M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des parents d’Ontario dénoncent le fait que les écoles favorisent secrètement la « transition de genre » de leurs enfants

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : pressfoto/Freepik

6 mai 2024 (LifeSiteNews) — Des parents de l’Ontario ont condamné les politiques scolaires pro-LGBT qui ont conduit les enseignants ne pas divulguer d’informations sur le désir de leurs enfants d’effectuer une « transition » de genre.

Selon un article publié le 30 avril par le National Post, de nombreux parents ontariens ont révélé que les écoles publiques ne demandaient pas le consentement des parents avant de procéder à la « transition de genre » sociale de leurs enfants, ce qui a eu pour effet de déchirer les relations parents-enfants.

« Je pense que les enseignants et les parents devraient être sur la même longueur d’onde et devraient communiquer davantage, et non moins, sur tout ce qui concerne l’enfant », a déclaré une mère. « C’est dommageable pour l’enfant. Je pense que c’est préjudiciable à la structure familiale ».

Dans un cas, les parents n’ont appris que leur fille Claire, âgée de 14 ans, avait subi une « transition sociale » — terme utilisé pour décrire le fait qu’une personne confuse sur le plan du genre commence à utiliser un nom et des pronoms différents — à l’école, lorsqu’un rapport scolaire de Noël a désigné la jeune fille sous le nom de « Carl ».

« Carl se débrouille très bien », avait écrit un enseignant dans un rapport de fin d’année.

« Mon mari et moi nous sommes regardés », se souvient Robin, et avons demandé « Qui est Carl ? ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La famille a appris plus tard que leur fille avait dit à un enseignant qu’elle se sentait comme un garçon et que l’enseignant avait « établi que notre enfant porterait un nouveau nom à l’école sans que nous le sachions ».

« La présomption était que nous étions de mauvais parents — même s’ils nous connaissaient », a déclaré Robin. « Cela a entravé notre capacité à communiquer et a donné à notre enfant l’impression que nous n’étions pas des personnes de confiance », poursuit-elle. « Il y a des figures d’autorité qui disent aux enfants qu’ils doivent cacher cela à leurs parents ».

Sur les dix familles qui ont parlé au National Post, la moitié a révélé que leur enfant avait secrètement effectué une « transition sociale » à l’école.

Les parents ont déclaré avoir rencontré des obstacles majeurs avec les politiques des conseils scolaires qui les tenaient à l’écart de la vie privée de leurs enfants mineurs. Ils ont également condamné les politiques des écoles qui refusent de divulguer des informations sur leurs enfants, ce qui, selon eux, porte atteinte à l’unité familiale.

De nombreux conseils scolaires de l’Ontario ont des politiques obligeant les enseignants et le personnel à ne pas divulguer les informations privées des élèves à leurs parents.

Par exemple, la politique du Toronto District School Board (TDSB) stipule que l’autorisation de l’élève doit être obtenue avant que les parents puissent être informés de la décision de leur enfant d’effectuer une « transition de genre ».

« Une école ne doit jamais divulguer la non-conformité au genre ou le statut transgenre d’un élève à ses parents, tuteurs ou soignants sans le consentement explicite préalable de l’élève », indique le TDSB dans ses lignes directrices.

Des politiques similaires sont en place dans les conseils scolaires de l’Ontario, notamment le York Region District School Board, le Thames Valley District School Board et le Hamilton-Wentworth District School Board.

Comme LifeSiteNews le rapportait précédemment, le Limestone District School Board de la région de Kingston a dit à son personnel qu’il pouvait être sanctionné pour avoir soutenu les droits parentaux, utilisé des termes tels que « garçons et filles », et exprimé des opinions de « droite ».

Les élèves qui ont fait l’objet de l’article du National Post étaient tous des filles qui n’avaient jamais exprimé de gêne par rapport à leur sexe. Bien que certains d’entre eux fassent partie du spectre autistique, la conviction de la quasi-totalité d’entre eux qu’ils étaient d’un autre sexe coïncidait avec la pandémie, l’apprentissage en ligne et le manque d’interaction sociale.

« Ces élèves utilisent la transidentification comme un moyen de faire face à d’autres problèmes qui ne sont pas traités par les professionnels de la santé mentale en qui nous sommes censés avoir confiance », a déclaré une mère de famille de la région des chalets de l’Ontario.

Christina, mère d’une fille de 12 ans, a expliqué que la dysphorie de genre de sa fille représentait une crise de santé mentale sous-jacente. Elle a également révélé que sa fille n’avait commencé à se battre avec son genre que pendant la pandémie.

« J’étais très déprimée et je détestais mon corps parce qu’il n’était pas plus masculin. J’ai commencé à m’automutiler et à avoir des pensées suicidaires », a expliqué la fille de Christina.

« Comme l’école cachait beaucoup de choses à mes parents, je faisais de mon mieux pour ne pas leur en parler accidentellement », a-t-elle ajouté.

« Ma directrice m’a parlé plusieurs fois et m’a dit qu’elle comprenait que j’étais en très mauvaise posture, que mes parents ne faisaient pas ce qu’ils devraient faire, qu’ils me faisaient du mal, et que si jamais j’avais besoin de parler à un travailleur de l’aide à l’enfance, elle pourrait toujours les appeler pour moi », a poursuivi la jeune fille.

Alors que les écoles de l’Ontario s’efforcent de ne pas informer les parents, l’Alberta et la Saskatchewan ont adopté des lois visant à garantir que les parents soient informés des décisions prises par leurs enfants à l’école.

« La Saskatchewan et l’Alberta conviennent que les figures clés dans la vie des enfants sont leurs parents, et nos provinces sont toutes deux engagées à soutenir les familles et les enfants afin qu’ils puissent travailler ensemble sur leurs besoins uniques », ont écrit les provinces dans une lettre commune pour défendre les droits parentaux.

Une enseignante de la Saskatchewan souhaitant rester anonyme a précédemment déclaré à LifeSiteNews qu’elle se sentait coupable de garder des secrets pour les parents et qu’elle soutenait la décision de garder les parents informés.   

« Je crains que nous ne soutenions pas les élèves ou les parents lorsque nous gardons le secret », a-t-elle expliqué. « De nombreux élèves utilisent d’autres noms, qui changent parfois fréquemment au cours de l’année, et les parents nous demandent après coup si nous étions au courant de ces changements. Je me sens responsable de garder le secret et je ne pense pas que ce soit juste. Je pense que les écoles assument déjà trop de “rôles parentaux” et il est important que ce soit les parents qui jouent ce rôle, et non les enseignants ! »



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.