M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des baptistes poursuivent le gouvernement québécois pour imposition du passeport covid dans les lieux de culte

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Jo Panuwat D/Adobe Stock

7 mars 2022 Québec, Québec (LifeSiteNews) — Une église baptiste du Québec a intenté une action en justice contre le gouvernement provincial parce qu’il a exigé des passeports de vaccination COVID pour entrer dans les lieux de culte, affirmant que de tels diktats violent la liberté de religion.

Le Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) représentera l’Église baptiste de Saint-Augustin et son pasteur, le révérend Guillaume Roy. La JCCF a annoncé sa demande de révision judiciaire au nom de l’église et du pasteur contre le gouvernement du Québec dans un communiqué de presse envoyé à la fin de la semaine dernière.

Selon la JCCF, la demande du pasteur Roy fait valoir que les passeports de vaccins COVID « violent les libertés de religion, de conscience, d’association, de réunion pacifique et le droit à l’autonomie corporelle protégés par la Charte ».

« La demande de contrôle judiciaire du pasteur Roy réclame également à la Cour de se prononcer sur le fait que le gouvernement n’a pas consolidé les nouveaux décrets et arrêtés, ce qui a rendu leur compréhension presque impossible pour le citoyen moyen », indique la JCCF.

Selon M. Roy, « nous demandons aux tribunaux de sanctionner les abus commis par les autorités provinciales. Plus jamais nous ne devrions accepter que des responsables médicaux troquent leurs blouses blanches pour des uniformes de sergents et, dans une sorte de délire “germophobe”, ferment des églises. »

« Les églises sont les sanctuaires du peuple, pas le bras répressif du gouvernement ».

Samuel Bachand, avocat de la JCCF, a déclaré que le système juridique canadien est fondé sur la primauté du droit, mais aussi sur la suprématie de Dieu.

« La Constitution énonce clairement la liberté de religion. Elle ne dit pas [qu’il faut] “montrer des papiers du gouvernement pour être autorisé à pratiquer son culte”. La politique du gouvernement Legault ne respecte pas la séparation de l’Église et de l’État, et reflète un certain sentiment antireligieux », affirme M. Bachand.

M. Bachand ajoute que chacun est « libre de croire — ou de ne pas croire » et de « pratiquer son culte selon sa propre foi, comme bon lui semble »*.

« Mais nous devons accepter que beaucoup de nos concitoyens québécois et canadiens ne peuvent pas satisfaire leur quête de sens avec des séries Netflix et des séances de yoga dans leur salon, alors que le gouvernement interdit les activités spirituelles comme le culte en personne », a noté M. Bachand.

Le président du JCCF, John Carpay, a déclaré que la « série interminable de nouveaux décrets » sous la forme de règles COVID prive les gens de leurs « droits fondamentaux, non pas par le biais d’un débat législatif, mais plutôt par des annonces sur Facebook et des conférences de presse ».

« C’est un comportement digne d’une république de bananes. C’est totalement inacceptable dans un État occidental développé comme le Québec », a ajouté M. Carpay.

Juste avant Noël 2021, le gouvernement québécois a exigé que tous les lieux de culte soient fermés aux personnes qui n’avaient pas de passeport vaccinal.

Alors que les représentants de l’Église catholique n’ont pas publié de déclaration en réaction à l’imposition du passeport vaccinal pour assister aux services religieux, l’Association des églises baptistes et évangéliques du Québec l’a fait.

« Mon téléphone n’a pas cessé de sonner depuis l’annonce du premier ministre », a déclaré le révérend Louis Bourque, président de l’association.  

Le gouvernement du Québec a déclaré que son passeport vaccinal COVID sera entièrement éliminé d’ici le 12 mars, le mandat du masque prenant fin en avril.

Outre le Québec, toutes les autres provinces canadiennes, à l’exception de la Colombie britannique, ont annoncé le mois dernier qu’elles supprimaient, ou prévoyaient supprimer bientôt, leurs passeports de vaccination COVID, sans doute en raison des manifestations nationales du Convoi de la liberté des camionneurs qui demandaient la fin de tous les mandats.


*Ceci n'étant que l'opinion de celui qui l'a exprimée. — A.H.



Laissez un commentaire