M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des parents amènent cinq de leurs enfants à la banque, quelqu’un appelle les services sociaux…

Par Jonathon Van Maren ― Traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo : Angin Akyurt/Pexels

20 mai 2020 (LifeSiteNews) — Abuser du pouvoir chez le gouvernement est une chose. Des employés du gouvernement qui font de l’excès de zèle ou des forces de l’ordre agitées pendant une pandémie en sont une autre. Nous pouvons tolérer ces choses — du moins pendant un certain temps. Mais lorsque le gouvernement surgit comme une menace pour nos familles, c’est autre chose. C’est ce dont ont fait les cauchemars.

Cela m’amène à une histoire qui est arrivée au Kentucky, récemment rapportée par le libertaire Reason. Début mars, les parents de sept enfants qui venaient de déménager dans l’État de l’herbe bleue se sont rendus à la banque pour ouvrir un nouveau compte. Comme ils venaient d’arriver, ils ont emmené leurs enfants avec eux.

C’est alors que les ennuis ont commencé. Selon Jim Mason, de l’Association juridique pour l’école-maison, rapporte Reason, « lorsqu’ils sont rentrés chez eux après leur sortie, un représentant des services de protection de l’enfance et un agent des forces de l’ordre les attendaient à leur porte afin d’enquêter pour violences sur enfant ».

Mason pense que cette réaction étonnamment excessive est le fruit d’une peur généralisée entourant les règles de distanciation sociale mises en place pour la COVID-19, et Reason a obtenu une copie de la lettre des services de protection de l’enfance qui confirme l’histoire. Les parents, qui instruisent leurs enfants à la maison, ont laissé les deux plus âgés dans la voiture alors qu’ils se dirigeaient vers la banque avec les cinq autres ; la porte de l’établissement portait un panneau d’avertissement sur la COVID-19. Selon Jim Mason :

La caissière interrogea immédiatement Bill et Kristy sur la raison pour laquelle ils avaient amené cinq enfants en même temps dans la banque. La caissière leur dit qu’ils ne pouvaient pas s’approcher à moins de deux mètres d’elle et qu’ils devaient faire sortir les enfants. Kristy lui expliqua que les enfants étaient trop jeunes pour être laissés sans surveillance par un adulte, et que ni elle ni Bill ne pouvaient les emmener ailleurs parce que le couple ouvrait un compte commun, et que les deux devaient être présents.

Alors que Bill restait avec les enfants loin du comptoir, Kristy fit ouvrir le compte, se sentant gênée de ce que les employés chuchotassent entre eux en observant sa famille avec suspicion. Lorsque Bill se rendit au comptoir montrant sa carte d’identité new-yorkaise pour signer, le personnel de la banque lui demanda pourquoi les cartes d’identité de Bill et de Kristy provenaient d’États différents, ce que le couple leur expliqua.

De retour à la maison, les autorités interrogèrent Bill et Kristy, qui découvrir que quelqu’un les avait dénoncés anonymement, affirmant qu’une mère de cinq enfants les avait emmenés avec un homme qui n’était pas leur père, et que les enfants avaient des bleus sur les bras indiquant qu’on les avait empoignés brutalement.

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Selon Reason, l’enquêteur « procéda à l’interrogatoire des enfants à distances de leurs parents, et il fit en sorte qu’au moins un des garçons enlevât son chandail pour chercher des bleus. Kristy a dit à Mason que l’enquêteur voulait faire la même chose avec les filles, mais elle s’y opposa, alors il releva seulement les manches des filles et prit des photos ». L’enquêteur ne s’est apparemment pas demandé au départ comment le dénonciateur avait pu repérer des bleus sur les bras d’enfants portant de longues manches.

Il semble que celui qui avait appelé les autorités eut délibérément tenté d’attirer des ennuis à ces parents. Bill et Kristy pensent que c’était quelqu’un qui se trouvait à l’intérieur de la banque, car le délateur avait mentionné cinq enfants (les deux autres étant restés dans la voiture). En outre, le dénonciateur avait conté des mensonges spécialement conçus pour alerter son auditeur, comme le fait de dire que les enfants semblaient avoir été victimes de violences physiques, additionné au fait qu’ils fussent en compagnie d’une personne autre que leur père.

L’affaire, selon Reason, aurait dû être éclaircie rapidement. Le permis de conduire de Bill prouva rapidement qu’il était le père, aucune des ecchymoses signalées ne fut trouvée. Malheureusement, il arrive souvent qu’un incident comme celui-ci ne soit que le début d’une longue histoire. Jim Mason a déclaré à Reason qu’un cas comme celui-ci devrait être une « voie de sortie », ce qui signifie que si un enquêteur débarque suivant un appel et ne trouve rien, il devrait simplement partir (prendre la « voie de sortie ».) Mais au lieu de cela, « trop souvent, les enquêteurs insistent sur le fait qu’ils doivent continuer à enquêter de manière systématique : ouvrir les armoires, regarder dans le réfrigérateur, interroger les enfants. Cet enquêteur du Kentucky a même interrogé la famille sur le programme scolaire qu’elle suivait à domicile, comme si cela avait un rapport avec l’affaire ». L’Association juridique pour l’école-maison avait tenté par le passé de faire adopter une loi qui eût garanti que les enquêteurs qui ne trouvaient aucune preuve de violences ou d’autres problèmes laissassent tout simplement tranquilles les familles en question plutôt que de continuer à renifler partout.

La HSLDA et d’autres groupes veulent également que les États interdisent le genre de rapports anonymes qui ont amené les forces de l’ordre à se présenter à la porte de Bill et Kristy sur la base d’une supercherie. Ils soulignent qu’il est facile pour les gens d’utiliser ce processus comme arme contre des parents et des familles qu’ils n’aiment pas et de faire apparaître un cas inexistant à partir de rien. Comme le souligne Reason, des avocats travaillent avec Bill et Kristy — « mais l’État dispose de 45 jours pour clore une enquête, et Mason a déclaré qu’il peut facilement y avoir une prolongation, transformant une période déjà tendue à cause des craintes de la pandémie en une longue période de tourments ».



Laissez un commentaire