M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Avent 2020

tournant

550 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 22 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de foi et de persévérance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Coronavirus: le directeur de l’USAID lance à l’ONU, «cesser de considérer l’avortement comme une aide humanitaire essentielle»


John Barsa, directeur de l'Agence américaine pour le développement international (USAID).

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître) ― Photo (côtés flous rajoutés) : U.S. Department of Homeland Security/Wikimedia Commons

Inédit : le directeur de l’Agence américaine pour le développement international vient d’envoyer une missive, datée du dix-huit mai 2020, au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lui demandant de « cesser de considérer l’avortement comme une aide humanitaire essentielle » pendant la pandémie de COVID-19.

Cette requête, sans précédent dans sa critique directe aux directives de l’ONU, intervient à un mois de l’appel lancé par Antonio Guterres pour le financement (7 milliards de dollars) du Plan de réponse humanitaire mondial de l’ONU pour la pandémie de COVID-19.

La lettre, signée par l’administrateur par intérim de l’Agence américaine, John Barsa, reproche notamment à l’ONU d’avoir placé les « services de santé sexuelle et génésique au même niveau d’importance que l’insécurité alimentaire, les soins de santé essentiels, la malnutrition » et autres drames humanitaires.

Dans le document, John Barsa demande explicitement de supprimer les références à la « santé sexuelle et génésique » dans les politiques COVID-19 de l’ONU et de « supprimer l’avortement en tant que composante essentielle des priorités de l’ONU pour répondre à la pandémie COVID-19 ».

« L’ONU ne devrait pas utiliser cette crise comme une opportunité pour faire progresser l’accès à l’avortement en tant que service essentiel », s’est-il indigné, reprochant à Antonio Guterres d’avoir favorisé « la distribution généralisée de médicaments provoquant l’avortement, ainsi que la promotion de l’avortement au niveau local. »

John Barsa a déclaré également que l’ONU devrait se concentrer sur les « interventions vitales » et les « besoins concrets les plus urgents », comme les « soins de santé essentiels » et la lutte contre les « pénuries alimentaires ».

« L’ONU ne doit pas intimider ni contraindre les États membres qui sont attachés au droit à la vie », a conclu le dirigeant américain. « Utiliser la pandémie COVID-19 comme justification pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils modifient leurs lois est un affront à l’autonomie de chaque société de déterminer ses propres politiques nationales en matière de soins de santé. »

Campagne de financement - Avent 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 7 500$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire