pas pour la mort » et « CVS, gardez les pilules abortives hors de toutes les pharmacies ».

LifeSiteNews s’est entretenu avec plusieurs pro-vie qui ont participé au rassemblement de vendredi. Ils ont déclaré que la manifestation avait été un succès, notant que, dans cette rue très fréquentée, ils ont pu présenter leur message à de nombreux automobilistes qui leur ont témoigné un soutien disproportionné et leur ont même fait des dons.

« C’est dans le pedigree de Pro-Life Waco de défier les entreprises qui s’alignent sur l’avortement », a déclaré à LifeSiteNews le directeur fondateur de Pro-Life Waco, John Pisciotta, un catholique de toujours qui a quatre enfants adultes et sept petits-enfants, lors d’une interview téléphonique mercredi. Il a déclaré que le groupe avait déjà contesté de grandes entreprises et organisations pour leur soutien à l’avortement, y compris la Central National Bank et les Girl Scouts.

« C’est vraiment sans précédent de la part de CVS et Walgreens », a expliqué M. Pisciotta, qui a pris sa retraite en 2012 après avoir enseigné l’économie à l’université Baylor. Il note que si les entreprises soutiennent depuis longtemps l’avortement, elles n’ont que récemment commencé à s’en occuper elles-mêmes. »

« Pour la première fois, je pense, des entreprises déclarent : "Nous allons aider à pratiquer des avortements. Nous allons devenir un centre d’avortement" », a-t-il souligné.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Pisciotta a déclaré à LifeSite qu’en « sensibilisant sur la place publique » son groupe cherche à changer « les cœurs et les esprits » et à trouver des occasions « d’apporter les messages pro-vie à des personnes qui ne s’attendaient pas à les voir ce jour-là ».

« Nous nous adressons à l’ensemble de notre communauté lorsque nous sommes sur le terrain », a-t-il déclaré.

Diana Calame, infirmière diplômée et l’une des personnes pro-vie qui ont participé à la campagne de vendredi, a souligné à LifeSiteNews mercredi que, selon elle, la prescription de médicaments mortels dans les pharmacies est un non-sens.

« En tant qu’infirmière diplômée, j’ai passé ma vie à aider les gens à vivre au mieux de leurs possibilités », a expliqué Mme Calame. « Tous les professionnels de la santé et tous les établissements, comme les pharmacies, doivent promouvoir la santé et le bien-être. Alors comment la mifépristone trouve-t-elle sa place dans une pharmacie ? Elle n’y a pas sa place ! »

C’est comme si l’on disait : « Nous vendons des vitamines pour que vous vous sentiez bien, mais aussi de l’arsenic si vous voulez mettre fin à votre vie », a-t-elle ajouté. « Honte à eux ! »

Un autre pro-vie qui a parlé à LifeSite mercredi a souligné l’importance de maintenir l’avortement dans la conversation publique dans l’ère post-Roe, alors que de nombreux pro-vie, en particulier dans les États conservateurs comme le Texas, semblent penser que l’avortement n’est plus un problème.

« Au Texas, beaucoup de gens se disent que les avortements ne sont plus légaux et que c’est fini », a déclaré Nonie Orozco, catholique de longue date et père de six enfants. « Il n’y a plus de sentiment d’urgence ».

Selon lui, dans ce contexte d’apathie relative des pro-vie, les groupes de défense de l’avortement augmentent leur collecte de fonds et trouvent des solutions de contournement pour faire face aux lois des États pro-vie. Par exemple, le centre Planned Parenthood de Waco a cessé de pratiquer des avortements conformément à la loi texane, mais continue d’inciter les femmes en quête d’avortement à se rendre hors de l’État pour tuer leur enfant à naître.

« La bonne chose à propos de la sensibilisation est que nous sommes en mesure d’atteindre les gens et... d’éduquer les gens », a-t-il expliqué à LifeSite, ajoutant qu’à son avis, peu de gens sont vraiment conscients de la réalité des avortements chimiques.

Lisa Munoz, qui a participé à la manifestation de vendredi à Waco et qui est activement impliquée dans le plaidoyer pro-vie dans son État du New Jersey, a fait écho aux sentiments d’autres manifestants lorsqu’elle a déclaré à LifeSite que la « sensibilisation concernant CVS était en fait très bonne », grâce à l’« incroyable » emplacement choisi où les voitures s’entassent dans les rues, ce qui a permis à de nombreux conducteurs de voir les panneaux pro-vie alors qu’ils progressaient lentement dans la circulation ou qu’ils s’arrêtaient aux feux.

Elle espère que cette action pro-vie aidera les gens, y compris ceux qui font partie de la structure des entreprises pro-avortement, à changer d’avis.

« Nous nous tenons sur la brèche pour le Seigneur et nous menons la bataille pour la vie », a-t-elle déclaré.

Le rassemblement du 31 mars sera le premier d’une série de manifestations similaires contre le géant de la pharmacie, qui a annoncé qu’il demanderait l’autorisation de délivrer le médicament abortif mifépristone directement dans ses pharmacies en obtenant une « certification ».

Approuvé à l’origine par la FDA en 2000 et premier d’une séquence de deux médicaments considérée comme l’« étalon-or » des avortements chimiques, la mifépristone agit comme un abortif dans les premiers stades de la grossesse en bloquant l’hormone progestérone, affamant ainsi le bébé en développement. Le médicament suivant, le misoprostol, induit le travail afin que la mère enceinte accouche du bébé mort.

LifeSiteNews et d’autres groupes pro-vie ont depuis longtemps averti que les médicaments provoquant l’avortement comportent des risques pour les mères, en plus de tuer les bébés en pleine croissance.

Dans un communiqué de presse publié mercredi, Texas Right to Life a cité des études indiquant « qu’une femme sur cinq subit un événement indésirable à la suite d’un avortement chimique » et que les femmes sont quatre fois plus susceptibles de souffrir de complications à la suite d’un avortement médicamenteux qu’à la suite d’un avortement chirurgical, nécessitant des opérations de suivi dans 3 à 8 % des cas.

La décision de CVS de fournir la mifépristone est intervenue après que la Food and Drug Administration (FDA) ait mis à jour ses lignes directrices afin d’autoriser les pharmacies de détail à vendre le médicament une fois qu’elles ont rempli le formulaire « Pharmacy Agreement Form ».

À l’instar de CVS, Walgreens et Rite Aid ont également déclaré qu’ils rempliraient le formulaire d’accord, bien que Walgreens, après avoir essuyé des pressions, ait accepté de ne pas violer les lois des États et ne distribuera pas le médicament dans 20 États pro-vie.

Dans un communiqué de presse transmis à LifeSiteNews, Pro-Life Waco a demandé si CVS s’engagerait également à ne pas distribuer les médicaments dans les États pro-vie.

« L’équipe dirigeante de CVS n’a pas annoncé si elle prévoyait défier la loi du Texas et vendre des pilules de mifépristone, même si pratiquement tous les avortements, y compris les avortements chimiques, sont interdits au Texas », ont-ils noté.

Le procureur général républicain de l’État a écrit à CVS en février pour l’informer que la distribution de pilules abortives dans les établissements du Texas serait contraire à la loi.

Pour Pro-Life Waco, cependant, même si CVS refuse de distribuer le médicament au Texas, la chaîne nationale mérite toujours d’être dénoncée pour avoir choisi de distribuer les pilules dans n’importe quel État.

« Il y a plusieurs façons de définir la victoire, et l’une d’entre elles est de faire basculer CVS et Walgreens », a déclaré M. Pisciotta à LifeSite. Bien qu’il ait déclaré qu’un renversement complet serait « un objectif à long terme », il a noté que faire pression sur les entreprises les oblige à « payer le prix » de leur participation à l’avortement.

De plus, a-t-il suggéré, cela permet d’envoyer un message aux autres pharmacies, les rendant potentiellement moins enclines à s’immiscer dans la controverse lorsqu’elles voient les réactions hostiles à l’égard de leurs concurrents.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.